Interleukine 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir IL-2.
Interleukine 2

L’interleukine 2 (IL-2) est une interleukine, un type de molécule cytokines du système immunitaire, qui est une hormone leukocytotrophique qui contribue à la réponse naturelle du corps à une infection microbienne (stimule la prolifération lymphocytaire) et à la différenciation de la réponse des lymphocytes T auxiliaires (fait la différence entre les cellules étrangères ou personnelles).

L’interleukine 2 médie ses effets en se liant aux récepteurs IL-2, qui sont exprimés par les lymphocytes, les cellules qui sont responsables de l'immunité humaine.

Son gène est IL2 situé sur le chromosome 4 humain.


Signalisation et réceptologie[modifier | modifier le code]

L'IL-2 est une cytokine de type interleukine, possédant chacune 4 hélices α. Les IL-2 sont également une famille de cytokines incluant l'IL-2 elle-même, l'IL-4, l'IL-7, l'IL-9, l'IL-15 et l'IL-21. L'IL-2 active l'IL-2R (récepteur de l'IL-2) qui est un complexe de trois chaines alpha, beta et gamma. Comme dans de nombreux types de familles de récepteurs, une des chaines est retrouvée dans divers types de récepteurs : ici, la chaîne gamma est partagée par tous les membres des récepteurs de l'IL-2 (voir plus haut). La sous-unité alpha de l'IL-2R possède une faible affinité pour son ligand mais dispose d'une capacité à augmenter (100 fois plus que lorsqu'elle est absente) l'affinité de l'IL-2R, lorsqu'elle est associée aux sous-unités alpha et beta. L'hétérodimérisation des sous-unités beta et gamma de l'IL-2R est essentielle pour l'activation des lymphocytes T.

A noter que l'IL-2R n'est pas exprimée de manière constitutive et sera dégradée lorsque l'antigène aura disparu et que la prolifération des cellules T ne sera donc plus nécessaire.

Rôle dans l'immunité[modifier | modifier le code]

Activation des LTh[modifier | modifier le code]

Des cellules présentatrices d'antigène (CPA) peuvent activer des lymphocytes T CD4 auxiliaires/helpers - LTh (régulateurs positifs de la réponse immune). L'IL-2 sera ensuite utilisée à plusieurs reprises pour l'activation en cascades des lymphocytes T helpers entre eux : un LThp (helper précurseur naïf) est activé par une CPA et évoluera ainsi en LTh0 dans un premier temps. Le LTh0 sécrètera alors de l'IL-2 permettant une régulation essentiellement autocrine (c'est-à-dire du LTh0 lui-même) générant ainsi une amplification des signaux. Cette dernière permet une évolution ensuite du LTh0 en d'autres formes de LTh. Sous l'action d'autres cytokines (comme IL-4 ou IL-12, notamment), le LTh0 évoluera en LTh1 ou LTh2 afin de médier une réponse à médiation cellulaire et/ou humorale.

Dans le cas du LTh1 (le LTh0 peut évoluer en LTh1 sous l'action de l'IL-12 sécrétée par des CPA, par exemple), celui-ci sécrètera ensuite d'autres cytokines comme des facteurs de nécrose tumorale, interférons mais aussi l'IL-2 de nouveau qui ici, permettra de stimuler la différenciation des lymphocytes T cytotoxiques (CD 8).

Autres rôles de l'IL-2[modifier | modifier le code]

Comme précisé plus haut, l'interleukine 2 est sécrétée par les LTh, mais peut aussi être produite dans certains cas par les lymphocytes T cytotoxiques (T CD8). En effet, l'IL-2 serait l'un des principaux facteurs de croissance des cellules T. De plus, l'IL-2 est une cytokine connue également pour son rôle dans la stimulation de la croissance des cellules B et son rôle dans l'activation des cellules NK ainsi que des monocytes. L’IL-2 agit sur les cellules T avec une régulation autocrine. Les cellules T expriment ainsi l'IL-2R (voir plus haut) et produisent simultanément de l'IL-2 dans le but de s'auto-activer. L'IL-2 se lie à l'IL-2R et favorise la mitose et ainsi la prolifération de ces cellules T.

Usage comme médicament[modifier | modifier le code]

A fortes doses et en perfusion intraveineuse, l'interleukine 2, sous forme recombinante, a une certaine efficacité dans le traitement des mélanomes malins et les cancers rénaux métastasés, avec des effets secondaires importants, limitant son emploi[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dutcher J, Current status of interleukin-2 therapy for metastatic renal cell carcinoma and metastatic melanoma, Oncology (Williston Park), 2002;16(11 suppl 13):4–10