Institution de Larnay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’institution de Larnay est, depuis 1847, un établissement français au service des déficients sensoriels (surdité, cécité) à Biard, près de Poitiers.

Histoire de l’institution[modifier | modifier le code]

En 1847, l'abbé Chaubier de Larnay met à disposition la propriété familiale de Biard, près de Poitiers, pour que des petites filles sourdes-muettes puissent bénéficier de l’enseignement dispensé par les religieuses de la congrégation des Filles de la Sagesse.

D’abord réservé aux jeunes sourdes, Larnay accueille à partir de 1857 de jeunes aveugles.

En 1860, l’Institution reçoit la première sourdaveugle, Germaine Cambon, puis en 1875, Marthe Obrecht, avant Marie Heurtin, en 1895.

L’Institution devient vite un centre reconnu, notamment grâce au travail de Sœur Sainte-Marguerite, l’éducatrice de Marie Heurtin, et à ses méthodes pédagogiques novatrices favorisant d’immenses progrès chez les enfants sourdes-aveugles, hier totalement isolées du monde[1].

Louis Arnould, professeur à l’université de Poitiers, consacre en 1900 un ouvrage au cas de Marie Heurtin sous le titre Une âme en prison. L'ouvrage est maintes fois réédité et étendu aux cas de d'Anne-Marie Poyet en 1907 et Marthe Heurtin, sœur de Marie, en 1910, sous le titre Âmes en prison, l’École française des sourdes-muettes-aveugles. Ce livre apporta une renommée internationale à Larnay et à sa méthode d‘éducation.

En 2006, la congrégation des Filles de la Sagesse transmet à l'association "Larnay Sagesse" la gestion de l’institution.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Athanase-Augustin Guillet, Vie de M. Charles-Joseph Chaubier de Larnay, chanoine, théologal de la cathédrale de Poitiers, 1878.
  • Jeanne Marie, Ce bon père, Monsieur de Larnay suivi du Livre des Sœurs sourdes oblates de la Sagesse de Larnay, Institut de Larnay, juin 2009.
  • Albert Michotte, Deux faits intéressants à signaler, Revue néo-scolastique, 8° année, no 29, 1901, p. 66-74 (Lire en ligne).
  • Louis Arnould, Une âme en prison, Paris 1900, H. Oudin.
  • Louis Arnould, Âmes en prison, L’École française des sourdes-muettes-aveugles et leurs sœurs des deux mondes, Paris 1910, G. Oudin & Cie Éditeurs, 477 pages (Lire en ligne).
  • Gaston Paris, L'Éducation des Aveugles-sourd-muets, Helen Keller, Marie Heurtin, Le Correspondant, 25 décembre 1908, p. 1171-1184.
  • Marcel Jousse, La mimologie ou langage de gestes. Cours à l’École d'Anthropologie 13 février 1933. CD-Rom, Association Marcel Jousse, Paris, 2003 (Texte en ligne).
  • Marcel Jousse Le geste propositionnel, Cours à l’École d'Anthropologie 20 février 1933, CD-Rom, Association Marcel Jousse, Paris, 2003.
  • Gaston Fessard, À propos de l'apprentissage du langage par une sourde-muette-aveugle : Marie Heurtin. Appendice à Le mystère de la société. Recherche sur le sens de l'histoire, Bruxelles, Éd. Culture et Vérité, p. 527-563.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Derenne, op. cité

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]