Ion Barbu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barbu.
Ion Barbu
Ion Barbu.jpg

Ion Barbu.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
BucarestVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Dan BarbilianVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Dan BarbilianVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Ion BarbuVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Dan Barbilian, connu aussi sous le nom de plume Ion Barbu, né le à Câmpulung et mort le à Bucarest, est un poète et mathématicien roumain. Il est le fils de Constantin Barbilian et Smaranda, qui sont nés à Şoiculescu. Il a étudié au lycée Ion Brătianu à Piteşti et le lycée Gheorghe Lazar à Bucarest. Il est connu comme l'un des plus grands poètes roumains du XXe siècle. Il est surtout connu pour son second volume de Joc "Lecture en miroir". Ion Barbu est mort à Bucarest en , et fut enterré au cimetière Bellu[1].

Études[modifier | modifier le code]

Il a étudié à l'Université de Bucarest. Il obtient son diplôme en 1921. Puis il se rend à l'Université de Göttingen pour étudier la théorie des nombres avec Edmund Landau pendant deux ans. Il a écrit avec Gheorghe Ţiţeica, sa thèse en 1929. L'enfance de Ion Barbu: il est lié à divers endroits autour de Campulung ou de loin, en juin 1906 pour l'examen il est allée à l'école secondaire à Pitesti. En 1921, il est allé en Allemagne à Göttingen pour l'obtention de son doctorat. Puis en 1924 il revient et en octobre 1926 il est adjoint à la géométrie analytique de la Faculté des Sciences à Bucarest. En janvier 1929, il obtient son doctorat en mathématiques et il devient un membre du département de mathématiques de la Société des Sciences de Roumanie.

Ses œuvres poétiques[modifier | modifier le code]

En 1918, il fait le début du magazine de poèmes.
Quelques poèmes de Ion Barbu : Humanisation(), Nasreddin à Isarlak(), Cryptic Riga Enigels Lapp().

Une traduction[2] est parue en 1973, à Bucarest, sous le titre Jeu second/Joc secund, en français par Yvonne Stratt, avec une préface de Dinu Pillat.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Alexandre Cioranescu, Ion Barbu, Twayne Publishers, , 155 p. (ISBN 0-8057-6432-1)