Institut pour la protection du patrimoine de la ville de Belgrade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
L'Institut de protection du patrimoine de la ville de Belgrade

L'Institut pour la protection du patrimoine de la ville de Belgrade (en serbe cyrillique : Завод за заштиту споменика града Београда ; en serbe latin : Zavod za zaštitu spomenika kulture grada Beograda) est un organisme public régional serbe chargé d'établir l'inventaire du patrimoine de la ville de Belgrade, de l'étudier, de le sauvegarder et de le mettre en valeur. Il est situé dans la municipalité urbaine de Stari grad et dans la forteresse de Belgrade.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Institut pour la protection des monuments culturel de Belgrade a été créé le à la suite d'une décision du conseil municipal de la capitale serbe. En octobre 1960, Jovan Sekulić en devint le premier directeur et le conseil de l'Institut fut établi en novembre de la même année ; ce conseil était composée de l'ancien ministre Stojan Simić, de l'architecte Bogdan Ignjatović et du peintre Svetislav Mandić[1].

La première action de protection de l'Institut fut lancée à l'automne 1960. Bojan Stupica se préparait à construire la salle de l'Atelje 212, rue Lole Ribara, et son projet supposait la destruction de la maison de Jevrem Grujić, construite en 1896[2],[3] ; elle fut sauvée grâce à l'intervention de l'institut et fut immédiatement protégée[1].

À partir de mars 1961, Sekulić, fut assisté par l'archéologue Gordana Marjanović et les historiens de l'art Antica Pavlović et Milorad Dželebdžić, rejoints un peu plus tard par les architectes Ratislava-Gita Mađarević et Mila Vulović. Vladimir Brguljan, un juriste, fut nommé secrétaire général de l'Institut en avril 1961. Les premiers travaux urgents de restauration furent réalisés sur la tour Nebojša, dans la forteresse de Belgrade, et sur la mosquée Bajrakli, rue Gospodar Jevremova[1].

Dans la capitale serbe, les années 1990 furent marquées par de nombreuses constructions illégales et de nombreuses démolitions ; l'Institut fut alors marginalisé. En revanche, il a retrouvé son plein rôle de protection dans les années 2000[1].

Activités[modifier | modifier le code]

L'Institut établit une liste des biens culturels (en serbe : културни добари et kulturni dobari) de la Ville de Belgrade en vue de leur protection[4]. Ce travail a l'intérêt de produire un plus large éventail architectural que la liste dressée par l'Institut pour la protection du patrimoine culturel de la République de Serbie (Републички завод за заштиту споменика културе et Republički zavod за zaštitu spomenika kulture), un institut national créé en 1947[5]. L'institut mène aussi à bien des projets et des travaux de préservation et de restauration des monuments protégés[6],[7].

L'Institut donne également son avis sur les projets d'urbanisme de la Ville de Belgrade[8].

l'Institut poursuit des travaux de recherche[9] et organise des expositions[10]. Il publie des études sur le patrimoine de la ville[11], ainsi qu'une revue intitulée Nasleđe (« Patrimoine »), dont le premier numéro a paru en 1997[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « Brief history », sur http://www.belgradeheritage.com, Site de l'Institut pour la protection du patrimoine de la ville de Belgrade (consulté le 29 novembre 2011)
  2. (sr) « Dom Jevreme Grujića, Beograd », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 29 octobre 2011)
  3. (sr)(en) « Jevrem Grujić’s House », sur http://www.belgradeheritage.com, Site de l'Institut pour la protection du patrimoine de la ville de Belgrade (consulté le 29 octobre 2011)
  4. (sr)(en) « Cultural Properties in Belgrade », sur http://www.belgradeheritage.com, Site de l'Institut pour la protection du patrimoine de la ville de Belgrade (consulté le 29 octobre 2011)
  5. (sr) « Istorija zavoda », sur http://www.heritage.gov.rs, Site de l'Institut pour la protection du patrimoine culturel de la République de Serbie (consulté le 29 octobre 2011)
  6. (en) « Conservation-Restoration Projects », sur http://www.belgradeheritage.com, Site de l'Institut pour la protection du patrimoine de la ville de Belgrade (consulté le 29 octobre 2011)
  7. (en) « Work Performance on Cultural Properties », sur http://www.belgradeheritage.com, Site de l'Institut pour la protection du patrimoine de la ville de Belgrade (consulté le 29 octobre 2011)
  8. (en) « Participation of the Institute for the protection of cultural monuments of Belgrade in urban planning », sur http://www.belgradeheritage.com, Site de l'Institut pour la protection du patrimoine de la ville de Belgrade (consulté le 29 octobre 2011)
  9. (en) « Research », sur http://www.belgradeheritage.com, Site de l'Institut pour la protection du patrimoine de la ville de Belgrade (consulté le 29 octobre 2011)
  10. (en) « Exhibitions », sur http://www.belgradeheritage.com, Site de l'Institut pour la protection du patrimoine de la ville de Belgrade (consulté le 29 octobre 2011)
  11. (en) « Studies and researches », sur http://www.belgradeheritage.com, Site de l'Institut pour la protection du patrimoine de la ville de Belgrade (consulté le 29 octobre 2011)
  12. (en) « Magazine «Nasleđe» (Heritage) », sur http://www.belgradeheritage.com, Site de l'Institut pour la protection du patrimoine de la ville de Belgrade (consulté le 29 octobre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]