Iram

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Iram cité des piliers (arabe : إرَم ذات العماد, Iram ḏāt al-ʿimād), également appelée Irem, Ubar, Wabar ou la Cité des mille piliers, est une cité perdue qui serait située dans la Péninsule arabe.

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Les ruines de l'oasis Ubarite

Ubar est mentionnée dans d’anciens écrits et dans la tradition orale comme étant un important centre commercial du désert de Rub al-Khali, situé dans la partie sud de la péninsule arabe.

Selon la 89e sourate du Coran (al-Fajr), Iram fut bâtie par la tribu de ʿĀd, descendants de Noé[1]. C’était alors une ville riche et décadente, dont les habitants, polythéistes, pratiquaient les sciences occultes. Son roi, Shaddad, refusa de prendre en compte les avertissements du prophète Houd et Allah détruisit la ville par un vent mugissant et furieux, l’enfouissant sous les sables, la transformant ainsi en véritable Atlantide des sables.

Selon l'historien Ibn Khaldoun, les commentateurs auraient mal interprété la sourate al-Fajr. Selon Ibn Khaldoun, aucun commentateur ni chroniqueur n'a fait allusion à cette ville, pourtant les routes du Yémen sont parcourues par les guides. L’imagination des commentateurs du Coran s'est exercée à partir de considérations grammaticales : puisque le mot Iram a pour épithète "celle des piliers" et que imad est pris dans le sens de "colonnes", il s'ensuit qu'Iram ne peut désigner qu'un édifice. En réalité, ces fameux piliers ne sont que des piquets de tente car rien ne permet de croire qu'il s'agisse d'un édifice déterminé dans une ville donnée.[pas clair]

Pour autant dans le Coran, il est écrit (Al-Fajr, verset 8) الَّتِي لَمْ يُخْلَقْ مِثْلُهَا فِي الْبِلَادِ que l'on peut traduire par dont jamais pareille ne fut construite parmi les villes. Il y a donc peu de chance qu'il s'agisse de simples tentes, car il existe déjà dans la péninsule arabique depuis plusieurs siècles des villes telles que Sana'a ou Shibam. Si Iram est désignée comme la plus belle des villes jamais construites, elle doit donc alors être au moins plus belle et plus grande que les villes yéménites.

La légende de la cité d'Iram parvint à la civilisation européenne avec la traduction des Contes des Mille et une nuits. Dans la version de Richard Francis Burton publiée en 1885, elle figure dans le conte The city of many columned Iram and Abdullah son of Abi Kilabah[2].

Elle sera surnommée l’Atlantis des sables selon l’expression de T. E. Lawrence.

Recherches archéologiques[modifier | modifier le code]

Des tablettes des archives d’Ebla mentionnent explicitement le nom d’Iram. En 1984, l'étude de photos du golfe Persique prises depuis la navette spatiale Columbia permet d'identifier les vestiges de plusieurs villes détruites tout le long de la route de l'encens. L’une d’entre elles, située à l’extrémité orientale d’Oman dans la province de Dhofar, nommée Ubar, est généralement identifiée comme étant Iram. Au début des années 1990, l'explorateur britannique Ranulph Fiennes fouille les ruines d'un fort datant du XVIe siècle et découvre, sous le fort, un point d’eau constitué d’une vaste caverne. Cette caverne se serait effondrée entre 350 av. J.-C. et 300 av. J.-C., bloquant ainsi l’accès à la source.

En 1992, l'archéologue amateur, Nicholas Clapp (en) émet l'hypothèse que la destruction de la cité aurait été provoquée par les puisages répétés pratiqués dans la nappe d’eau souterraine qui auraient entraîné l’effondrement de la cavité calcaire et consécutivement celle de la forteresse. La cité aurait été enfouie pour moitié dans une gigantesque doline puis abandonnée par ses habitants.

Il est vraisemblable qu'Ubar n’était pas le nom de la cité, mais celui de la région. Au IIe siècle, Ptolémée dresse une carte sur laquelle il nomme la zone Iobaritae (Ubarite en français). Par la suite, la légende se concentrera sur la ville et utilisera le nom de la région pour la désigner.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

  • Dans l’œuvre de Howard Phillips Lovecraft, la cité est la Cité sans Nom.
  • La légende d'Ubar a également probablement inspiré Frank Herbert dans son roman Les Enfants de Dune.
  • Le roman Tonnerre de Sable de James Rollins situe son action autour d'Iram et de ses mystères.
  • Le roman de Daniel Easterman, Le Septième Sanctuaire, a pour cadre Iram, la ville aux mille colonnes.
  • Dans le roman Les Puissances de l'invisible de Tim Powers, le héros Andrew Hale rencontre le surnaturel[pas clair] dans les cratères de Wabar, là où T. E. Lawrence et St. John Philby sont passés avant lui.
  • Dans la bande dessinée L'Histoire secrète, Iram est décrite comme la ville mythique, la cité de Kor, recherchée par les Archontes pour l'immense pouvoir qui y serait caché.
  • Le jeu Uncharted 3 (PlayStation 3 et 4) tourne autour de la quête de Nathan Drake pour retrouver Iram.
  • Khalil Gibran lui consacre un long poème intitulé " Iram, cité des hautes colonnes ".
  • Dans Aria, jeu de rôle écrit par FibreTigre, Irem est une cité renfermant de nombreux mystères.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ranulph Fiennes, Atlantis of the Sands: The Search for the Lost City of Ubar (1992) (ISBN 0451175778)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lire la sourate ici.
  2. Lire le conte ici, en anglais. Une note instructive l'accompagne : The Breslau Edition (VII. 171-174) entitles this tale, "Story of Shaddád bin Ad and the City of Iram the Columned ;" but it relates chiefly to the building by the King of the First Adites who, being promised a future Paradise by Prophet Húd, impiously said that he would lay out one in this world. It also quotes Ka'ab al-Ahbár as an authority for declaring that the tale is in the "Pentateuch of Moses." Iram was in al-Yaman near Adan (our Aden) a square of ten parasangs (or leagues each= 18,000 feet) every way, the walls were of red (baked) brick 500 cubits high and 20 broad, with four gates of corresponding grandeur. It contained 300,000 Kasr (palaces) each with a thousand pillars of gold-bound jasper, etc. (whence its title). The whole was finished in five hundred years, and, when Shaddad prepared to enter it, the "Cry of Wrath" from the Angel of Death slew him and all his many. It is mentioned in the Koran (chaps. LXXXIX. 6-7) as "Irem adorned with lofty buildings (or pillars)." But Ibn Khaldun declares that commentators have embroidered the passage; Iram being the name of a powerful clan of the ancient Adites and "imád" being a tent-pole: hence "Iram with the numerous tents or tent-poles." Al-Bayzawi tells the story of Abdullah ibn Kilabah (D'Herbelot's Colabah). At Aden I met an Arab who had seen the mysterious city on the borders of Al-Ahkáf, the waste of deep sands, west of Hadramaut; and probably he had, the mirage or sun-reek taking its place. Compare with this tale "The City of Brass" (Night DLXV.).