Ioánnis Dragasákis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ioánnis Dragasákis
Ioánnis Dragasákis en mars 2016.
Ioánnis Dragasákis en mars 2016.
Fonctions
Vice-Premier ministre grec
En fonction depuis le
(1 an, 8 mois et 30 jours)
Premier ministre Aléxis Tsípras
Gouvernement Tsípras II

(7 mois et 1 jour)
Premier ministre Aléxis Tsípras
Gouvernement Tsípras I
Prédécesseur Evángelos Venizélos
Vice-Président du Parlement hellénique

(1 an, 11 mois et 24 jours)
Prédécesseur Tássos Kourákis
Successeur Alexis Mitropoulos
Ioannis Balafas
Despoina Charalampidou

(1 an et 7 jours)
Successeur Athanasios Leventis
Député au Parlement grec
pour Athènes B
En fonction depuis le
(20 ans et 9 mois)
Député au Parlement grec
pour La Canée

(6 ans, 10 mois et 17 jours)
Biographie
Nom de naissance Ioánnis Dragasákis
Date de naissance (70 ans)
Lieu de naissance Lassithi
Nationalité Grecque
Parti politique SYRIZA

Ioánnis « Yánnis » Dragasákis (grec moderne : Ιωάννης «Γιάννης» Δραγασάκης), né le à Lassithi, est un homme politique grec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il étudie les sciences politiques et économiques.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Engagement politique[modifier | modifier le code]

De 1989 à 1990, il est ministre dans le gouvernement de Xenophón Zolótas. Il est membre du comité central du Parti communiste de Grèce jusqu'en 1991.

Il est ensuite élu député de La Canée en 1989 sous l'étiquette de Synaspismós, puis en 1996 à Athènes. Portant les couleurs de SYRIZA, il est réélu en 2004 et 2007.

Il est élu quatrième vice-président du Parlement pour la XVe législature le 29 juin 2012, avec 227 votes « pour », 57 votes blancs et 1 vote nul[1].

Comptant parmi les inspirateurs du programme économique de SYRIZA[2] et devient, le 26 janvier 2015, vice-Premier ministre dans le gouvernement Tsípras I d'Aléxis Tsípras.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (el) « Νέος πρόεδρος της Βουλής ο Ευάγγελος Μεϊμαράκης », I Kathimeriní, 29 juin 2012.
  2. Le Monde du 27 janvier 2015 p. 3

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]