Invasion (film, 2020)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Invasion
Titre original Вторжение
Vtorzhenie
Réalisation Fiodor Bondartchouk
Scénario Andreï Zolotariov
Oleg Malovitchko
Acteurs principaux
Sociétés de production Art Pictures Studio (ru) Vodorod
Pays d’origine Drapeau de la Russie Russie
Genre science-fiction
Durée 130 minutes
Sortie 2020

Série

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Invasion (Вторжение, Vtorzheniye) est un film de science-fiction (russe) réalisé par Fiodor Bondartchouk et sorti le 2020 en Russie (le en avant-première). Ses sorties internationales ont débuté le .

Invasion est la suite du film Attraction sorti en .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Trois ans ont passé depuis qu'un vaisseau spatial extraterrestre s'est écrasé à Chertanovo. Après avoir eu, seule, un contact direct avec un extraterrestre, Julia Lebedeva (Irina Starchenbaum), une fille ordinaire, fait l'objet d'études dans les laboratoires secrets du ministère de la Défense. Au cours de ces recherches, les scientifiques et les militaires décortiquent ses sentiments, ses émotions et ses souvenirs afin de se préparer à une attaque future. Mais les super-pouvoirs de Julia s'accroissent, et il s'avère que les humains ne sont pas les seuls intéressés par sa nouvelle force, qui est une menace à l'échelle cosmique. La planète est littéralement sous la menace d'une invasion…

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Mer Baltique. Une petite capsule spatiale tombe près d’un chalutier finlandais. Sortie du vaisseau extraterrestre de reconnaissance « Sol », elle a échappé aux radars d'un réseau de satellites de détection peu fiables, déployé depuis les événements du premier film il y a 3 ans par les États-Unis et la Chine, en sus de l'extension des sanctions contre la Russie pour son refus de partager la technologie extraterrestre, qu'elle entend utiliser pour son armée.

4 mois plus tard, Julia Lebedeva (Irina Starchenbaum), sur la route du laboratoire secret du ministère de la Défense russe, accompagne son camarade Google (Evgeniy Mikheev) à son nouveau travail chez Rostelecom.

Au cours du test qui suit, on lui présente Artiom (Alexandre Petrov), qui purge sa peine de prison pour tentative de meurtre, et se remet d’un AVC et d’autres blessures. Mais cette entrevue tourne mal, et Julia détruit quasiment tout le laboratoire avec ses pouvoirs. Son père, le général Lebedev (Oleg Menchikov), lui promet alors de stopper les expériences, et réduit sa surveillance. Mais il charge un de ses hommes, le capitaine Ivan (Youri Borisov), de la protéger incognito.

Ivan la suit donc discrètement. Julia fait sa connaissance alors qu'elle s'enivre dans un bar. Il lui explique qu'à cause de sa mission de surveillance et de protection, il ne peut consacrer du temps à sa femme et à son fils de 8 ans. Soudain, Haekon/Hariton (Rinal Muhametov) les interrompt, et tente d'enlever Julia. Les deux hommes se battent, Julia assomme Ivan, et s'enfuit avec Haekon/Hariton. Ils courent vers un parking, « Sol » prend le contrôle d'une voiture, et leur permettent de semer Ivan, quittant Moscou pour la campagne, où vit Haekon/Hariton depuis 4 mois. En effet, après les événements du premier film, il s'est réveillé et est resté en orbite autour de la terre, puis a amerri dans les eaux finlandaises (scène d'ouverture du film). Il a trouvé du travail, acheté une maison, l'a meublé et a même fait pousser un jardin, avec l'aide de Google.

Julia est heureuse de retrouver son ami extraterrestre, et passe la nuit avec lui. Elle admire la maison et apprécie ces retrouvailles. Le lendemain matin, au petit déjeuner, Haekon/Hariton lui avoue vouloir l'emmener. Mais Julia lui propose de rester et de vivre avec lui à la campagne. Elle appelle son père en vidéo pour lui expliquer la situation et lui dire qu'elle l'aime. Le général trace l'appel, et envoie ses hommes avec pour mission de les ramener sans violence. Mais le vaisseau extraterrestre « Sol » absorbe le « Râ », un autre vaisseau de guerre de la civilisation extraterrestre Haekona, et pirate le canal de communication entre le général et le groupe d’intervention, pour leur donner l’ordre d’éliminer Julia et Haekon. Ils essaient de s’enfuir dans la capsule, et un officier des forces spéciales tire sur Julia et la blesse.

Alors qu’ils tentent de quitter l’atmosphère terrestre, ils sont touchés par un missile S-400. Deux hélicoptères Ka-52 ouvrent le feu avec des mitrailleuses de gros calibre, et la capsule est forcée d’amerrir dans la Moskova. Mais pendant ce temps-là, Artiom a réussi à s’évader avec l’exosquelette extraterrestre, il vient les aide en combattant contre un hélicoptère et l'abat.

Au même moment, sur la chaîne de télévision nationale, des journalistes rapportent qu’une certaine Julia Lebedeva a fait exploser un immeuble résidentiel de Moscou, et diffusent un manifeste tiré d’un appel vidéo à son père, mais les employés de la chaîne sont interloqués car rien de tout cela ne provient du studio de télé. De plus, tout le monde reçoit sur son portable des appels de connaissances qui, même si elles sont à proximité, parlent toutes de l’explosion et de la nécessité d’arrêter Julia. Ivan, lui, reçoit un appel de sa femme lui disant que son fils est en état d’urgence absolue à l’hôpital. Mais la femme, de son côté, n’entend que des interférences au bout du fil et demande à son fils qui est en pleine forme, de se taire.

Le général Lebedev comprends immédiatement qu’il s’agit d’une cyberattaque, et, depuis la salle de crise d’un bunker, ordonne de cesser toute communication numérique et de passer au filaire, appelle la population via la radio FM à ne pas croire aux reportages sauf ceux de la télévision analogique, et à ne faire faire confiance qu’aux journaux. De vrais journalistes réussissent à récupérer l’antenne. Un numéro spécial du « Komsomolkaïa Pravda » est imprimé à la hâte.

Ayant échappé à la police, Haekon/Hariton se cache dans une maison près de chez Google, et soigne la blessure de Julia avec de l'eau pure. Mais Artiom assomme Haekon/Hariton, et le livre au Ministère de la Défense russe. L'extraterrestre explique alors au général Lebedev que « Râ » est un énorme vaisseau doté d'intelligence artificielle, capable, pour protéger sa civilisation, de subjuguer n'importe quel système numérique de la Terre, de subordonner le World Wide Web, de créer la panique et de diriger les masses pour atteindre ses objectifs. Ainsi, Râ a initié d'elle-même un protocole de prévention impliquant l'élimination de Julia, en montant de toutes pièces un scénario, prenant le contrôle de tous les appareils électroniques de la capitale, et commençant à dicter sa volonté aux citoyens de façon obsessionnelle par le biais d'Internet et de la télévision - une attaque de désinformation massive motivant tout le monde à tuer « la criminelle » Julia Lebedeva.

Haekon/Hariton explique au général Lebedev qu'en éteignant le satellite Yamal-410 appartenant à Rostelecom, il est possible de couper le réseau « Râ » pendant quelques secondes et d'utiliser les missiles du système Echelon-2 pour détruire le vaisseau extraterrestre. Google se rend aux bureaux de Rostelecom et réussit à éteindre le satellite avec l'aide d'un détachement d'officiers de communications militaires. Au même moment, Ivan emmène Julia au quartier général, à travers une foule de manifestants qui exige qu'elle soit traduite en justice. Ivan prévient Julia que si quelque chose arrive à son fils, elle en paiera le prix. Finalement, le missile atteint sa cible : victoire !

Mais il s'avère que « Râ » n'a pas été détruit, et que le vaisseau « Sol » entre dans l'atmosphère, et plane au-dessus du centre de Moscou. L'IA réfléchit, et prend une décision : puisqu'elle n'a pas réussi à détruire une seule personne, à savoir : Julia, alors elle doit tuer tout le monde, et Julia sera morte à coup sûr. « Sol » recueille donc toute l'eau de Moscou, et la place à 200 mètres d'altitude sur 3 kilomètres de diamètre, formant un océan gigantesque en suspension au-dessus de la ville.

Les percées d'eau en masse commencent au centre de Moscou. Un énorme mur d'eau se forme autour de la ville, détruisant des bâtiments entiers. Des tonnes d'eau sortent du sol, et tombent du ciel. Les habitants sont pris dans d'immenses inondations. Le métro de Moscou est englouti par les flots. C'est le chaos, Moscou se transforme en une nouvelle Atlantide[1]. Coincés entre deux eaux, les moscovites sont évacués sur les gratte-ciel de Moskva-City, et sur les toits de leurs habitations dans toute la région.

L'armée russe et l'EMERCOM essaient héroïquement de sauver un maximum de personnes avec une flotte d'hélicoptères et des embarcations. Le général Lebedev, par le biais d'un système d'alerte d'urgence, appelle les habitants à s'entraider de toutes les façons possibles, et leur envoient au préalable les trois héros Julia, Google et Artiom en hélicoptère Kamov Ka-226. Haekon/Hariton reste au ministère, et se propose au général pour détruire « Râ » avec sa capsule, en fonçant dans le moteur du réacteur : ce sera un aller simple, car lui seul peut piloter la capsule, et uniquement de l'intérieur. Le quittant pour son ultime mission, survolant les rues inondées de Moscou - paysage apocalyptique, Haekon/Hariton lui demande par talkie-walkie s'il peut vivre avec sa fille Julia, arguant que les chances de survie du général sont faibles. Le père acquiesce et lui dit adieu. Bientôt, une monstrueuse vague inonde la base et emporte le général.

Mais le destin du peuple de Moscou est en fait entre les mains de Julie, elle le sent, et alors que l'hélicoptère se coince les pales dans des câbles et s'apprête à s'écraser, les trois héros en perdent le contrôle et sautent sur un bâtiment de 9 étages. C'est là que Julia demande aux survivants de la tuer pour que l'inondation cesse. Elle crie à Ivan de lui tirer dessus, celui-ci sort de l'eau, vole un pistolet à un policier et tire sur Julia, mais tue Artiom, qui s'est jeté sur elle, pour prendre la balle à sa place. Par la suite, l'eau inonde complètement la zone, et Julia, utilisant soudainement ses pouvoirs à pleine puissance, pousse « Râ » hors de l'eau dans la troposphère, où il est détruit par des chasseurs Soukhoï Su-35, et, alors que son épave s'écrase sur le centre de Moscou, un bombardier Tupolev Tu-160 l'achève. L'eau retombe et se calme doucement, et le général Lebedev en sort vivant. Haekon/Hariton retrouve Julia qui pleure Artiom : il est mort héroïquement.

Quelque temps plus tard, Julia a des funérailles fictives auxquelles assistent ses amies de l'université, et son père Valentin Lebedev. Elle est enterrée près de la tombe d'Artiom. Dans la scène finale, le général est au Kamchatka avec le chien de sa fille, et il observe Julia et Haekon/Hariton qui s'envolent avec le vaisseau « Sol » vers une autre planète où personne ne les retrouvera jamais.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre original : Вторжение
  • Réalisation : Fiodor Bondartchouk et Oleg Trofim (seconde équipe)
  • Création : Mikhaïl Vroubel et Alexander Andriushchenko
  • Scénario : Andreï Zolotariov et Oleg Malovitchko
  • Direction artistique : Andrey Ponkratov
  • Costumes : Tatiana Dolmatovskaya
  • Photographie : Vladislav Opelyants
  • Son : Flysound[2]
  • Couleur : Colorkitchen[3]
  • Musique : Igor Vdovin
  • Direction de production : Alexander Andriushchenko
  • Production : Fiodor Bondarchouk, Elena Nelidova, Dimitri Rudovski, Mikhaïl Vroubel, Alexander Andriushchenko, Anton Zlatopolski, Viacheslav Murugov, et Mikhaïl Kitaev (exécutif)
  • Postproduction : Ekaterina Lee
  • Sociétés de production : Art Pictures Studio (ru), Dmitri Shirokov pour Vodorod Pictures[4], NMG Studio[5], Sony Pictures, STS Media[6] et le groupe Mail.ru[7]
  • Effets spéciaux[8] : Main Road Post (en), Trëhmer Film[9], Online VFX[10], Greenlight[11], Green FX, Snow Dog FX[12], Deep Blue[13], Digic Pictures (en), Kinopost et Multifilm Special Effects
  • Soutien : Fonds du Cinéma[14]
  • Sociétés de distribution : WDSSPR[15] (Drapeau de la Russie Russie), Columbia Pictures (Monde), ACME[16] (Drapeau de la Lituanie Lituanie), Capelight Pictures[17] (Drapeau de l'Allemagne Allemagne) et Blue Swan Entertainment[18] (Drapeau de l'Italie Italie)
  • Budget : 645 millions de roubles
  • Pays d'origine : Russie
  • Langue originale : russe
  • Genre : drame, science-fiction
  • Format : couleur - IMAX
  • Durée : 129 minutes
  • Date de sortie :

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Irina Starchenbaum : Juila Lebedeva
  • Rinal Mukhametov : Haekon/Hariton
  • Alexandre Petrov : Artiom
  • Youri Borisov : le capitaine Ivan (Vania)
  • Sergueï Garmach : le vice-premier ministre
  • Oleg Menchikov : le général Valentin Lebedev
  • Evgueni Mikheev : Google
  • Konstantin Bogomolov : le professeur
  • Andreï Nazimov : le directeur du département informatique
  • Daniel Kolzenov : un technicien
  • Catherine Stepanova : une cliente
  • Igor Kosterine : le major (ou commandant) au VSK-94
  • Sergueï Troiev : un technicien de la télévision
  • Stanislav Kisilievski : le conducteur de la Volvo

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

L'idée d'Invasion est née quelques mois après la sortie d'Attraction. Le processus préparatoire a duré un an et demi[19]. Pas moins de 70 scénarios différents ont été écrits par les créateurs. La scène finale à elle seule a dû être réécrite au moins dix fois[20].

Selon les acteurs, Fiodor Bondarchouk est l'un des rares réalisateurs qui les appelle personnellement pour leur dire qu'ils ont été acceptés pour le rôle.

Contrairement au premier film, les événements se déroulent aussi dans un environnement champêtre.

Le film a été financé et soutenu par l'État russe, et le Ministère de la Défense russe a mis à disposition de l'équipe du film tous ses derniers équipements et armes, y compris des prototypes, comme un véhicule autonome, qui a été utilisé pour le tournage de la scène dans le laboratoire, et qui sera bientôt introduit dans les grandes installations de production du ministère, pour transporter les employés[21].

C'est l'artiste Maxim Revin qui a suggéré la création du vaisseau extraterrestre de combat « Râ »[22].

La berline Aurus Senat, une voiture spécialement créée dans le cadre du projet « Cortege »[23] pour la présidence de la Fédération de Russie, participe au film et y est mise en valeur[24].

Tournage[modifier | modifier le code]

Il a débuté le , s'est étendu sur près de 10 000 kilomètres, et a été effectué dans le plus grand secret. 2 équipes de tournage ont tourné à Moscou, à Kaliningrad, au Kamchatka et en Hongrie.

Un quartier entier de Moscou a été bouclé de nuit pour tourner la scène de la poursuite, avec un total de huit caméras et un hélicoptère, dans la rue Orlikov (Орликов переулок (ru)) et les rues adjacentes. Une partie de la poursuite a été filmée sur une section inachevée du quatrième périphérique de Moscou, qui a été spécialement remplie de voitures[25].

Les artistes ont fait une mini-expédition à Kaliningrad pour tourner l'épisode finlandais du début du film, dont l'une des premières scènes a été filmée pendant une véritable tempête[26].

L'équipe du film s'est rendue en avion au Kamchatka, « la Nouvelle-Zélande russe », pendant 2 jours[27], pour le tournage marquant de la scène finale, filmée dans le stratovolcan Ksoudatch, dont la dernière éruption date d'il y a 100 ans.

C'est dans les légendaires « studios Origo » de Budapest, qu'ont été tournées certaines scènes d'inondations complexes avec près de 450 personnes[28],[29], sur un gigantesque plateau mobile, formé d'une piscine géante alimentée par des bouches d'incendie, où il est possible d'immerger les décors. Le toit du bâtiment de 9 étages y a ainsi été construit en grandeur nature[30], et immergé pour une des scènes du film. Au total, 12 tonnes sont passées sous l'eau, selon le réalisateur.

Légendaires, car c'est dans ces studios hongrois que se déroule le tournage de la plupart des superproductions cinématographiques du monde : Denis Villeneuve, par exemple, les a utilisés pour son film Blade Runner 2049[31] et les utilisera pour son prochain film Dune. Anecdote intéressante : l'équipe d'Invasion y a filmé en même temps que celle de Terminator : Dark Fate.

Pour tourner les scènes sous-marines, Irina Starschenbaum s'est entrainée à la plongée avant le tournage, pendant deux mois. Son record est de 15 heures de prises en piscine[32].

Les prises de vue avec un soleil rasant sont si chères au réalisateur et au directeur de la photographie que certaines scènes ont dû être tournées de nombreuses fois.

Postproduction[modifier | modifier le code]

Les équipes du studio d'effets spéciaux russe Main Road Post (en), responsable des graphismes du film, ont recréé Moscou dans ses moindres détails par ordinateur, pour réaliser, de manière réaliste, entre autres, la scène apocalyptique grandiose de submersion à grande échelle[33], « un véritable défi » selon Arman Yakhin, directeur du studio[34].

Les graphistes sont également très fiers de la scène de combat d'Artiom contre le Ka-52[35].

Pour le réalisateur, le son est aussi l'une des composantes les plus importantes de cette superproduction (au format Dolby Atmos). C'est ainsi que l'australien Dave Whitehead, monteur son et créateur des paysages sonores de blockbusters tels que King Kong, District 9, Elysium, la trilogie du Hobbit, Chappie, Blade Runner 2049, Mortal Engines, et, bien sûr, Attraction, a travaillé sur le film Invasion, à l'appel de Fiodor Bondartchouk[36].

Musique[modifier | modifier le code]

C'est le compositeur Igor Vdovin qui a écrit la bande originale de ce film. Depuis le , elle est disponible sur Yandex Music, iTunes, BOOM et VK[37],[38],[39],[40]. Pour rappel, c'était Ivan Bourliaïev qui avait écrit celle d'Attraction.

On remarquera deux musiques additionnelles : Выше домов[41] de Sirotkin, et i love you[42] de Billie Eilish

La bande-annonce IMAX[43] contient le morceau Universe Has No End de l'album Supreme II d'Imagine Music[44], une bibliothèque russe de production musicale, dont les morceaux accompagnent de la plupart campagnes publicitaires des plus grands films russes et hollywoodiens.

Une autre bande-annonce[45] contient un remix[46], d'Imagine Music[47] également, de l'air célèbre[48] du Lac des Cygnes de Tchaïkovski.

Sortie[modifier | modifier le code]

Invasion est le troisième film de Fiodor Bondartchouk à sortir en format IMAX après Stalingrad et Attraction[49].

La bande-annonce[50] est diffusée depuis le . La bande-annonce IMAX quant à elle, est sortie le [51].

Pour l'instant, les bandes-annonces sont en version originale russe[52], avec sous-titres anglais[45],[43],[53], en version allemande[54], en version anglaise avec sous-titres espagnols[55], ou en version espagnole[56].

Promotion[modifier | modifier le code]

Le film a bénéficié d'une grande promotion.

Fin , il a été présenté dans le cadre du festival Comic-Con Russia (en), où on a pu noter la présence des acteurs Egor Korechkov et Pavel Derevianko, du styliste Valentin Ioudachkine[57] et sa femme Marina, de l'animateur Sergueï Svetlakov, de la mannequin Julia Snigir, de la leader d'opinion Ksenia Sobtchak[58] et son mari l'acteur Konstantin Bogomolov[59], du réalisateur Pjotr Wiktorowitsch Buslow (de), de l'acteur Nikita Koukouchkine[60], de l'actrice Anna Nevskaya, de l'acteur Vladimir Iaglytch, du journaliste Mikhail Zygar (en) et de l'éditrice Aliona Doletskaya (en)[61].

Peu avant le nouvel an, Invasion a fait de nombreuses premières en Russie. L'actrice Paulina Andreeva est venue soutenir Fiodor Bondartchouk lors de celles de Moscou.

Coup d'œil : le film est sorti en grande pompe au nouvel an, et a été projeté dans les cinémas russes (ou du moins moscovites) juste après que soient retransmis en direct les vœux du président Vladimir Poutine à la nation russe et l'hymne national russe via la chaine de télévision Russia 1, ainsi que les vœux du réalisateur et de l'actrice principale préenregistrés[62],[63].

Les ventes sont 60% plus élevées que celles d'Attraction : les droits d'Invasion ont été acquis par quelques pays européens : l'Allemagne et les pays baltes, ainsi que par le Japon, l'Amérique latine, et les pays de l'Asie du Sud-Est, a déclaré le réalisateur à l'agence TASS [64],[65].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Invasion est noté 5,5/10 par IMDb (avec 1457 notes), 6,6/10 par Ivi, 7,3/10 par Film Pro (avec 526 notes), Kino-Zeit le note 3,8/5 (avec 129 notes), KinoPoisk : 5,7/10 (avec 36 089 notes), FilmStarts (l'équivalent allemand de notre Allociné) : 3,3/5, Cinemaxx : 8,4/10. Par ailleurs, 68 % des utilisateurs de Google ont aimé ce film.

Invasion, c'est le premier film de 2020, la première superproduction de l'année en Russie, « le blockbuster des destinées humaines »[66] et le film russe le plus ambitieux - tant en ce qui concerne l'ampleur des événements, que la qualité de leur présentation. On ne peut pas lui enlever cela[67].

Le site Kritikanstvo.ru, une référence dans le domaine de la critique russe, liste 24 critiques de médias, dont seulement deux (2) négatives, et le film y obtient la note globale de 6,3/10[68].

La dimension sentimentale et patriotique du film, son humour et son sens profond, sont tournés en ridicule par deux (2) sites internet : film.ru (qui le note tout de même 5,9/10) et kanobu.ru, qui trouvent Invasion pompeux : « l'héroïne est absolument inintéressante, [...] l'extraterrestre est agaçant, [...] il y a trop de pathos dans leur histoire d'amour, [...] c'est un film tout simplement ennuyeux, mauvais, stupide et fatigant, et somme toute, pas particulièrement spectaculaire » (sic)[69],[70].

Le consensus est clairement là pour dire que les effets spéciaux sont à couper le souffle, mais qu'il y a beaucoup trop de placement de produits et de publicité pour les forces aériennes et spatiales de l'armée russe et pour Rostelecom[71].

Mais il est décrit dans toute la presse cinématographique russe comme un film d'amour convaincant, coup de poing, curieux et pertinent[72], un mélodrame fantastique avec intelligence artificielle, avec un fond de patriotisme, d'unité nationale, de militarisme et d'identité, un spectacle impressionnant[73].

Nombreuses sont les personnes qui attendaient ce film : ils l'appellent « Attraction 2 » depuis qu'ils en ont eu vent, le trouvent formidable et surtout, beaucoup plus puissant, plus intéressant et plus mature que le premier (et meilleur que Géostorm[74]). Un film à voir en famille, assurément, si l'on en croit les réactions à chaud (en russe) du public moscovite[75],[76],[77],[77].

Ce film est, sans conteste dans les médias locaux, un de ces rares objets russo-galactiques non-identifiés[78], mais phénoménaux, à la mise en scène peaufinée[79], et ce, malgré les sanctions économiques toujours plus nombreuses[80]. Les russes ont un génie[81] qui fait leur fierté patriotique : Fiodor Bondartchouk[82].

La scène de la poursuite régale particulièrement le public. La musique épique du nouveau compositeur de la franchise Igor Vdovin marque.

Les amateurs de blockbusters russes et de Fiodor Bondartchouk apprécieront. Le personnage d'Artiom, campé par Alexandre Petrov, surprend, impressionne et provoque l'empathie de beaucoup[83], qui ne l'ont jamais vu ainsi auparavant. Oleg Menchikov, dont le rôle est à présent d'une toute autre envergure, est vénéré de certains.

D'autres admirent Irina Starchenbaum, Julia, qui n'était qu'une adolescente dans Attraction, et qui est maintenant une femme, l'héroïne, le personnage principal et central de l'univers d'Invasion.

Le personnage de Rinal Mukhametov, « l'extraterrestre aux racines tatares », Haekon/Hariton, a « grandi », et est « clairement plus humain », dans le sens où il a acquis une expérience de vie sur Terre, il est encore meilleur, tout empreint de faiblesse humaine mais toujours aussi très respectueux de tout, enfantin - avec une pureté particulière, selon Irina Starchenbaum.

Certains encore auront remarqué le jeu d'acteur remarquable de Youri Borisov, prochainement dans un grand rôle du biopic Kalachnikov, et précédemment à l'affiche du film T-34 où il jouait déjà avec Irina Starchenbaum et Alexandre Petrov. Pour rappel, Youri Borisov avait aussi été pressenti pour le rôle de Haekon/Hariton dans Attraction, mais c'est finalement Rinal Mukhametov qui a été choisi[84].

Invasion est quasiment unanimement un film hors normes, hautement artistique, extrêmement efficace et important, un fleuron de l'industrie nationale russe[85], avec des scènes d'action incroyables, des graphismes étonnants et des rebondissements imprévisibles de l'intrigue[86], une image encore plus grande, plus brillante, plus extraordinaire et plus ébouriffante que dans Attraction[87] (format IMAX oblige), grâce aux travaux, notamment, du directeur de la photographie Vladislav Opeliants, du directeur artistique Andrei Ponkratov, de la costumière Tatiana Dolmatovskaya[88] et du graphiste Arman Yakhin (dont le studio Main Road Post (en) a créé les effets spéciaux de près de la moitié des blockbusters russes).

Constat en sortie de salle : le spectateur moyen, profane et narquois résume le film ainsi : le sort de la planète est entre les mains du ministère russe de la Défense[89].

Autre constat : le spectateur curieux, attentif et hardi quitte la séance avec de nombreuses questions sans réponses. Après avoir regardé Invasion, il a le sentiment que les auteurs eux-mêmes ne savaient pas exactement comment fonctionne le monde de science-fiction qu'ils ont inventé[90]. Il attend le 3e opus avec impatience : la fin d'Invasion est ouverte, comme dans Attraction, ce qui laisse donc présager une suite.

Selon le site gamemag.ru, le film aurait pu être meilleur si les scénaristes avaient mieux expliqué à quel point Julia est dangereuse pour l'univers[91].

Enfin, sur le site IMDb : « [Invasion is] a Russian remake of American Independence day, where the aliens are acting differently, but with the same outcome. A must watch for sci-fi movie lovers »[92].

Box-office[modifier | modifier le code]

Invasion a coûté 10 millions de dollars, et il en a amassé 16 à l'international (16 108 069 $), dont 82 millions de roubles le premier jour.

Pour rappel, le total des recettes du box-office du premier film, Attraction, a totalisé 44 millions de roubles durant son premier jour et dépassé le milliard de roubles (16 millions de $) dans les pays de la CEI. Ainsi, en 2017, plus de 4 millions de spectateurs l'ont vu au cinéma[93], et ce film a été également l'un des plus vus en VOD[94].

CEI[modifier | modifier le code]

Dans la communauté des États indépendants, Invasion, c'est 3 583 993 spectateurs, 993 677 440 roubles de recettes totales (16 050 354 $), 1 806 copies, pour 140 987 séances[95], et le film se classe, à ce jour, quatrième au box-office russe global de 2020, dépassant ainsi là-bas Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker, Sonic, Birds of Prey ou Bad Boys for Life (entre autres).

Lituanie[modifier | modifier le code]

Selon Box Office Mojo et IMDb, le film y a amassé 50 805 $, avec 77 copies.

Allemagne[modifier | modifier le code]

Selon Box Office Mojo et IMDb, le film y a amassé 147 428 $, avec 112 copies.

Bolivie[modifier | modifier le code]

Selon Box Office Mojo et IMDb, le film y a amassé 6 932 $, avec 1 copies.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Non, il n'est pas nécessaire de regarder Attraction avant Invasion[96] car celui-ci n'est pas une suite mais plutôt une antithèse de celui-là[97], et, selon le réalisateur lui-même, il s'agit d'une « nouvelle histoire ». Toutefois, un récapitulatif de l'opus précédent est présenté au prologue du film, sous le format d'un diaporama en 3D réalisé par le studio russe dobro® ccs[98], à la manière du clip House of Cards de Radiohead[99],[100].

À l'heure du « RuNet » et de la nécessité d'un internet souverain[101], ce film résonne. Car c'est un film sur la principale guerre du XXIe siècle : la guerre de l'information[102]. Il n'est pas exclu que Fiodor Bondartchouk soutienne la loi sur le contrôle d’Internet, qui est entrée en vigueur en Russie le [103].

La ville de Moscou est présentée dans le film sous tous ses angles, dans toute sa gloire et sa splendeur. Le fameux Kremlin est là ainsi que l'Université d'État Lomonossov, l'une des plus prestigieuses universités de la capitale[104].

Pour rappel, le premier film de ce qu'on pourrait appeler « la franchise fantastique de Bondartchouk », Attraction, a rencontré ses spectateurs avec cette phrase (dans la bouche de la mère de l'héroïne) : « Les étoiles sont les yeux d'un ange »[105]. Ici, Invasion commence par une citation de Stephen Hawking, un homme qui fait clairement autorité en matière d'espace: « Cet Univers ne serait pas grand-chose s’il n’abritait pas les gens qu’on aime »[106] (propos rapportés par ses enfants lors de son décès).

Le générique de fin dure treize minutes, sur le morceau I love you de Billie Eilish[107].

Éditions en vidéo[modifier | modifier le code]

Le Blu-ray, le Blu-ray boitier métal édition limitée et le DVD du film sont sortis en Allemagne le , et la VOD le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) « «Вторжение» Федора Бондарчука — блокбастер о важности критического мышления », sur kinoart.ru (consulté le 2 janvier 2020) : « который превращается в новую Атлантиду »
  2. « Flysound », sur Flysound (consulté le 5 janvier 2020)
  3. (en-US) « Colorkitchen | Professional Colorgrading for Film and Video » (consulté le 10 février 2020)
  4. (ru) « vodorodfilm »
  5. « О холдинге », sur nm-g.ru (consulté le 5 janvier 2020)
  6. « CTC media », sur www.ctcmedia.ru (consulté le 5 janvier 2020)
  7. « Mail.ru Group », sur corp.mail.ru (consulté le 5 janvier 2020)
  8. « ATTRACTION 2 (PRITYAZHENIE 2) », sur The Art of VFX, (consulté le 4 janvier 2020)
  9. « Trehmer Film », sur trehmer.com (consulté le 5 janvier 2020)
  10. (ru) « online-vfx »
  11. « Home - Green Light », sur thegreenlight.ru (consulté le 5 janvier 2020)
  12. (en) « PROJECTS », sur snowdogfx.com (consulté le 5 janvier 2020)
  13. (en) « Deep Blue », sur Deep Blue (consulté le 5 janvier 2020)
  14. « Фонд кино », sur www.fond-kino.ru (consulté le 5 janvier 2020)
  15. « Вторжение - В прокате - WDSSPR », sur www.wdsspr.ru (consulté le 5 janvier 2020)
  16. selon IMDb
  17. « Attraction 2 – Invasion | capelight pictures », sur www.capelight.de (consulté le 5 janvier 2020)
  18. (it) « blueswan »
  19. Commencé à tourner le film The Attraction 2 Fedor Bondarchuk
  20. (ru) « Как снимали «Вторжение». Интересные факты », sur www.kinometro.ru (consulté le 4 janvier 2020) : « Всего было создано не менее 70 вариантов сценария будущего фильма. [...] Один только финал переписывался как минимум десять раз »
  21. (ru) « Как снимали «Вторжение». Интересные факты », sur www.kinometro.ru (consulté le 4 janvier 2020) : « Для съемок фильма Министерство обороны предоставило новейшие виды военной техники и оружия, в том числе испытательные образцы, которые только будут внедряться в производство. Например, беспилотный автомобиль, который использовали в съемках сцены в Лаборатории, скоро будет внедрен на крупных производствах для перевозки сотрудников »
  22. (ru) « Как создавались спецэффекты для фильма «Вторжение» Федора Бондарчука? », sur Кино-Театр.РУ (consulté le 4 janvier 2020) : « Дизайн «Ра» мы не сразу придумали. Его предложил наш художник Максим Ревин »
  23. Sedan Aurus Senat sera le héros du blockbuster Attraction-2
  24. « Автомобили «Аурус» стали героями большого кино », sur Авто Mail.ru,‎ (consulté le 2 janvier 2020)
  25. (ru) « Как снимали «Вторжение». Интересные факты », sur www.kinometro.ru (consulté le 4 janvier 2020) : « Для съемок сцены погони на всю ночь в Москве был перекрыт почти целый квартал. Сцену общей сложности снимали на восемь камер и коптер, разделившись на две съемочных группы в Орликовом переулке и прилегающих улицах. Часть погони снимали на недостроенном участке Четвертого транспортного кольца, которое специально заполняли автомобилями »
  26. (ru) « Эксклюзив. Федор Бондарчук и Олег Меньшиков: к «Вторжению» готовы », sur PEOPLETALK,‎ (consulté le 4 janvier 2020) : « мы на всю ночь перекрыли один из переулков в центре Москвы, разыгрывали погоню на недостроенной трассе, летали на два дня в Калининград и в шторм снимали одну из первых сцен фильма »
  27. dont une nuit en tente pour Oleg Menchikov, en forêt, avec des ours !
  28. (ru) « Эксклюзив. Федор Бондарчук и Олег Меньшиков: к «Вторжению» готовы », sur PEOPLETALK,‎ (consulté le 4 janvier 2020) : « Весь надводно-подводный размах (а во «Вторжении» топит Москву) снимали в Будапеште, на студии под открытым небом »
  29. (ru) « Как снимали «Вторжение». Интересные факты », sur www.kinometro.ru (consulté le 4 janvier 2020) : « Сложнопостановочные водные сцены фильма снимали в Будапеште на Origo Studios под открытым небом. »
  30. (ru) « Эксклюзив. Федор Бондарчук и Олег Меньшиков: к «Вторжению» готовы », sur PEOPLETALK,‎ (consulté le 4 janvier 2020) : « и крышу девятиэтажного дома строили в натуральную величину »
  31. (ru) « Как создавались спецэффекты для фильма «Вторжение» Федора Бондарчука? », sur Кино-Театр.РУ (consulté le 4 janvier 2020) : « То же место использовалось режиссером Дени Вильневым во время съемок его фильма «Бегущий по лезвию 2049». »
  32. (ru) « Как снимали «Вторжение». Интересные факты », sur www.kinometro.ru (consulté le 4 janvier 2020) : « Чтобы снять все надводные и подводные сцены ВТОРЖЕНИЯ, Ирина Старшенбаум начала заниматься дайвингом за два месяца до съемок. Ее рекорд – 15 съемочных часов в бассейне »
  33. (ru) « Как создавались спецэффекты для фильма «Вторжение» Федора Бондарчука? », sur Кино-Театр.РУ (consulté le 4 janvier 2020) : « Для фильма создатели спецэффектов из студии Main Road Post воссоздали на компьютере Москву во всех мельчайших подробностях »
  34. (ru) « Как создавались спецэффекты для фильма «Вторжение» Федора Бондарчука? », sur Кино-Театр.РУ (consulté le 4 janvier 2020) : « По словам создателей, воссоздать потоп во всех подробностях было крайне непросто: «Это было настоящее испытание [...]" »
  35. (ru) « Как создавались спецэффекты для фильма «Вторжение» Федора Бондарчука? », sur Кино-Театр.РУ (consulté le 4 janvier 2020) : « Особенно гордимся сценой, когда Артем (Александр Петров) в боевом экзокостюме выскакивает на улицу [..] с его нападением на вертолет. »
  36. (ru) « Как снимали «Вторжение». Интересные факты », sur www.kinometro.ru (consulté le 4 janvier 2020) : « Кроме того, так как одной из самых важных составляющих настоящего блокбастера Федор Бондарчук считает звук, работать на проект позвали Дэйва Уайтхэда, автора саунд-дизайна таких блокбастеров, как БЕГУЩИЙ ПО ЛЕЗВИЮ 2049, трилогии ХОББИТ, экшна ЭЛИЗИУМ: РАЙ НЕ НА ЗЕМЛЕ и, конечно же, ПРИТЯЖЕНИЯ »
  37. Вторжение — Игорь Вдовин (lire en ligne)
  38. (en-US) Bторжение (Из к/ф "Вторжение") by Игорь Вдовин on iTunes (lire en ligne)
  39. (ru) « BOOM », sur boom.ru (consulté le 10 janvier 2020)
  40. « Оригинальный Саундтрек Вторжение - Игорь Вдовин: écoutez gratuitement en ligne avec la Musique VK », sur m.vk.com (consulté le 10 janvier 2020)
  41. « Выше домов » (consulté le 5 janvier 2020)
  42. « Billie Eilish - i love you (Lyrics) » (consulté le 5 janvier 2020)
  43. a et b « ВТОРЖЕНИЕ | INVASION (2020) | IMAX трейлер », à 27 secondes (consulté le 5 janvier 2020)
  44. « Mur », sur m.vk.com (consulté le 5 janvier 2020)
  45. a et b « ВТОРЖЕНИЕ (2020) | Официальный трейлер », à 1 minute 37 secondes (consulté le 5 janvier 2020)
  46. « Imagine Music - Swan Lake Trailerized ("Invasion" Official Trailer Music) », (à partir de 1 minute 33 secondes) (consulté le 27 février 2020)
  47. « Mur », sur m.vk.com (consulté le 5 janvier 2020)
  48. « Tchaikovsky - Swan Lake , Le Lac des Cygnes » (consulté le 5 janvier 2020)
  49. RIA Novosti, « Art Pictures | "Вторжение" выйдет в формате IMAX 1 января », sur studio.art-pictures.ru (consulté le 2 janvier 2020) : « "Вторжение" станет третьим фильмом Бондарчука, выпущенным в формате IMAX после "Сталинграда" и "Притяжения" »
  50. « Вторжение - тизер-трейлер » (consulté le 5 janvier 2020)
  51. « ВТОРЖЕНИЕ | INVASION (2020) | IMAX трейлер » (consulté le 3 février 2020)
  52. « Вторжение - тизер-трейлер » (consulté le 3 février 2020)
  53. « ВТОРЖЕНИЕ (2020) | Второй трейлер » (consulté le 5 janvier 2020)
  54. « ATTRACTION 2: INVASION – Teaser (Deutsch) » (consulté le 9 janvier 2020)
  55. « INVASIÓN EL FIN DE LOS TIEMPOS Tráiler Español Sub. (2020) » (consulté le 3 février 2020)
  56. « INVASIÓN El Fin De Los Tiempos - Trailer Español Latino 2020 » (consulté le 3 février 2020)
  57. qui a redessiné aux couleurs des armées tsaristes l'uniforme de l'armée russe en 2008
  58. mentor politique de Vladimir Poutine
  59. qui joue ici le rôle du professeur d'université
  60. qui jouait dans Attraction
  61. (en) « Экс-влюбленные Александр Петров и Ирина Старшенбаум встретились на премьере фильма «Вторжение» », sur Вокруг ТВ (consulté le 6 janvier 2020)
  62. (ru) « Вторжение. Х/ф. Самый ожидаемый фантастический фильм года уже в кино! (сюжет программы "Вести в 20:00") », (à partir de 1 minute 05 secondes), sur russia.tv (consulté le 5 janvier 2020)
  63. « Фильм «Вторжение» sur Instagram : Первые зрители увидели фильм #Вторжение в новогоднюю ночь в кинотеатре Октябрь! 🎊 А вы уже купили билеты в кино? 🛸👽 », sur Instagram (consulté le 3 février 2020)
  64. (ru) « Фильм Федора Бондарчука "Вторжение" выходит в прокат », sur ТАСС (consulté le 6 janvier 2020) : « Как ранее сообщил Бондарчук ТАСС, права на "Вторжение" уже проданы в ряд государств Европы, Прибалтики, Японию и другие страны. »
  65. (ru) « Федор Бондарчук: талантливых людей в российской киноиндустрии можно пересчитать по пальцам », sur ТАСС (consulté le 6 janvier 2020) : « — На какие рынки делаете большую ставку, какие страны уже купили права на прокат "Вторжения"?— Латинская Америка, Германия и часть Юго-Восточной Азии. Уже сейчас продажи "Вторжения" на 60% больше, чем продажи "Притяжения". »
  66. (ru) « Фильм о фильме #Вторжение » (consulté le 12 janvier 2020) : « блокбастере человеческих судеб »
  67. (ru) Вадим Елистратов, « Бондарчук и его мечта о русском фантастическом блокбастере: обзор «Вторжения» — Кино и сериалы на DTF », sur DTF,‎ (consulté le 6 janvier 2020)
  68. (ru) « Рецензии на фильм Вторжение (2020), отзывы », sur Критиканство (consulté le 4 janvier 2020)
  69. « Гуманоиды из Чертаново: рецензия на фильм «Вторжение» », sur www.film.ru (consulté le 6 janvier 2020)
  70. (en) « Информационная война и разрушения. Каким получилось «Вторжение» Федора Бондарчука », sur kanobu.ru (consulté le 6 janvier 2020)
  71. (ru) « Рецензия на фильм Фёдора Бондарчука «Вторжение»: Российско-галактический продукт », sur www.intermedia.ru,‎ (consulté le 3 janvier 2020) : « «Ростелеком» и вовсе становится рекордсменом по количеству упоминаний в фильме »
  72. (ru) « Рецензия на фильм «Вторжение» Фёдора Бондарчука », sur KINOMANIA.RU (consulté le 3 janvier 2020) : « любопытно и актуально »
  73. (ru) « Рецензия на фильм «Вторжение» Фёдора Бондарчука », sur KINOMANIA.RU (consulté le 3 janvier 2020) : « В финале «Вторжения» зрителя ожидает довольно впечатляющее зрелище »
  74. (ru) « Гуманоиды из Чертаново: рецензия на фильм «Вторжение» », sur www.film.ru (consulté le 6 janvier 2020) : « но точно выглядит лучше, чем в каком-нибудь «Геошторме» »
  75. (en) « Вторжение - уже в кино » (consulté le 5 janvier 2020)
  76. (en) « Вторжение - уже в кино » (consulté le 5 janvier 2020)
  77. a et b (en) « Отзывы зрителей на фильм #ВТОРЖЕНИЕ » (consulté le 5 janvier 2020)
  78. (ru) « Рецензия на фильм «Вторжение» // фильм Вторжение », sur filmz.ru (consulté le 3 janvier 2020) : « а понятие «российско-галактического продукта» больше не кажется оксюмороном »
  79. (ru) « Форма воды: Бондарчук эффектно топит Москву во «Вторжении» », sur Газета.Ru (consulté le 3 janvier 2020) : « Федор Бондарчук от фильма к фильму оттачивает режиссуру по-голливудски »
  80. (ru) « Рецензия на фильм «Вторжение» // фильм Вторжение », sur filmz.ru (consulté le 3 janvier 2020) : « но экономические санкции всё равно продлены »
  81. (ru) « Форма воды: Бондарчук эффектно топит Москву во «Вторжении» », sur Газета.Ru (consulté le 2 janvier 2020) : « В известном смысле и Бондарчук — гений »
  82. (ru) « Форма воды: Бондарчук эффектно топит Москву во «Вторжении» », sur Газета.Ru (consulté le 3 janvier 2020) : « Федор Бондарчук [...] а это вполне себе повод для патриотической гордости: он у нас такой, в общем-то, один »
  83. (ru) « Информационная война и разрушения. Каким получилось «Вторжение» Федора Бондарчука », sur kanobu.ru (consulté le 3 janvier 2020) : « Персонаж Александра Петрова [...] За него можно даже переживать. »
  84. (ru) « Как снимали «Вторжение». Интересные факты », sur www.kinometro.ru (consulté le 4 janvier 2020) : « К актерской команде присоединился Юра Борисов. Интересно, что Петров, Старшенбаум и Борисов уже снимались вместе в фильме Т-34. Не менее интересно, что три года назад Борисов пробовался на роль Хэкона в ПРИТЯЖЕНИИ, которая позже досталась Риналю Мухаметову. »
  85. (ru) « Рецензия на фильм «Вторжение» Фёдора Бондарчука », sur KINOMANIA.RU (consulté le 3 janvier 2020) : « «Притяжение» Федора Бондарчука [...] кино важное для отечественной индустрии »
  86. (ru) « Art Pictures | Вторжение », sur media.art-pictures.ru (consulté le 4 janvier 2020) : « "Вторжение" - это новые зрелищные экшн-сцены, поражающая воображение компьютерная графика и непредсказуемые сюжетные повороты. »
  87. (ru) « Рецензия на фильм «Вторжение» Фёдора Бондарчука », sur KINOMANIA.RU (consulté le 3 janvier 2020) : « Что касается графики и исполнения, по качеству сиквел явно превосходит «Притяжение» »
  88. (ru) « «Вторжение» Федора Бондарчука — блокбастер о важности критического мышления », sur Искусство кино (consulté le 2 janvier 2020)
  89. (ru) « Рецензия на фильм Фёдора Бондарчука «Вторжение»: Российско-галактический продукт », sur www.intermedia.ru,‎ (consulté le 3 janvier 2020) : « судьба планеты находится в руках российского Министерства обороны »
  90. (ru) « «Вторжение»: Каким получилось продолжение «Притяжения» без Чертанова », sur КиноРепортер,‎ (consulté le 3 janvier 2020) : « Но после просмотра «Вторжения» складывается ощущение, что авторы и сами не очень точно знали, как функционирует придуманный ими sci-fi мир. »
  91. (ru) « Вторжение - обзор фильма Притяжение 2 », sur GameMAG,‎ (consulté le 6 janvier 2020) : « Но фильм мог быть лучше, если бы сценаристы все же нормально объяснили, чем так опасна Юля для вселенной »
  92. Invasion (2020) - IMDb (lire en ligne)
  93. (ru) « Art Pictures | Вторжение », sur media.art-pictures.ru (consulté le 4 janvier 2020) : « Более 4 миллионов зрителей посмотрели первую часть картины в кинотеатрах, общие кассовые сборы превысили миллиард рублей по России и СНГ. »
  94. « Art Pictures | Вторжение », sur media.art-pictures.ru (consulté le 4 janvier 2020) : « Первая часть - "Притяжение" - также стала одним из лидеров по просмотрам в российских онлайн-кинотеатрах в 2017 году »
  95. « ВТОРЖЕНИЕ: кассовые сборы, о фильме », sur www.kinometro.ru (consulté le 21 janvier 2020)
  96. « Рецензия на фильм Фёдора Бондарчука «Вторжение»: Российско-галактический продукт », sur www.intermedia.ru,‎ (consulté le 3 janvier 2020) : « Мы сразу можем однозначно ответить на вопрос, терзающий некоторых зрителей перед походом в кинотеатр: нет, «Притяжение» перед на «Вторжением» смотреть вовсе не обязательно »
  97. (ru) « «Вторжение» Федора Бондарчука — блокбастер о важности критического мышления », sur Искусство кино (consulté le 2 janvier 2020) : « «Вторжение» Федора Бондарчука позиционируется как сиквел «Притяжения», но на деле оказывается не продолжением, а скорее антитезисом. »
  98. dobro, « Invasion Prologue // opening scene of the Invasion movie », (consulté le 11 février 2020)
  99. « Radiohead - House of Cards » (consulté le 7 janvier 2020)
  100. (ru) « Форма воды: Бондарчук эффектно топит Москву во «Вторжении» », sur Газета.Ru (consulté le 2 janvier 2020) : « Длинный рекап предыдущей серии в формате трехмерного слайд-шоу (повторять содержание мы не будем, но отметим, что местами похоже на клип Radiohead «House of Cards») »
  101. (ru) « Форма воды: Бондарчук эффектно топит Москву во «Вторжении» », sur Газета.Ru (consulté le 3 janvier 2020) : « фильм Бондарчука можно интерпретировать как ленту про необходимость суверенного интернета »
  102. (ru) « «Вторжение»: Рецензия Киноафиши », sur www.kinoafisha.info (consulté le 3 janvier 2020) : « главная война в XXI веке — война информационная; это и пришельцам понятно. Подробнее на https://www.kinoafisha.info/reviews/8328125/ »
  103. (ru) Вадим Елистратов, « Бондарчук и его мечта о русском фантастическом блокбастере: обзор «Вторжения» — Кино и сериалы на DTF », sur DTF,‎ (consulté le 6 janvier 2020) : « Некоторые критики решили, что так Бондарчук поддерживает закон о «суверенном интернете», но чтобы увидеть это в фильме надо очень постараться »
  104. « Рецензия на фильм Фёдора Бондарчука «Вторжение»: Российско-галактический продукт », sur www.intermedia.ru,‎ (consulté le 3 janvier 2020) : « Кремль – есть. МГУ [...]. Москва-Сити – конечно, со всех ракурсов и во всей красе. »
  105. « Рецензия на фильм Фёдора Бондарчука «Вторжение»: Российско-галактический продукт », sur www.intermedia.ru,‎ (consulté le 3 janvier 2020) : « Вышедшее три года назад «Притяжение» начиналось с высказывания мамы главной героини о космосе, которое гласило: «Звёзды – это глаза ангела» »
  106. (ru) « Форма воды: Бондарчук эффектно топит Москву во «Вторжении» », sur Газета.Ru (consulté le 3 janvier 2020) : « Цитата Стивена Хокинга: «Вселенная не значила бы так много, если бы не была домом для людей, которых ты любишь» »
  107. (ru) « Эксклюзив. Федор Бондарчук и Олег Меньшиков: к «Вторжению» готовы », sur PEOPLETALK,‎ (consulté le 4 janvier 2020) : « Титры идут 13 минут (кстати, под трек Билли Айлиш), а это сами представьте сколько сотен людей со всего мира, работавших над тем, чтобы фильм состоялся »

Liens externes[modifier | modifier le code]