Institut international de l'énergie nucléaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
I2EN
I2ENLOGO.png
Histoire et statut
Fondation
Type
Formation
Nom officiel
Institut international de l'énergie nucléaire
Directeur
Yves Fanjas
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Île-de-France
voir sur la carte d’Île-de-France
Red pog.svg
Divers
Site web

L'Institut international de l'énergie nucléaire (I2EN) est un organisme français qui a pour mission de faciliter l’accès des formations françaises aux étudiants étrangers. Il est hébergé par le Commissariat à l'énergie atomique dans les locaux de l’INSTN à Saclay[1]. Il rassemble 24 partenaires de la filière nucléaire française : universités, grandes écoles, industriels, organismes et agences de recherche et ministères.

Les trois missions de l'I2EN[modifier | modifier le code]

Les missions de l'Institut international de l'énergie nucléaire (I2EN)
  1. L’I2EN reçoit et analyse les demandes de formation nucléaire en provenance des pays étrangers notamment via les canaux gouvernementaux et industriels français. Les réponses qu’il y apporte, en concertation avec ses partenaires, s’appuient sur sa connaissance approfondie du système éducatif français. Pour accomplir ses missions, l’I2EN tient à jour une base de données exhaustive des formations nucléaires françaises.
  2. L’Institut analyse le niveau des enseignements français au regard des standards internationaux en apportant son expertise au ministère chargé de l’enseignement supérieur.
  3. L’I2EN organise séminaires et débats de société pour des professionnels du nucléaire français et étrangers sur des sujets techniques, scientifiques et sociologiques touchant au développement de l’énergie nucléaire.

Historique[modifier | modifier le code]

  • Octobre 2008 : le Ministère de la recherche et de l'enseignement supérieur met en place le conseil des formations en énergie nucléaire (CFEN).
  • Mars 2010 : lors de la Conférence sur l'accès au nucléaire civil, le Président Nicolas Sarkozy annonce la mise en place de l'Institut international de l’énergie nucléaire "qui abritera une École internationale du nucléaire"[2].
  • Juin 2010 : rapport de Catherine Cesarsky, Haut commissaire à l'énergie atomique, à Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et Jean-Louis Borloo, Ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer : "Réflexion sur la mise en œuvre du projet d’Institut international de l’énergie nucléaire"[réf. souhaitée]
  • Septembre 2010 : l'I2EN entre en fonctionnement
  • Juin 2011 : L'I2EN est officiellement inauguré par Valérie Pécresse, Ministre français de l’enseignement supérieur et de la recherche, et Éric Besson, Ministre français chargé de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique[3].
  • Mai 2012 : un protocole de coopération tchéco-française en matière de formation professionnelle dans le nucléaire a été conclu entre l'Institut international de l'énergie nucléaire (I2EN) français et l'organisme tchèque CENEN (Czech Nuclear Education Network)[4].

Les 24 partenaires de l'I2EN en juin 2011[modifier | modifier le code]

Réunis en Conseil des partenaires sous la présidence de Catherine Cesarsky, Haut-commissaire à l’énergie atomique, le 23 mars 2011, 24 organismes ont décidé de ratifier la convention relative à l’I2EN :

Site officiel[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. CEA - 14 décembre 2011 : Interview de Marie-Françoise Debreuille, Directrice de l’I2EN
  2. Le Parisien - 9 mars 2010 : Sarkozy promet une école internationale du nucléaire
  3. Energymed - 4 juillet 2011 : L’I2EN et JANNuS officiellement inaugurés
  4. AFP - 9 mai 2012 : Nucléaire: Prague et Paris renforcent leur coopération
  5. Le site web de l’I2EN publie des informations à destination des enseignants et des étudiants aussi bien français qu’étrangers. Il comporte en particulier les listes des enseignements, les compétences couvertes et les conditions d’accès, et pointe vers les sites dédiés des organismes de formation