Institut de l'entreprise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Institut de l'entreprise
Image illustrative de l'article Institut de l'entreprise

Domaine d'activité économie, entreprise, société
Histoire
Création 1975
Budget
Caractéristiques
Personnes-clés Xavier Huillard, Président
Frédéric Monlouis-Félicité, délégué général
Siège France
Site web institut-entreprise.fr

L’Institut de l’entreprise est un think tank qui rassemble plus d’une centaine d'adhérents (des grandes entreprises, des établissements d’enseignement supérieur et des syndicats professionnels comme le MEDEF).

Historique[modifier | modifier le code]

L'Institut de l'entreprise a été créé en 1975 par 30 grands groupes français, menés par François Ceyrac, Jean Chenevier et François Dalle afin d'offrir aux dirigeants d'entreprises un lieu de débat et de propositions. L'association compte environ 120 membres (grandes entreprises, quelques établissements d'enseignement supérieur et quelques fédérations professionnelles), adhérents.

Organisation[modifier | modifier le code]

L'Institut de l'entreprise est dirigé par un conseil d'orientation qui fixe la politique de l'Institut et détermine les moyens nécessaires à leur réalisation.

Président : Le Antoine Frérot succède à Xavier Huillard à la présidence du think tank l’Institut de l'entreprise[1].

Conseil d'orientation

Présidents d'honneur:

Réflexion[modifier | modifier le code]

L'Institut de l'entreprise déploie sa réflexion autour des enjeux qui sont au cœur de la relation entre l'entreprise et son environnement. Cette activité de réflexion est organisée en trois pôles : des commissions et des groupes de travail, un site internet Débat&co, et une revue (Sociétal).

Commissions et groupes de travail récents

Début 2008, l'Institut a lancé Débat&co, dont l'objectif est de mettre les entreprises au cœur du débat économique et social.

L'Institut de l'entreprise publie enfin une revue trimestrielle, Sociétal, qui propose une analyse des réalités économiques et sociales à travers un dossier thématique approfondissant un sujet d'actualité.

Dans le passé, il a également aidé des auteurs à publier leurs ouvrages en les finançant, comme Henri Lepage en 1978 avec Demain le capitalisme[2].

En 2007, l'Institut de l'entreprise a animé le débat public de l'élection présidentielle de 2007 autour des questions économiques et sociales avec le site Débat2007.fr[3] qui proposait notamment un chiffrage des propositions des candidats à l'élection.

Rencontres[modifier | modifier le code]

L'institut de l'entreprise organise de nombreuses manifestations pour stimuler la réflexion de ses adhérents sur des sujets d'intérêt collectif (les déjeuners de l'institut, les rencontres de Lisbonne, le club d'observation économique).

Formation[modifier | modifier le code]

Il développe des programmes qui visent à mieux faire connaître l'entreprise, ses enjeux et son fonctionnement, à des publics qui n'y évoluent pas.

Parmi ces publics, on peut citer les professeurs de sciences économiques et sociales des lycées pour lesquels plusieurs actions existent[4],[5]. Il organise ainsi des stages d'immersion en entreprise pour les professeurs de sciences économiques et sociales[6], grâce auxquels une cinquantaine de professeurs passent chaque année deux mois en entreprise[4]. Il anime également un site dénommé Melchior, dont l'objectif est de proposer aux enseignants des ressources pédagogiques pour préparer ou approfondir les programmes de SES enseigné en classes de seconde, première et terminale ES (études de cas, des données chiffrées ou des textes récents sur l'entreprise Melchior.

L'Institut de l'entreprise a également mis en place depuis 2000 un programme destiné à des responsables venant d'horizons professionnels variés : l'« Institut des hautes études de l'entreprise » (IHEE), inspiré de l'IHEDN. Il accueille pour des sessions comptant une vingtaine de journées réparties d’octobre à juin, sous forme de séminaires ou de voyages d’études : cadres supérieurs et dirigeants de grandes entreprises, hauts fonctionnaires, magistrats, enseignants-chercheurs, officiers, syndicalistes, journalistes, élus locaux ou nationaux, représentants du monde associatif, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Antoine Frérot va présider l'Institut de l'entreprise, les Echos, 10 janvier 2017
  2. Henri Lepage, Demain le capitalisme, Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche » (no 8322) / « Pluriel », Paris, 1978, 448 p. (ISBN 2-253-01885-6), p. 8.
  3. Débat2007.fr
  4. a et b « L'Institut de l'entreprise a jeté des ponts vers les professeurs », Les Échos, 5 mai 2008, p. 8.
  5. Renaud Lambert et Sylvain Leder, « Les enseignants aux bons soins du patronat : Petits-fours et embrigadement », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  6. Claire Guélaud, « M. Breton veut modifier la culture économique en France », Le Monde, 3 septembre 2006.

Liens externes[modifier | modifier le code]