Investissement Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Investissement Québec
logo de Investissement Québec

Création [1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société de la Couronne du CanadaVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social QuébecVoir et modifier les données sur Wikidata
Direction Guy LeBlanc (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.investquebec.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Investissement Québec (IQ) est une société d'État québécoise créée en 1998 par une loi de l’Assemblée nationale du Québec, pour favoriser l'investissement au Québec des entreprises québécoises et internationales. Depuis sa création, elle réalise annuellement plus de 1000 interventions auprès d'entreprises du Québec. Son siège social est situé à Québec.

Résumé[modifier | modifier le code]

Fondée en 1998[2], Investissement Québec est une société d'État québécoise ayant pour mission d’assurer le développement économique du Québec.

Pour ce faire, elle soutient la création d’emplois et la croissance des entreprises québécoises, réalise des activités de prospection internationale afin d’attirer des investissements étrangers au Québec et accompagne les entreprises de toutes les régions dans leur transformation technologique, soit le virage vers l'industrie 4.0.

La Société intervient auprès des entreprises qu’elle finance à même ses fonds propres et gère également des programmes et des activités diverses, dont le Fonds de développement économique[3] (FDE), à titre de mandataire du gouvernement du Québec.

Dirigée par Guy LeBlanc depuis avril 2019[4], IQ compte sur une équipe de plus de 530 employés répartis dans ses 17 bureaux du Québec et ses 12 bureaux à l'étranger (États-Unis, Europe et Asie).

Description[modifier | modifier le code]

Investissement Québec est à la fois une agence de développement économique et une société de financement.

Conformément à la politique économique du gouvernement du Québec, elle joue un rôle clé dans le développement économique du Québec, en stimulant la création d’emplois et les investissements dans toutes les régions. De plus, par ses solutions financières, elle soutient des entreprises de toute taille, à tous les stades de leur croissance.

Grâce à ses 17 bureaux du Québec (Anjou, Brossard, Chandler, Drummondville, Gatineau, Laval, Montréal, Québec, Rimouski, Rouyn-Noranda, Saguenay, Saint-Georges, Saint-Laurent, Sept-Îles, Sherbrooke et Trois-Rivières), la Société maintient une présence sur le terrain qui permet à ses équipes de bien comprendre les besoins des entrepreneurs et les particularités locales.

Ses 12 bureaux internationaux couvrent les principales régions économiques du monde, dont l’Inde et la Chine : Amérique du Nord (Atlanta, Chicago, Los Angeles, New York), Europe (Londres, Munich, Paris, Stockholm) et Asie (Beijing, Tokyo, Mumbai, Séoul). Ses démarcheurs en poste à l’étranger sont à même de repérer les entreprises susceptibles de s’implanter au Québec.

Historique[modifier | modifier le code]

1962 - Création de la Société Générale de financement (SGF)[modifier | modifier le code]

  • 12 juin 1962 : Adoption de la Loi créant la Société Générale de financement[5] (SGF).
  • La création de la SGF s'inscrit dans la vision du gouvernement libéral de Jean Lesage qui veut moderniser l'économie québécoise.
  • Jacques Parizeau en est l'un des fondateurs, alors qu'il est haut fonctionnaire. Les activités de la SGF visent la prise de contrôle de sociétés étrangères par des capitaux québécois.
  • Le Mouvement Desjardins[6] capitalise la SGF à 50 % jusqu'à ce qu'il s'en retire en 1973. Au cours de ces années, Desjardins est tour à tour présidé par Émile Girardin[7] (1962-1972) et Alfred Rouleau (1972-1973).
  • La Société a pour objet de réaliser, en collaboration avec des partenaires et à des conditions de rentabilité normales, des projets de développement économique, notamment dans le secteur industriel, en conformité avec la politique de développement économique du gouvernement.

En 1998, la SGF est autorisée à acquérir les actions de Rexfor[8], de Soquem[9], de Soquia[10] et de Soquip.

1971 - Création de la Société de développement industriel du Québec (SDI)[modifier | modifier le code]

  • 8 avril 1971 : Adoption de la Loi de l'aide au développement industriel du Québec[11] instituant la Société de développement industriel du Québec[12] (SDI). La Société succède à l'Office du crédit industriel du Québec[13] et en assume les obligations.
  • La SDI a pour objectif de favoriser le développement économique du Québec, notamment en encourageant le développement des entreprises, la croissance des exportations et les activités de recherche et d’innovation.
  • La Société doit s’assurer que l’aide accordée contribue à développer des activités économiques rentables engendrant des retombées significatives au Québec, particulièrement en matière de création d’emplois.

À l'automne de 1990, après l'abolition de la Société de développement des coopératives, le gouvernement du Québec confie cette responsabilité à la SDI.

1998 - Création d'Investissement Québec et de Garantie Québec[modifier | modifier le code]

  • 27 mai 1998 : Le ministre de l’Économie et des Finances, Bernard Landry[2], fait adopter le projet de loi créant Investissement Québec et Garantie Québec[14].
  • 21 août 1998 : Début de la mise en application de la loi et date anniversaire d’Investissement Québec.
  • En réunissant les ressources de la SDI et de la direction générale des investissements étrangers du ministère de l’Industrie et du Commerce du Québec, le gouvernement donne à la nouvelle Société deux mandats jusqu’alors jamais réunis : le financement des entreprises du Québec et la prospection des investissements étrangers.
  • Louis Roquet, président-directeur général de la SDI, devient le premier PDG d’IQ.
  • Jean Pronovost[15], sous-ministre au ministère de l’Industrie et du Commerce, en est le premier président du conseil d’administration.

2000 - Création de la Financière du Québec[modifier | modifier le code]

  • Les premiers succès d’Investissement Québec font en sorte que le gouvernement lui confie le mandat de délivrance des attestations des crédits d’impôt[16]. Un nouveau groupe d’employés experts est ainsi transféré à IQ.
  • En 2001, une loi vient modifier les statuts de la Société et permet la création de la filiale La Financière du Québec[17] (en remplacement de Garantie Québec).

2002 - Arrivée en poste de Maurice Prud'homme et de Dominique Vachon[modifier | modifier le code]

  • En février 2002, Maurice Prud’homme[18] est nommé président-directeur général et président du conseil d’administration d’IQ.
  • Au même moment, le gouvernement nomme Dominique Vachon[19] au poste de directrice générale de la filiale La Financière du Québec[20].

2003 - Arrivée en poste de Jean Houde[modifier | modifier le code]

  • Après un bref intérim assuré par André Côté[21], vice-président à l’administration, le nouveau gouvernement nomme Jean Houde[22] aux postes de président-directeur général d’Investissement Québec et de président de son conseil d’administration.
  • La croissance des interventions et des mandats contribue à l’augmentation des effectifs qui sont alors de 367 employés.
  • L’année est notamment marquée par le déploiement du réseau régional qui compte dorénavant 12 centres d’affaires.

2004 - Intégration de la Financière du Québec[modifier | modifier le code]

  • Dominique Vachon[23] démissionne de son poste de directrice générale de La Financière du Québec et les activités de cette filiale sont intégrées à Investissement Québec qui devient ainsi la seule bannière pour l’ensemble de l’offre.

2005 - Création d'IQ FIER[modifier | modifier le code]

  • IQ met sur pied la filiale IQ FIER[24] qui participera à la mise en place des nouveaux Fonds d’intervention économique régional (FIER) annoncés par le gouvernement.
  • Cette filiale devient notamment commanditaire de FIER Partenaires[25], s.e.c., qui est spécifiquement chargée des FIERS qui interviennent dans des fonds sectoriels.
  • En septembre, André Côté, vice-président à l’administration, est nommé, pour une deuxième fois, président-directeur général par intérim ainsi que président du conseil d’administration.
  • Deux autres centres d’affaires (Anjou et Saint-Georges) se greffent au réseau régional.

2006 - 16 bureaux régionaux et 1 nouveau PDG[modifier | modifier le code]

  • Le nouveau centre d’affaires de ville Saint-Laurent devient la seizième constituante du réseau régional d’IQ.
  • Au mois de juin, le gouvernement annonce la nomination de Jacques Daoust aux postes de président-directeur général et de président du conseil d’administration d’Investissement Québec.
  • En octobre, le gouvernement confie à IQ la gestion du Programme de soutien à l’Industrie forestière[26] (PSIF).
  • En décembre, le gouvernement adopte la Loi sur la gouvernance des sociétés d’État[27] qui fera en sorte que les postes de PDG et de président du conseil d’administration ne pourront dorénavant plus être combinés.

2007 - Promotion du développement durable (GRI)[modifier | modifier le code]

  • Nomination de Robert Cloutier à titre de président du conseil d’administration.
  • La Société s’engage dans la promotion du développement durable en produisant un premier rapport intégrant les principes de la Global Reporting Initiative[28] (GRI).

2008 - Dixième anniversaire d'Investissement Québec[modifier | modifier le code]

  • En décembre 2008, le gouvernement accepte de mettre sur pied, à la suggestion d’Investissement Québec, le programme RENFORT[29] doté d’une enveloppe de 1,2 milliard de dollars pour soutenir les entreprises pendant la récession et faisant face à des enjeux de liquidités.

2010 - Année record[modifier | modifier le code]

2011 - Fusion d'IQ et de la SGF[modifier | modifier le code]

  • En septembre 2010, le gouvernement annonce la fusion de ses deux principaux leviers de développement économique[30] qu’étaient Investissement Québec et la Société Générale de financement (SGF). La nouvelle Société conserve le nom d’Investissement Québec.
  • En décembre, le gouvernement nomme Jacques Daoust (IQ) comme nouveau président-directeur général [31]et Jean Bazin (SGF) comme président du conseil d’administration[32].
  • La nouvelle Société rassemble des spécialistes en financement et en investissement, en prospection d’investissements étrangers et en administration de mesures fiscales.
  • La fusion apporte également plusieurs filiales opérantes telles qu’Albecour et Rexforêt.

2012 - Faciliter-Financer-Propulser[modifier | modifier le code]

  • Dans le cadre du Plan Nord promu par le gouvernement, celui-ci contribue à la création de la filiale Ressources Québec[33].
  • La division IQ Tourisme est également créée.
  • Lancement des produits financiers IMPLIQ et UNIQ et développement d’un nouveau positionnement : Faciliter -Financer-Propulser.
  • Avec l’arrivée au pouvoir d’un nouveau gouvernement en septembre 2012, Investissement Québec agit à titre de mandataire du gouvernement pour gérer le Fonds de développement économique (FDE) et fait une place de plus en plus grande au capital de risque.

2013 - Arrivée de Mario Albert et de Jean-Claude Scraire[modifier | modifier le code]

  • En juillet 2013, le gouvernement nomme Mario Albert au poste de président-directeur général [34]d’Investissement Québec.
  • Au même moment, il nomme Jean-Claude Scraire à la présidence du conseil d’administration[35].

2014 - Élection d'un nouveau gouvernement[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Scraire démissionne du poste de président du conseil en avril 2014 et est remplacé par Louis Roquet[36].
  • En août 2014, Yves Lafrance, alors vice-président principal, est nommé au poste de président-directeur général par intérim.
  • En janvier 2015, Pierre Gabriel Côté est nommé président-directeur général[37].

2016 - Lancement de l'Initiative Manufacturière Investissement Québec[modifier | modifier le code]

  • Confirmation de la croissance du rôle du capital de risque avec des injections dépassant les 100 millions de dollars.
  • Adoption d’un nouveau plan stratégique qui fait une priorité de la modernisation du secteur manufacturier québécois et lancement de l’Initiative manufacturière Investissement Québec.
  • Le gouvernement nomme Monique F. Leroux[38] présidente du conseil d’administration au printemps 2016
  • Suite au rapport du Vérificateur général du Québec, IQ déploie le projet Évolution.

2018 - 20 ans de leadership économique[modifier | modifier le code]

  • Fort de ses 20 années d’expérience, Investissement Québec poursuit sa transformation pour devenir un véritable accélérateur de projets et un leader du financement adapté aux nouvelles réalités des entreprises.

2019 - Un nouveau modèle d'affaires[modifier | modifier le code]

  • M. Pierre Fitzgibbon, ministre de l'Économie et de l'Innovation, dépose le projet de loi n°27[39] à l'Assemblée nationale du Québec visant à transformer le modèle d'affaires d'Investissement Québec.

Projet de loi n°27 - Réforme d'Investissement Québec[40][modifier | modifier le code]

Le gouvernement souhaite renforcer le rôle stratégique du Ministère de l'Économie et de l'Innovation (MEI) et d’Investissement Québec afin d’intervenir plus efficacement auprès des entreprises, dans le but :

  • d’accélérer les investissements des entreprises québécoises pour accroître la productivité et favoriser l’innovation;
  • de favoriser le développement économique des régions;
  • d’alléger les démarches pour les entreprises;
  • de rehausser l’action à l’international, soit d’attirer plus d’investissements étrangers et d’accroître et de diversifier les exportations du Québec.

En vertu du projet de loi n°27, Investissement Québec deviendrait la porte d’entrée pour toutes les entreprises québécoises qui désirent réaliser leurs projets d'investissement et de développement d'affaires.

Le projet de loi prévoit également une fusion avec le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) ainsi que la création d'Investissement Québec international, qui permettra une prospection plus proactive des investissements à l'international et de favoriser la diversification des exportations.

Présidents-directeurs généraux[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, Investissement Québec a été dirigée par les présidents-directeurs généraux suivants :

Présidents-directeurs généraux d'IQ
Nom Année d'entrée en fonction
Louis L. Roquet 1998
Maurice Prud'homme 2002
André Côté (intérim) 2003
Jean Houde 2003
André Côté (intérim) 2005
Jacques Daoust 2006
Mario Albert 2013
Yves Lafrance (intérim) 2014
Pierre Gabriel Côté 2015
Guy LeBlanc 2019


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « http://www.assnat.qc.ca/fr/travaux-parlementaires/commissions/cfp-35-2/journal-debats/CFP-980527.html »
  2. a et b « Adoption de la loi créant Investissement-Québec », sur bilan.usherbrooke.ca (consulté le 25 septembre 2019)
  3. Robert Bernier et Stéphane Paquin, L'État québécois: Où en sommes-nous?, PUQ, (ISBN 9782760551992, lire en ligne)
  4. « Nouveau patron chez Investissement Québec », sur Le Devoir (consulté le 25 septembre 2019)
  5. « - Loi sur la Société générale de financement du Québec », sur legisquebec.gouv.qc.ca (consulté le 25 septembre 2019)
  6. « Mission, vision et valeurs | Desjardins », sur Desjardins.com (consulté le 25 septembre 2019)
  7. « Émile Girardin », sur www.cqcm.coop (consulté le 25 septembre 2019)
  8. « Journal des débats de la Commission de l'économie et du travail - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le 25 septembre 2019)
  9. Zone Société- ICI.Radio-Canada.ca, « La Société québécoise de l'exploration minière souligne ses 50 ans », sur Radio-Canada.ca (consulté le 25 septembre 2019)
  10. (en) « SGF Soquia Investor Profile: Portfolio & Exits | PitchBook », sur pitchbook.com (consulté le 25 septembre 2019)
  11. « - Loi sur la Société de développement industriel du Québec », sur legisquebec.gouv.qc.ca (consulté le 25 septembre 2019)
  12. « Société de développement industriel du Québec - ArchivesCanada », sur archivescanada.accesstomemory.ca (consulté le 25 septembre 2019)
  13. Gilles L. Bourque, Le modèle québécois de développement: De l'émergence au renouvellement, PUQ, (ISBN 9782760516366, lire en ligne)
  14. « Projet de loi n°431 : Loi sur Investissement-Québec et sur Garantie-Québec - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le 25 septembre 2019)
  15. « Jean Pronovost, figure marquante de l'agriculture au Québec », sur La Presse, (consulté le 26 septembre 2019)
  16. Loi sur les impôts du Québec, lois connexes et règlements annotés, 2007, 21e édition, CCH Canadian Limited (ISBN 9782893665481, lire en ligne)
  17. « Loi concernant La Financière du Québec, LQ 2001, c 69 »
  18. « Maurice Prud'homme », sur Réseau Capital (consulté le 26 septembre 2019)
  19. « Dominique Vachon nommée directrice générale de la Financière du Québec », sur TVA Nouvelles (consulté le 26 septembre 2019)
  20. Roch Côté, Québec 2001, Les Editions Fides, (ISBN 9782762122343, lire en ligne)
  21. « Nomination de André Côté – Note biographique - Secrétariat aux emplois supérieurs », sur www.emplois-superieurs.gouv.qc.ca (consulté le 26 septembre 2019)
  22. « Nomination de Jean Houde – Note biographique - Secrétariat aux emplois supérieurs », sur www.emplois-superieurs.gouv.qc.ca (consulté le 26 septembre 2019)
  23. « L'économiste Dominique Vachon s'éteint à l'âge de 54 ans », sur La Presse, (consulté le 26 septembre 2019)
  24. « Bloomberg », sur www.bloomberg.com (consulté le 26 septembre 2019)
  25. Ministère de l'Économie et de l'Innovation, « Communiqué de presse / 340 M$ en capital de risque pour des projets structurants et des fonds sectoriels - MEI », sur Ministère de l’Économie et de l’Innovation (consulté le 26 septembre 2019)
  26. « Programme de soutien à l'industrie forestière »
  27. « - Loi sur la gouvernance des sociétés d’État », sur legisquebec.gouv.qc.ca (consulté le 26 septembre 2019)
  28. (en) « GRI Standards French Translations Download Center », sur www.globalreporting.org (consulté le 5 novembre 2019)
  29. « Québec en « Renfort » aux entreprises », sur www.lesaffaires.com (consulté le 5 novembre 2019)
  30. Zone Aucun thème sélectionné- ICI.Radio-Canada.ca, « Fusion SGF et Investissement Québec », sur Radio-Canada.ca (consulté le 5 novembre 2019)
  31. « Jacques Daoust devient président d'Investissement Québec », sur Le Devoir (consulté le 5 novembre 2019)
  32. « De la SGF à... Investissement Québec! », sur Le Soleil, (consulté le 5 novembre 2019)
  33. « Ressources Québec | Filiale d’Investissement Québec », sur www.investquebec.com (consulté le 5 novembre 2019)
  34. « Mario Albert à la tête d'Investissement Québec », sur www.lesaffaires.com (consulté le 5 novembre 2019)
  35. « Jean-Claude Scraire chez Investissement Québec », sur Le Devoir (consulté le 5 novembre 2019)
  36. « Louis Roquet nommé président du c.a d’Investissement Québec », sur TVA Nouvelles (consulté le 5 novembre 2019)
  37. Zone Économie- ICI.Radio-Canada.ca, « Pierre Gabriel Côté dirigera Investissement Québec », sur Radio-Canada.ca (consulté le 5 novembre 2019)
  38. « Monique Leroux devient présidente du c.a. d'Investissement Québec », sur www.lesaffaires.com (consulté le 5 novembre 2019)
  39. « Projet de loi n°27 : Loi concernant principalement l’organisation gouvernementale en matière d’économie et d’innovation - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le 5 novembre 2019)
  40. Ministère de l'Économie et de l'Innovation, « Ministère / Transformation du modèle d’intervention d’Investissement Québec - MEI », sur Ministère de l’Économie et de l’Innovation (consulté le 5 novembre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Rapports annuels[modifier | modifier le code]

Rapport annuel de la SGF - 2011[modifier | modifier le code]

Plan stratégique[modifier | modifier le code]

Plan stratégique 2016-2019, Investissement Québec

Liens externes[modifier | modifier le code]