Intercités 100% Éco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Intercités 100% Éco
Situation Drapeau de la France France
Type Intercités
Entrée en service
Lignes 4
Écartement des rails 1 435 mm
Propriétaire SNCF Mobilités
Exploitant SNCF Mobilités
Réseaux connexes TER des régions desservies
Intercités
Intercités de nuit
Ouigo
TGV

Les Intercités 100% Éco sont des trains de voyageurs diurnes circulant en France, et exploités par SNCF Mobilités. Ce service commercial spécifique ne fait pas partie des « trains d'équilibre du territoire », contrairement aux Intercités classiques et ceux de nuit.

Historique du réseau[modifier | modifier le code]

Ces trains ont été lancés sous le nom de Téoz Éco, lors du week-end de la Pentecôte 2010, pour une période expérimentale de six mois, sur la relation Paris-Austerlitz – Toulouse-Matabiau.

Le , la SNCF annonce la disparition de la marque « Téoz Éco », et le regroupement des trains Téoz, Lunéa et Corail Intercités sous l'appellation unique « Intercités[1] » (avec les variantes « Intercités de nuit » et « Intercités 100% Éco »).

Depuis le , il existe une liaison entre Paris-Austerlitz et Bordeaux[2],[3].

Une liaison Paris-Est – Nancy – Strasbourg est lancée le . Elle emprunte la ligne classique Paris – Strasbourg, pour un trajet durant plus de h. Dans un premier temps, les trains circulaient uniquement les week-ends (un aller-retour le samedi et un autre le dimanche)[4]. Un aller-retour le vendredi a été ajouté le  ; des arrêts supplémentaires à Lunéville, Sarrebourg et Saverne sont dès lors réalisés par tous les trains de la relation[5].

Une liaison Paris-Austerlitz – Nantes est également lancée en [6] (prolongée à La Baule-Escoublac et Le Croisic, pendant l'été).

Une relation Paris-Bercy – Lyon est mise en place le  ; ces trains circulent uniquement le week-end, au rythme d'un aller-retour quotidien[7].

Service et prix[modifier | modifier le code]

Les prix ne dépassent jamais 35  pour une place en 2de classe, et 45  en 1re classe[2]. Les billets, avec réservation obligatoire, sont achetables uniquement sur Internet, et ne sont ni échangeables ni remboursables.

Le transport d'un vélo est accepté (sauf sur la ligne Paris – Bordeaux), moyennant une réservation obligatoire de 10 euros[8].

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Ces trains sont assurés par des voitures « Corail Plus », tractées par des locomotives BB 7200 ou surtout BB 26000[9].

Néanmoins, sur la liaison Paris – Toulouse, ils présentaient la particularité d'être composés avec du matériel Corail des trains de nuit (voitures-couchettes et voitures à sièges à dossier inclinable)[10]. Cette particularité a été supprimée en , à la suite du prolongement, certains jours, de la liaison Intercités de nuit Paris – Toulouse jusque Cerbère / Portbou, ne permettant donc plus la réutilisation du matériel pour assurer l'Intercités 100% Éco[réf. souhaitée].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « SNCF: Téoz, Lunéa Corail, Intercités regroupés sous l'appellation "Intercités" », sur lci.tf1.fr, (consulté le 2 septembre 2015).
  2. a et b « Intercités 100% Éco », sur oui.sncf (consulté le 27 mars 2018).
  3. « Le train Corail revient pour faire des économies », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 27 mars 2018) : « Le 4 avril, la SNCF ouvrira une ligne “ 100 % Eco ” Paris - Saint-Pierre- des-Corps - Bordeaux. Plus lente mais moins chère que le TGV. »
  4. X.T., « Strasbourg-Paris à petit train », sur dna.fr, (consulté le 24 septembre 2018).
  5. Olivier Razemon, « J’ai testé le train lent et pas cher, Strasbourg-Paris en 4h30 et 15€ », sur transports.blog.lemonde.fr (L’interconnexion n'est plus assurée), (consulté le 24 septembre 2018).
  6. Pascal Roche, « Les TGV low-cost arrivent à Nantes », sur francebleu.fr, (consulté le 4 septembre 2015).
  7. Florence Guernalec, « La SNCF lance Paris-Lyon en Intercités 100% éco », sur mobilicites.com, (consulté le 16 avril 2018) ; cette page est une archive.
  8. « Voyagez avec votre vélo : En Intercités », sur sncf.com (consulté le 20 juillet 2016).
  9. Dotaku, « Corail Intercités Eco - Paris-Bordeaux + BB 26000 Carmillon », sur youtube.com, (consulté le 2 septembre 2015).
  10. Bernard Vieu, « Téoz Eco reconduit en 2012 », Rail Passion, no 170,‎ , p. 8.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]