Institut de recherche et d'informations socio-économiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Institut de recherche et d'informations socio-économiques
Logo de l'organisation
Logo de l'IRIS.
Situation
Siège Montréal, Québec, Canada
Langue Français
Organisation
Effectifs ~7-8

Site web http://www.iris-recherche.qc.ca/

L'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS) est un organisme sans but lucratif québécois indépendant visant le financement et la diffusion de recherches et d'informations socio-économique. Fondé à l'automne 2000, il est basé à Montréal et se positionne contre le néolibéralisme et pour un « équilibre entre l’intérêt collectif et la liberté individuelle »[1].

Il regroupe une équipe de 16 chercheurs et chercheuses, ainsi qu'une vingtaine de chercheurs associés. L'IRIS participe aux débats publics à travers son blogue, des présences médiatiques et des conférences. L'IRIS a aussi un partenariat avec le Journal de Montréal, où ses chercheurs publient des billets de blogue en moyenne deux fois par semaine.

Mission[modifier | modifier le code]

L'organisme produit des recherches, des brochures et des dépliants sur les enjeux socio-économiques (fiscalité, pauvreté, mondialisation, privatisations, etc.). Les chercheurs offrent également leurs services aux groupes communautaires, groupes écologistes et syndicats pour des projets de recherche spécifiques ou pour la rédaction de mémoires.

L'IRIS a publié deux essais. Le premier, «Dépossession : une histoire économique du Québec contemporain», se penche sur la question des ressources naturelles au Québec[2]», est publié chez Lux éditeur en 2015. Le deuxième, «Cinq chantiers pour changer le Québec[3]», publié chez Écosociété en 2016, tente d'avancer quelles pourraient être les priorités d'un gouvernement anti-austérité. Douze chercheurs et chercheurs-associés ont participé à la rédaction de cet ouvrage collectif.

Les études et autres documents de l’IRIS sont accessibles sur le site web. Le conseil d’administration de l’IRIS est composé de tous les contributeurs de l’institut."[1]

Critiques[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'IRIS a été comparé[4] à d'autres groupes tels que l'Institut Économique de Montréal (IEDM) en raison de la place accordée à l'idéologie et de la nature non-académique de ses publications, qui seraient comparables aux travaux d'un think tank. Le contenu des publications de l'IRIS, par exemple en ce qui concerne la fiscalité, a également été sujet à des critiques. L'IRIS a répondu à plusieurs critiques, en soulignant de possibles biais idéologiques dans les publications de ses détracteurs.

Positions[modifier | modifier le code]

Des études de l'organisme se sont prononcées sur de nombreux enjeux socio-économiques :

Contributeurs[modifier | modifier le code]

Simon Tremblay-Pepin, chercheur de l'IRIS.
Philippe Hurteau de l'IRIS lors d'une conférence donnée à Chicoutimi (5 février 2015).
  • Eve-Lyne Couturier
  • Simon Tremblay-Pepin
  • Guillaume Hébert
  • Philippe Hurteau
  • Julia Posca
  • Bertrand Schepper
  • Marc Daoud
  • Mathieu Dufour
  • Francis Fortier
  • Louis Gaudreau
  • Minh Nguyen
  • Eric Martin
  • Jenny-Laure Sully
  • Marie-Pier Roberge Brouillette
  • Caroline Joly

Quelques publications[modifier | modifier le code]

  • Au Québec, est-ce que l’enrichissement profite vraiment à tout le monde?(2014)
  • Productivité : le Québec est-il en retard? (2014)
  • Faut-il privatiser Postes Canada? (2014)
  • Les politiques industrielles au Québec et au Canada (2014)
  • Les bonis dans le secteur public québécois: coûts et conséquences, Étude, (2011)
  • La révolution tarifaire au Québec, Étude, (2010)
  • Argumentaire économique pour un régime universel d’assurance-médicaments, Étude réalisée en collaboration avec le Canadian Centre for Policy Alternatives,(2010)
  • Qui s’enrichit, qui s’appauvrit - 1976-2006, Étude réalisée en collaboration avec le Canadian Centre for Policy Alternatives, (2010)
  • Budget 2010: Comment financer les services publics?, Note socio-économique, (2010)
  • Le soutien à l’industrie minière : Quels bénéfices pour les contribuables?, Étude, (2010)
  • Devrait-on augmenter les tarifs d’électricité ?, Note socio-économique, (2009)
  • Les PPP dans les universités québécoises, Étude (2009).
  • Les Québécoises ont-elles accès à l’avortement?, Note socio-économique, (2009).
  • La « crise » des finances publiques, Note socio-économique, (2009).
  • Financement des universités: Vers une américanisation du modèle québécois, Étude, (2008).
  • Le privé en santé, Note socio-économique, (2008).
  • Gratuité scolaire et réinvestissement postsecondaire: scénarios d'applications, Étude, (2007).
  • La pénurie de logement, Note socio-économique, (2007).
  • Le système de garderies, Note socio-économique, (2007).
  • Privatisation et sous-traitance, Brochure.
  • Mondialisation et travail, Brochure.
  • Mondialisation et environnement, Brochure.
  • Tarification de l'éducation de l'éducation postsecondaire ou gratuité scolaire?, Étude, (2007).
  • La privatisation de l'Alberta Liquor Control Board, Étude, (2003).
  • La problématique du prix des produits pétroliers, Étude.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Mission », sur iris-recherche.qc.ca
  2. « Dépossession - Lux Éditeur », Lux Éditeur, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  3. « Cinq chantiers pour changer le Québec », sur Écosociété, (consulté le 1er avril 2017)
  4. Jérôme Lussier, « Bienvenue à l’institut des conclusions prévisibles », Voir.ca, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  5. Stéphanie Marin, « L'IRIS recommande un salaire minimum de 15 $ de l'heure », La Presse,‎ (lire en ligne)
  6. Marco Fortier, « Légalisation: «Pot, pot, pot», la poule aux oeufs d’or », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  7. Amélie Daoust-Boisvert, « La rémunération des médecins québécois devrait être revue à la baisse, plaide l’IRIS », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  8. Jessica Nadeau, « Des ordres professionnels abandonnent les citoyens », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  9. François Desjardins, « L’IRIS prône la stricte abstinence », Le Devoir,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]