Iqtâ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le système de l'iqtâ, institué dans l’empire musulman à partir du IXe siècle, est une concession du kharâdj (impôt foncier) d’un district, à des officiers du calife, à charge pour eux de payer les soldes de leurs troupes. L'iqtâ porte différents noms en fonction de la région, jagir en Inde, lungguh à Mataram[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Buresi, Pascal, Bourmaud, Philippe, Ghouirgate, Mehdi et Hitzel, Frédéric, Histoire des pays d'Islam : de la conquête de Constantinople à l'âge des révolutions, Armand Colin, (ISBN 978-2-200-61842-1 et 2-200-61842-5, OCLC 1039088827, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Droit du haut Moyen Âge