Inteko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Inteko (Интеко en russe), créée en 1991, est une entreprise russe de construction détenue à 99 % par Elena Batourina , la femme la plus riche de Russie mariée à l'ancien maire de Moscou.

Histoire[modifier | modifier le code]

Inteko est créé par Elena Batourina et son frère Viktor Baturin en 1991. Il s'agit à l'origine d'une entreprise de plastiques. En 1995, l'entreprise décroche le contrat pour la fabrication des sièges du Stade Loujniki, le plus grand stade de Moscou, ce qui provoqué une première controverse vu que le mari de Elena Batourina était alors le maire de la ville[1]. Cette même année, Inteko se voit également attribué le marché des assiettes du Bistro Russkoe, une chaîne de fast-food gérée par Iouri Loujkov et appartenant à la ville de Moscou[2].

Inteko s'est ensuite diversifié dans le marché de la construction, même si Elena Batourina reconnaissait déjà qu'il y avait là une source potentielle de conflit d'intérêt[2]. L'entreprise a connu un développement exponentiel, et s'est retrouvé à produire 20 % des nouveaux immeubles de la capitale[3].

Le 9 octobre 2005, le directeur exécutif d'Inteko-agro, Alexander Annenkov, est assailli par trois agresseurs munis de haches. Il s'en sort vivant, mais pense que l'agression est un message à Elena Batourina au sujet d'une mésentente avec le gouverneur du Belgorod Yevgeny Savchenko. Quatre jours plus tard, Dmitry Shteinberg, l'avocat d'Elena Batourina, se fait tirer dessus dans son appartement et meurt des suites de ses blessures[4].

En 2007, Viktor Baturin porte plainte contre Inteco, réclamant la somme de 120 millions de dollars suite à l'étrange réduction de ses parts dans la société de 25 % à 1 % entre 2002 et 2003.

En juillet 2008, Inteko engage un investissement immobilier de 500 millions d'euros au Maroc pour la construction de 1000 appartements et 22 villas (valeur de 230 millions d’euros)[5]. Le développement au Maroc se fait via la filiale marocaine du groupe russe, le groupe Kudla, qui bénéficie d'un capital social de 150 millions de dirhams, et est présidé par Andrey Krupnov[6]. Dès les premiers coups de pioche, les travaux ont été bloqués par les autorités locales pour des motifs inconnus[7].

En février 2011, le siège de l'entreprise fait l'objet d'une perquisition dans le cadre d'une enquête sur le vol de 318 millions d'euros à la banque de Moscou[8]. Cette banque aurait octroyé un prêt à une petite société fraîchement créée qui a utilisé l'argent pour acheter un terrain prestigieux de 58 hectares à Moscou à une filiale d'Inteko[9].

Activités[modifier | modifier le code]

Le groupe Inteko a racheté les filiales [10]:

  • Cimenterie Starooskolski
  • Céréalier Moscova
  • Banque foncière russe
  • Usines de production de propène (à Belgorod et à Sotchi)
  • Kudla, tourisme haut-de-gamme en Méditerranée[6]

En 2007, le groupe emploie 7 600 personnes[6].

Données financières[modifier | modifier le code]

En 2007, Inteko réalise un bénéfice de 1 milliard de dollars[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Résumé de l'Unité Hélène Baturina », sur Reingex.com
  2. a et b (en) « Unhappy families for Baturina », sur TheMoscownews.com,
  3. (en) Sean Thomas, « Prominent Russians: Yelena Baturina », sur RT.com
  4. (en) Peter Finn, « Russian Case Shows No Holds Barred in Business and Politics », sur Washington Post,
  5. « Le russe Inteko investit 500 millions d’euros au Maroc », sur Bladi.net,
  6. a b c et d « Inteco, un géant russe de l’immobilier », sur Leconomiste.com,
  7. Adama Sylla, « Kudla Group : L'investissement russe serait-il indésirable au Maroc ? », sur Maghress,
  8. « Perquisition au siège d'Inteko », sur Lefigaro.fr
  9. « Russie:enquête sur la Banque de Moscou »,
  10. Alexandre Grichine, Elena Egorova, « Une femme en béton, bien armée pour les affaires », sur Courrierinternational.com,

Liens externes[modifier | modifier le code]