Irasema Dilián

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Irasema Dilián
Description de cette image, également commentée ci-après
Irasema en 1941
Nom de naissance Eva Irasema Warschalowska
Surnom Eva I. Dilian, Eva Dilian, Eva Dilián, Eva Irasema Dilian, Irasema Dilian
Naissance
Rio de Janeiro, Sudeste, Brésil
Nationalité Flag of Italy.svg Italienne
Décès (à 71 ans)
Ceprano, Latium, Italie
Profession Actrice

Irasema Dilián, née Eva Irasema Warschalowska le à Rio de Janeiro dans la région du Sudeste au Brésil et morte le à Ceprano dans la région du Latium en Italie, est une actrice italienne d'origine polonaise, ayant fait carrière en Italie, en Espagne et au Mexique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Irasema Dilián est la fille d'un diplomate polonais. Elle naît au Brésil ou son père est affecté, avant de grandir en Italie à Rome. Elle suit les cours du Centro sperimentale di cinematografia de la ville et débute en 1940 au cinéma dans le film La Comédie du bonheur de Marcel L'Herbier. Remarquée par Vittorio De Sica, elle joue dans ses films Madeleine, zéro de conduite et Mademoiselle Vendredi. Elle obtient un premier succès critique et public en Italie avec le film Leçon de chimie à neuf heures de Mario Mattoli, dont elle partage l'affiche avec la jeune Alida Valli et le prometteur Andrea Checchi.

Elle obtient ensuite plusieurs rôles principaux, notamment dans les films Violette nei capelli et Une nuit avec toi de Carlo Ludovico Bragaglia ou dans le drame Malombra de Mario Soldati.

Après la guerre, elle travaille en Espagne puis s'installe au Mexique. Elle joue notamment pour les profiliques réalisateurs de l'époque que sont Emilio Gómez Muriel, Alfredo B. Crevenna, Alejandro Galindo ou Julio Bracho. En 1954, elle obtient l'un des rôles principaux du film Les Hauts de Hurlevent de Luis Buñuel.

Elle prend sa retraite à la fin des années 1960.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions notables[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Roberto Poppi et Enrico Lancia, Le attrici, Rome, Gremesse, (ISBN 88-8440-214-X), p. 112-113-114.

Liens externes[modifier | modifier le code]