Iouri Bouïda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Iouri Bouïda
Description de cette image, également commentée ci-après
Iouri Bouïda en 2011
Nom de naissance Iouri Vassilievitch Bouïda
Naissance (65 ans)
Znamensk, Oblast de Kaliningrad, Drapeau de la république socialiste fédérative soviétique de Russie RSFS de Russie
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Russe

Iouri Vassilievitch Bouïda, (en russe : Юрий Васильевич Буйда, ISO 9 : Ûrij Vasil'evič Bujda), né le à Znamensk (Oblast de Kaliningrad) est un écrivain russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bouïda est diplômé de l'Université de Kaliningrad en 1982. Il travaille comme photographe, journaliste, rédacteur adjoint du journal régional. À partir de 1991, il réside à Moscou et commence à publier des romans : Don Domino, (1994), qui a été nominé au Prix Booker russe [1], La Fiancée prussienne (1998) qui explore la situation complexe des Russes de la région de Kaliningrad (partie de l'ancienne Prusse orientale)[2] Pour son roman Voleur, espion et assassin, il a reçu en 2013 le troisième prix du concours Prix Bolchaïa Kniga.

Il a publié dans les magazines Novy Mir, Znamia, Oktyabr. Ses nouvelles et romans sont traduits en allemand, en polonais, en finois, en français, en japonais...

Il a collaboré à divers journaux Rossiskaïa Gazeta, Nezavissimaïa Gazeta, Izvestia et est rédacteur en chef de la maison d'édition russe Kommersant.

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Recueil de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • La Fiancée prussienne et autres nouvelles, Gallimard, 2005 ((ru) Prusskaya nevesta, 1998)
  • Épître à madame ma main gauche et autres histoires, Interférences, 2010 ((ru) Poslanie gospože moej Levoj Ruke)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) « Russian Booker Prize, 1994 » (consulté le 5 février 2009)
  2. Uilleam Blacker, « Writing from the Ruins of Europe: Representing Kaliningrad in Russian Literature from Brodsky to Buida », Slavonic and East European Review, vol. 93, no 4,‎ , p. 601–625 (lire en ligne)
  3. « Cérémonie officielle de remise du 13ème Prix Russophonie, samedi 16 février 2019 », sur artcorusse.org (consulté le 17 février 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]