Invitatoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’invitatoire est l’exhortation à la louange et à la prière, généralement chantée, qui ouvre la première ‘heure’ de l’office divin de la journée, que ce soit l’heure des vigiles, les laudes ou simplement la prière du matin. Tiré du psaume 50 (verset 17), le texte en est : «Seigneur ouvre mes lèvres ; et ma bouche publiera ta louange»[1]. En latin : « Domine, labia mea aperies. Et os meum annuntiabit laudem tuam ».


Dieu, viens à mon aide...

Les heures de l’office divin qui suivent sont introduites par l’invitatoire : « Dieu, viens à mon aide, Seigneur, à notre secours ». Cet invitatoire est mieux connu sous sa forme latine ; « Deus, in adjutorium meum intende. Domine, ad adiuvandum me festina ». Il est tiré du psaume 69 (verset 2).

Psaume invitatoire[modifier | modifier le code]

Le psaume 94 (« Venez, crions de joie pour le Seigneur... ») qui tous les jours suit immédiatement l’invitatoire de début de journée est connu comme le ‘psaume invitatoire’. Il est chanté avec une antienne variable. Occasionnellement les psaumes 99, 66 ou 23 remplacent le psaume 94 comme psaume invitatoire[2].

Dans le rite byzantin[modifier | modifier le code]

Tous les offices, exceptée la liturgie, commencent par des formules invitatoires commençant par « Venez, adorons... ».

Au début des offices quotidiens, on dit : « Venez, adorons le Roi, notre Dieu. Venez, adorons et prosternons-nous devant le Christ, Dieu notre Roi. Venez, adorons et prosternons-nous devant le Christ Lui-même, notre Roi et notre Dieu. »

Au début d'un office de vigiles, après la bénédiction initiale (« Gloire à la Sainte, Consubstantielle, Vivifiante et Indivisible Trinité, en tout temps, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles », qui est quasiment identique à celle de Pâques), le clergé chante les mêmes invitatoires, en ajoutant à la fin « Venez, adorons et prosternons-nous devant Lui. »

Dans la Divine Liturgie, à la Petite Entrée, après les typiques et avant le trisagion, on chante « Venez, adorons et prosternons-nous devant le Christ ». Les typiques ayant été par le passé un office à part de la liturgie, l'invitatoire est donc bien la prière initiale de la liturgie telle qu'elle fut antiquement conçue.

Notes et références[modifier | modifier le code]