Inter-LGBT

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Inter-LGBT
Image illustrative de l'article Inter-LGBT

Création 1999
Ancien nom Lesbian & Gay Pride Île-de-France
Type Association
Siège ℅ Maison des associations du IIIe — Boîte 8
5 rue Perrée
75003 Paris
Membres 58 associations
Président Jérôme Beaugé
Affiliation ILGA Europe
Site web http://www.inter-lgbt.org/

L'Interassociative lesbienne, gay, bi et trans ou Inter-LGBT, créée sous le nom de Lesbian & Gay Pride Île-de-France en 1999, est une fédération d'une soixantaine d'associations militant pour les droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transsexuelles. Plus particulièrement, elle se donne pour but de lutter contre les discriminations fondées sur les mœurs, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre.

Composition et Fonctionnement[modifier | modifier le code]

L'Inter-LGBT regroupe les principales organisations nationales[1] militant pour la visibilité des questions LGBT, l'évolution des droits et la lutte contre les discriminations.

Elle est l'un des principaux interlocuteurs auprès des institutions et des politiques concernant les questions LGBT. Elle organise, notamment, la première marche politique récurrente de France[réf. nécessaire], la Marche des fiertés LGBT de Paris qui, selon la préfecture de police, a rassemblé plusieurs milliers de personnes dans les rues de Paris[2].

Depuis 2014,l'Inter-LGBT a fait évoluer son mode d'organisation en créant deux poles, l'un politique, l'autre Inter-Associatif:

L'Inter-LGBT réunit régulièrement chaque mois selon ses nouvelles sutructures, les plénières Politique, et Inter-Associative.

Pôle politique[modifier | modifier le code]

Mission

Le pôle politique a pour objet d’élaborer une stratégie commune, de produire des documents et de participer au dialogue politique, institutionnel et social. Il construit notamment le message politique de la Marche et ses revendications.

Activités

Il propose diverses initiatives et orientations lors de la plénière politique, qui en délibère et décide, et le pôle politique met ensuite en œuvre les décisions validées lors de la plénière. Toute association membre de l’Inter-LGBT peut s’y faire représenter par une ou plusieurs personnes, à chacune de ses réunions. Il se réunit une fois par mois en plénière et une fois par mois en délégation thématique et groupes de travail.

Pôle inter-associatif[modifier | modifier le code]

Mission

Le Pôle inter-associatif, regroupe des associations membres de l’Inter-LGBT désireuses de mener des actions communes. Son principal objectif est d’œuvrer à la solidarité entre les associations et d’assurer une meilleure visibilité LGBT. Toute association membre peut s’y faire représenter par une ou plusieurs personnes, à chacune de ses réunions. Il se réunit en plénière une fois par mois afin de préparer des événements fédérateurs. Ces associations s’engagent pour l’année à soutenir les actions de l’Inter-LGBT et à trouver parmi leurs adhérentes et adhérents des bénévoles pour assurer le bon déroulement de ces actions.

Activités

Le Pôle inter-associatif organise le salon du « Printemps des Associations » et subventionne la réalisation de chars associatifs pour la Marche des Fiertés. Durant cette Marche, il prend en charge l’organisation du service d’ordre et de l’octroi et produit un ensemble de messages sur le thème de la lutte contre les discriminations en coordination avec le pôle politique, diffusés sur les chars désireux de soutenir cette action. Par ces actions, le pôle inter-associatif assure son indépendance financière et ne bénéficie d’aucune subvention publique ou privée.

Printemps des Assoces et Marche des fiertés lesbiennes, gays, bi et trans[modifier | modifier le code]

L'Inter-LGBT organise chaque année à Paris le « Printemps des Assoces » (salon, ateliers thématiques, conférences) et la « Marche des fiertés lesbiennes, gays, bi et trans » (anciennement nommée la Gay Pride), comme d’autres manifestations publiques ; elle soutient des projets inter-associatifs, favorise la visibilité des associations LGBT et coordonne leurs activités.

Le mot d'ordre pour la Marche des Fiertés LGBT de Paris est voté par les associations au printemps.

  • 2011 : Pour l'égalité, en 2011 je marche, en 2012 je vote
  • 2012 : 2012 : L’égalité n’attend plus ! Ce mot d'ordre a été adopté par les autres marches de province[3]
  • 2013 : Droits des LGBT : allons au bout de l’égalité
  • 2014 : Nos vies, nos corps, nos familles, plus de droits pour tou-te-s !.
  • 2015 : Multiples et indivisibles[4].

Relation avec les politiques[modifier | modifier le code]

L'Inter-LGBT travaille avec les ministères sur des points spécifiques et techniques (droit des personnes transsexuelles, évolutions du PACS).

Elle interpelle les partis politiques pour qu'ils prennent en compte les revendications liées à ce que l'Inter-LGBT considère comme relevant de l'égalité des droits pour les personnes LGBT.

L'association n'a pas de salariés mais dispose de locaux dans la Maison des Associations du 3e arrondissement de Paris. Elle reçoit des subventions, notamment de la région IDF et des dons, notamment ceux récoltés à l'octroi lors de la Marche des fiertés LGBT[5].

Porte-paroles de l'Inter-LGBT :

  • Alain Piriou : septembre 2002 - septembre 2008
  • Philippe Castel : septembre 2008 - avril 2010
  • Vincent Loiseau : avril 2010 - septembre 2010
  • Nicolas Gougain : septembre 2010[6] - septembre 2013
  • Nathalie Mestre et Mathieu Nocent : septembre 2013 - octobre 2013

Depuis octobre 2013, le fonctionnement du porte-parolat de l'Inter-LGBT a été réorganisé. Ainsi, l'interassociative n'a pas un unique porte-parole, mais des porte-paroles thématiques.

En septembre 2014, trois porte-paroles généralistes de l'Inter-LGBT ont été nommés[7]:

  • Amandine Miguel : septembre 2014 -
  • Nicolas Rividi : septembre 2014 -
  • Clémence Zamora Cruz : septembre 2014 -

Controverses[modifier | modifier le code]

  • Pour la Marche des fiertés 2011 l'Inter-LGBT choisit de faire figurer sur son affiche un coq cocardier. Plusieurs associations (Le Refuge, Lesbiennes of Colour (LOC)...) demandent le retrait pur et simple d'une affiche véhiculant supposément des stéréotypes « racistes et pétainistes[8] » ou « réducteurs et contre-productifs[9] ». Une semaine plus tard l'Inter-LGBT annonce qu’elle « fait le choix de ne pas utiliser davantage » l’affiche de l’édition 2011, dont le visuel — un coq blanc flanqué d’un boa rose — a suscité une vague de critiques depuis une dizaine de jours, notamment sur Facebook. Dans ce même communiqué, l'Inter-LGBT « dénonce les différents procès contradictoires intentés contre ce visuel, qui n’est ni un hommage nationaliste rendu à l’extrême-droite, ni une profession de foi machiste et misogyne, ni une réduction du mouvement LGBT aux pires clichés homophobes. » « Cette affiche, nous ne la renions pas, nous l'assumons[10]. »
  • Adhérente depuis la création du Conseil de l'Inter-LGBT, la Coordination lesbienne a annoncé lors du Conseil du 1er mars 2014[11] que l'Inter-LGBT ne les représentait plus car la Coordination lesbienne se positionne contre la légalisation de la GPA (recours aux mères porteuses) et contre le système prostitutionnel[Quoi ?] alors que d'autres associations adhérentes de l'Inter-LGBT y sont favorables[12].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Inter-LGBT, Pour les Lesbiennes, les Gais, les Bi, les Trans, collection Éditions Prospéro, (ISBN 978-2-918155-01-0).

Un livre retraçant l'histoire de l'association jusqu'en 2010.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]