International Prostate Symptom Score

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le questionnaire International Prostate Symptom Score (IPSS)[1],[2] est un outil de dépistage, d'aide au diagnostic et au suivi des symptômes de l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP). Il a été créé en 1992 par l'Association américaine d'urologie (en)[3]

Cotation[modifier | modifier le code]

L'IPSS est constitué de 7 questions sur les difficultés mictionnelles et d'une question sur la qualité de vie. Les questions portent sur les items suivants : vidange vésicale incomplète, fréquence des mictions, mictions intermittentes (arrêt et reprise du jet), mictions impérieuses (sensation « d'urgence »), jet faible, effort pour uriner (forcer ou pousser), nycturie.

Chaque question se réfère au dernier mois et comporte chacune un score de 1 à 5, pour un total de 35 points maximum.

Les 7 questions ont des réponses cotées de 0 à 5 :

Réponse Cotation
Jamais 0
Environ 1 fois sur 5 1
Environ 1 fois sur 3 2
1 fois sur 2 3
2 fois sur 3 4
Presque toujours 5


Le total des 7 items donnent le score international des symptômes prostatiques en termes de sévérité :

Sévérité Score
0 - 7 Peu symptomatique
8 - 19 Modérément symptomatique
20 - 35 Symptômes sévères

Le questionnaire est complété par une huitième question sur la qualité de vie :

« Si vous deviez vivre le restant de votre vie avec cette manière d'uriner, diriez-vous que vous en seriez :

  • Enchanté
  • Heureux
  • Plutôt satisfait
  • Partagé : ni satisfait ni ennuyé
  • Plutôt pas satisfait
  • Malheureux
  • Effrayé »

La question 8 de la qualité de la vie se voit attribuer une note de 1 à 6.

Préconisations[modifier | modifier le code]

L'IPSS a été conçu de façon simple et rapide afin d'être auto-administré par le patient. Par conséquent, il peut être utilisé aussi bien par des spécialistes que par des médecins généralistes pour le diagnostic de l'HBP. En outre, l'IPSS peut être effectué de façon itérative afin de comparer la progression des symptômes et leur aggravation éventuelle en fonction du temps.

En plus du diagnostic et du suivi de la progression de la maladie, l'IPSS constitue un outil d'aide au traitement. Cependant, une étude effectuée en 2004 aux Pays-Bas, a montré que seulement 20 % environ des médecins généralistes utilisent ce type de questionnaire[4].

En décembre 2012, le comité des troubles mictionnels de l’homme (CTMH) de l’Association française d’urologie (AFU) a établi des recommandations de bonne pratique pour la démarche diagnostique, le suivi et le traitement d’une hyperplasie bénigne de prostate[5]. Ce comité préconise la réalisation d'un score symptomatique du type de l'IPSS.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. IPSS en français
  2. [PDF]IPSS en anglais
  3. (en)M.J. Barry et al., « The American Urological Association symptom index for benign prostatic hyperplasia. The Measurement Committee of the American Urological Association », The Journal of urology, vol. 148, no 5,‎ , p. 1549-1557 (PMID 1279218, lire en ligne, consulté le 5 février 2013) modifier
  4. (en) R. Wolters et al., « Shared care and the management of lower urinary tract symptoms », BJU International, vol. 94, no 9,‎ , p. 1287-90 (ISSN 1464-4096 et 1464-410X, résumé)
  5. A. Descazeauda et al., « Bilan initial, suivi et traitement des troubles mictionnels en rapport avec hyperplasie bénigne de prostate : recommandations du CTMH de l’AFU », Progrès en Urologie, Elsevier Masson SAS, vol. 22, no 16,‎ , p. 977–988 (ISSN 1166-7087, résumé)