Iphigénie (1777)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Iphigénie (homonymie).
Iphigénie
Type Frégate
Histoire
A servi dans Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Pavillon de la Marine de la République française Marine de la République
Naval Jack of Spain.svg Marine espagnole
Chantier naval Gilles Cambry
Lorient
Quille posée Février 1777
Lancement
Armé Mars 1778
Statut Capturée par l'Espagne, le 14 février 1795
Sortie du service en 1818
Caractéristiques techniques
Longueur 134 pi (40,8 m)
Maître-bau 34,6 pi (10,5 m)
Tirant d'eau 18 pi (5,5 m)
Déplacement 620 tonnes
Caractéristiques militaires
Armement 32 canons:

L’Iphigénie est une frégate de 32 canons construite pour la marine royale française. Lancée en 1777, peu de temps avant l'entrée en guerre de la France dans la guerre d'indépendance des États-Unis, elle fait partie de la vague de lancement en frégates destinée cette année-là à rattraper le retard pris sur la Royal Navy. C'est la première de sa classe.

Historique[modifier | modifier le code]

Le 10 juillet 1778, elle capture le HMS Lively[1]. Ce même mois, elle est le premier navire français à qui l'on met un doublage en cuivre après examen de ce navire britannique[2].

Le 17 décembre 1778, elle capture le sloop de 18 canons HMS Ceres au large de Sainte-Lucie.

En 1779, elle prend part à la bataille de la Grenade.

En janvier 1782, commandée par Kersaint, elle est à la tête d'une division de cinq bâtiments qui attaquent et font capituler les établissements britanniques d’Essequibo et de Berbice en Guyane.

Le 14 février 1795, elle est capturée dans le golfe de Roses par une flotte espagnole placée sous les ordres de l'amiral Juan de Lángara et entre au service de l'Armada espagnole sous le nom de Ifigenia.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ships of the Old Navy, « HMS Lively »
  2. Charles-Joseph Panckoucke, Encyclopédie méthodique : Marine, t. 2, Chez Panckoucke, , 897 p. (présentation en ligne, lire en ligne)

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]