Institut national universitaire Jean-François Champollion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Institut national universitaire Jean-François Champollion
LOGO CHAMPOLLION.png
Histoire et statut
Fondation
Type
Établissement d'enseignement supérieur (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique
Directeur
Brigitte Pradin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Localisation
Pays
Chiffres-clés
Étudiants
3 835 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Divers
Membre de
Site web

L’institut national universitaire Jean-François Champollion (INUC) est un établissement public de type scientifique, culturel et professionnel du nord-est Midi-Pyrénéen, placé sous la tutelle du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Les enseignements sont dispensés sur les campus d’Albi (où se situe son siège), de Castres et de Rodez.

Historique[modifier | modifier le code]

Les antennes albigeoises historiques des universités toulousaines ont été créées dans le cadre du plan université 2000 lancé en 1991 par le gouvernement Rocard.

Le centre universitaire de formation et de recherche (CUFR) du Nord-Est Midi-Pyrénées est créé en , sous le statut d’établissement public d'enseignement supérieur à caractère administratif. Il est placé sous la tutelle du ministre chargé de l'enseignement supérieur[1].

Le , l’institut national universitaire Jean-François Champollion (INUC) lui succède, avec le statut d’établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel[2]. L’institut est associé à l’université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées[3].

Les bâtiments de l'INU sont ceux de l'ancienne caserne Lapérouse, le 15e régiment d'infanterie puis le 22e RIMA et l'Etat-Major de la Brigade parachutiste[4].

Historique des directeurs[modifier | modifier le code]

  • François Drouin, premier président du CUFR[5].
  • Guy Juanole, de 2002 à 2003.
  • Augustin Martinez (administrateur provisoire), de [6] à 2004.
  • Jean-Louis Darréon, du [6] au .
  • Hervé Pingaud, du [7] au .
  • Brigitte Pradin, depuis le [8].

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Formations[modifier | modifier le code]

Licences[modifier | modifier le code]

La licence générale est délivrée dans plusieurs domaines qui se déclinent ensuite en mentions puis en spécialités

Licences professionnelles[modifier | modifier le code]

La licence professionnelle est délivrée dans plusieurs domaines qui se déclinent ensuite en mentions puis en spécialités

  • la licence professionnelle Sciences, Technologie, Santé (STS) avec quatre mentions
  • la licence professionnelle Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS) avec trois mentions
  • la licence professionnelle Droit, Économie, Gestion (DEG) avec deux mentions
  • la licence professionnelle Arts, Lettres et Langues (ALL) avec une mention

Masters[modifier | modifier le code]

De la même façon, le master est délivré dans plusieurs domaines qui se déclinent ensuite en mentions puis en spécialités et éventuellement en parcours

  • le master Sciences Humaines et Sociales (SHS) avec quatre mentions
  • le master Droit, Économie, Gestion (DEG) avec quatre mentions
  • le master Sciences, Technologie, Santé (STS) avec trois mentions

Diplôme d'ingénieurs[modifier | modifier le code]

Recherche[modifier | modifier le code]

Les équipes de recherches[9] de l'INUC :

  • Diagnostic des plasmas hors équilibre (DPHE) ;
  • Biochimie et toxicologie des substances bioactives (BTSB) ;
  • Informatique et systèmes d’information pour la santé (ISIS) ;
  • Physiologie de la posture et du mouvement (POM) ;
  • Serious Game Research Lab (SGRL) ;
  • Politiques publiques, environnement et sociétés (PPES) ;
  • Sciences de la cognition, technologie, ergonomie (SCOTE) ;
  • Textes, contextes, frontières (TCF) ;
  • Groupe de recherche juridique d'Albi (GREJA) ;
  • Équipe interdisciplinaire en activités physiques (EIAP).

Réussite des étudiants[modifier | modifier le code]

En 2017, l'INU Champollion est classé premier des établissements universitaires de France pour le passage de la licence 1 à la licence 2 en un an[10].

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
2 074[11]2 093[12]2 440[13]2 506[14]2 599[15]2 553[16]2 484[17]2 707[18]
2010 2011 2015 2018 - - - -
2 837[19]2 980[20]3 939[21]3 835[22]----

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 16 avril 2002
  2. Décret du
  3. Décret no 2016-468 du 14 avril 2016 portant association d'établissements du site toulousain
  4. « Albi. La caserne du 15e régiment d'infanterie », ladepeche.fr, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  5. Le site de La jaune et la Rouge.
  6. a et b « élection surprise à la fac », (consulté le 2 février 2017)
  7. « Vidéo de bienvenue d'Hervé Pingaud, directeur » (consulté le 2 février 2017)
  8. « Brigitte Pradin, nommée directrice du Centre universtaire Champollion », (consulté le 2 février 2017)
  9. « Les équipes de recherche » (consulté le 25 mars 2017)
  10. « Université : le palmarès 2018 de la réussite en licence », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  11. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  12. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  13. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  14. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  15. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  16. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  17. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  18. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  19. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  20. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012
  21. « Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche », (consulté le 18 décembre 2016)
  22. direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2017, Imprimerie nationale, p. 167, (ISBN 978-2-11-151752-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 18 avril 2018

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Textes réglementaires[modifier | modifier le code]