Interférences (revue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Interférences est une revue française fondée en 1975 sur les radios libres, les techniques de communication, la censure et la liberté d'expression.

Thèmes[modifier | modifier le code]

La revue Interférences a été créée en 1975 par Antoine Lefébure avec, pour but, la « critique des appareils de communication ». Publicité, informatique, presse écrite sont considérés comme des instruments de conditionnement et de manipulation des sociétés néo-capitalistes. Dès le premier numéro, un article[réf. nécessaire] sur le réseau téléphonique interministériel REGIS[1] suscite l’inquiétude du pouvoir en place[réf. nécessaire]. De plus la revue propose des usages alternatifs de la communication grâce aux contributions de plusieurs spécialistes. Philippe Lorrain, Patrick Van Troyen, Jean-Luc Couron, Albino Pedroïa réalisent des articles sur des expériences de radios pirates, d’écoute des fréquences de la police[2] et d'informatisation.

On y relève également les noms de Tony Arno, Jean-Louis Bessis, Jean Baudrillard, William S. Burroughs, Jean De Legges, Philip K. Dick, Vilem Flusser, Jean-Edern Hallier, Francis Mandin, Richard Pinhas, Maurice Ronai, Dominique Simonnet, Norman Spinrad et Baudouin de Bodinat.

Le no 2 rassemble un dossier spécial sur l’informatique, coordonné par Philippe Aigrain. Il y traite de l’informatisation de la police aux États-Unis, des sabotages informatiques, des batailles spatiales sur ordinateur PDP-10 du MIT. Dans le même numéro les projets des radios pirates françaises se précisent.

Le no 4 est en partie consacré à l’espionnage électronique et au cryptage.

Le no 5 traite du secret et de sa protection en France et aux États-Unis.

Le no 7 fait un premier bilan du lancement de Radio Verte et de la réaction de l’état.

Le no 8 recense les radios libres françaises.

Le no 9 rappelle la position de la justice et de la presse face aux radios libres.

En 1981, une nouvelle série traite dans son no 10 de la guerre et de la paix, le no 11 de la radio dans le monde. Cela sera la fin de la revue, ses animateurs étant trop mobilisés par leurs occupations professionnelles pour continuer une publication qui aura toujours été une œuvre bénévole de passionnés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Mesrine - Deux affaires d'État à trois jours d'intervalle.
  2. La Bataille des radios libres, 1977-1981, Thierry Lefebvre, Nouveau Monde, 2008

Lien externe[modifier | modifier le code]