Iouri Bondarev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bondarev.
Yuri Bondarev
Патриаршая литературная премия.jpg
Youri Bondarev à la remise du prix littéraire de l'Église orthodoxe russe en 2015.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (95 ans)
OrskVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
Union des écrivains soviétiques
Union des cinéastes en URSS (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Genre artistique
Distinctions
Orenburg Military College graduates.JPG
plaque commémorative

Youri Vassilievitch Bondarev (en russe : Ю́рий Васи́льевич Бо́ндарев), né le , est un écrivain soviétique de langue russe[1]. Membre de l'Union des écrivains soviétiques.

Il est l'auteur entre autres du roman La Neige en feu (1970) adapté à la télévision par Gabriel Egiazarov en 1972.

Biographie[modifier | modifier le code]

Youri Bondarev est le fils de Vassili Bondarev (1896-1988), un enquêteur de milice et de son épouse Klavdia Bondareva (1900-1978).

Il est mobilisé dans l'Armée rouge lors de la Seconde Guerre mondiale, il recevra plusieurs décorations. Il participe notamment à la bataille de Stalingrad. Vers la fin de la guerre il suit une formation à l'école d'artillerie d'Orenbourg dont il sort diplômé en décembre 1945.

Après la guerre, il fait les études à l'Institut de littérature Maxime-Gorki (1945-1951).

Il fait ses débuts dans la presse en 1949. Le premier recueil d'histoires Sur le grand fleuve est publiée en 1953.

Député du 11e Soviet des nationalités de l'URSS (1984-1989) de l'oblast autonome des Karatchaïs-Tcherkesses.

Lors de la XIXe conférence du PCUS, le 29 juin 1988, Bondarev a fermement condamné le dénigrement du passé soviétique par la presse et à la télévision.

Membre du comité central du parti communiste de la RSFSR en 1990-1991. En 1991, il signe la lettre ouverte des douze hommes politiques et hommes de lettres publiée dans le quotidien Sovetskaïa Rossia mettant en garde contre la perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev[2].

En 1994, il a publiquement refusé d'accepter des mains de Boris Eltsine l'ordre de l'Amitié des peuples à l'occasion de son 70e anniversaire.

Président du conseil d'administration de l'Union des écrivains de Russie en 1991-1994.

Décorations[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Victor Terras, Handbook of Russian Literature, Yale University Press, (ISBN 0-300-04868-8, lire en ligne), p. 59
  2. Alexis Berelowitch, « Le nationalisme russe », Politique étrangère, vol. 57, no 1,‎ , p. 35-41 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]