Institut d'études politiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sciences Po
Logo Sciences Po.svg
Logo Sciences Po
Image dans Infobox.
Entrée de Sciences Po Paris
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Campus
Pays
Organisation
Fondateur
Affiliation
Budget
200 millions d’euros de budget (2019)[2]
Site web

Les instituts d'études politiques (IEP) aussi appelés « Sciences Po » sont dix établissements publics d'enseignement supérieur français situés à Aix-en-Provence, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Paris, Rennes, Strasbourg, Toulouse et Saint-Germain-en-Laye. Leur vocation est de diffuser les savoirs et de développer la recherche sur les questions politiques contemporaines, l'adjectif « politique » étant entendu dans son acception la plus large, incluant les questions sociales, internationales, juridiques et économiques.

Ils sont désignés dans le langage familier et dans leur propre communication sous le surnom « Sciences Po » suivi du nom de la ville où ils sont situés (par exemple « Sciences Po Rennes »).

Historique[modifier | modifier le code]

L’École libre des sciences politiques est créée en 1872 et est nationalisée en 1945 par l'ordonnance portant également création de l'École nationale d'administration et du Centre de hautes études administratives[4],[5]. Cinq autres instituts sont créés en 1945, 1948 et 1956. Les six établissements appartiennent alors aux universités[6],[7],[8],[9],[10],[11].

Après la loi du 12 novembre 1968 sur l'enseignement supérieur, les instituts d’études politiques deviennent des établissements publics à caractère scientifique et culturel de plein exercice[12],[13]. Après la loi du 26 janvier 1984 sur l’enseignement supérieur, l’Institut d'études politiques de Paris est classée dans la catégorie nouvellement créée des grands établissements[14], les autres pouvant devenir des établissements publics à caractère administratif (ce sera le cas d’Aix, de Bordeaux, de Grenoble, de Lyon et de Toulouse) ou des instituts internes d’une université (ce sera le cas de Strasbourg)[15].

En 2012, l'IEP de Rennes a ouvert un campus délocalisé à Caen. En 2017, l'IEP de Lyon a fait de même à Saint-Étienne.

Les dix IEP[modifier | modifier le code]

Les dix instituts d’études politiques sont :

Nom Date de création Statut
Institut d'études politiques de Paris 1872 EPSCP
Institut d'études politiques de Strasbourg 1945[6] Institut interne de l'université de Strasbourg
Institut d'études politiques de Bordeaux 1948[10] EPA associé à l'université de Bordeaux
Institut d'études politiques de Toulouse 1948[9] EPA associé à l'université Toulouse I
Institut d'études politiques de Grenoble 1948[7] EPA associé à l'université Grenoble-Alpes (anciennement Université Pierre-Mendès-France - Grenoble)
Institut d'études politiques de Lyon 1948[8] EPA associé à l'université Lumière Lyon 2
Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence 1956[11] EPA associé à l'université d'Aix-Marseille
Institut d'études politiques de Lille 1991[16] EPA associé à l'université de Lille
Institut d'études politiques de Rennes 1991[16] EPA associé à l'université de Rennes I
Institut d'études politiques de Saint-Germain-en-Laye 2013[17] Institut interne des universités de Cergy-Pontoise et Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Liens[modifier | modifier le code]

Plusieurs centres de recherche des IEP de Paris, Bordeaux et Grenoble (par exemple le CEVIPOF à Paris, PACTE à Grenoble ou le Centre Émile Durkheim à Bordeaux) sont soutenus par la Fondation nationale des sciences politiques.

Cependant, il n'existe aucun lien statutaire entre les instituts d'études politiques. Les dix instituts ne forment un « réseau » que dans le sens d'une parenté de buts et de formations. Ils collaborent également par des réunions des directeurs et des personnels, et par « une attention spécifique accordée aux demandes d’accès aux masters venant d’étudiants des autres IEP, démarche qui s’organise graduellement par des conventions de mutualisation. »[18]. Par ailleurs, depuis 2008, le concours d'entrée en première année est commun à six IEP, les instituts de Paris, Bordeaux et Grenoble organisant leur concours séparément. En 2014, l'IEP de Saint-Germain-en-Laye a lui aussi rejoint le concours commun[19].

Mission[modifier | modifier le code]

L'article 2 du décret du [15] leur donne pour mission : « 1° De contribuer, tant en formation initiale qu'en formation continue, à la formation des cadres supérieurs des secteurs public, parapublic et privé de la nation, et notamment des fonctions publiques de l'État et des collectivités territoriales ; 2° De développer, notamment en relation avec les établissements d'enseignement supérieur, la Fondation nationale des sciences politiques et le Centre national de la recherche scientifique, la recherche en sciences politiques et administratives. »

Recrutement[modifier | modifier le code]

Dispositions d'admission[modifier | modifier le code]

Le recrutement des élèves se fait par différentes procédures d'admission sélectives, permettant l'accès en première année ou en quatrième année. La règle générale est le concours, même si elle accepte de plus en plus d'exceptions.

À partir de 2008, les six instituts d'études politiques d'Aix-en-Provence, Lyon, Lille, Rennes, Strasbourg et Toulouse organisent un concours d'entrée commun d'accès en première année (hexaconcours, devenu heptaconcours, puis Concours Commun), ouvert aux terminales et aux bacheliers de l'année précédente[20]. En 2008, un nombre total de 1 100 places, réparties entre les six IEP, est proposé aux 11 000 candidats[21], les lauréats étant admis en fonction de leurs choix préférentiels et de leur rang de classement. À partir de 2014, un septième IEP, l'Institut d'études politiques de Saint-Germain-en-Laye, qui ouvre en , s'est associé au concours.

Les 3 autres IEP de Bordeaux, Grenoble et Paris, ont décidé depuis 2019, en raison de l'instabilité de la crise sanitaire et de l'intégration sur la plate-forme Parcoursup, de baser chacun de leur concours sur l'évaluation des bulletins scolaires de l'enseignement supérieur et des performances au baccalauréat. Si les modalités de sélection différent légèrement selon chacun d'eux (présence d'un oral pour Bordeaux et Paris, téléchargement sur la plate-forme d'une meilleure copie...), le taux de sélection reste tout autant sélectif que le concours commun, avoisinant approximativement 10% de sélectivité chaque année[réf. nécessaire].

Préparation aux concours[modifier | modifier le code]

Plusieurs lycées français publics et instituts privés organisent des formations aux concours à Sciences Po[22].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les instituts d'études politiques ne préparent pas à un métier en particulier mais délivrent une formation fondamentale et pluridisciplinaire incluant du droit, de l'économie (voir Enseignement de l'économie en France), de l'histoire, de la science politique, de la géographie, de la sociologie et des langues vivantes, afin de donner aux étudiants une solide culture générale, une aisance dans l'expression orale et une forte capacité de synthèse. Cette formation intellectuelle ouverte à l'international permet d'appréhender un large éventail de professions allant de la politique aux administrations publiques en passant par les affaires, le journalisme ou les métiers du droit.

Les IEP de province présentent en outre une ou plusieurs spécialités d'enseignement, par exemple la finance et les études européennes à Strasbourg, les études africaines à Bordeaux, le monde musulman à Aix-en-Provence ou le monde asiatique à Lyon. Les IEP de Bordeaux et de Lille ont en outre la particularité de proposer des filières intégrées dont les études se déroulent en alternance entre la France et une université partenaire à l'étranger (avec des pays comme l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, le Royaume-Uni...). Ces filières permettent de déboucher sur un double diplôme. Le campus délocalisé de l'IEP de Rennes à Caen propose une ouverture sur l'Europe du Nord (pays nordiques et baltiques).

Les IEP préparent aussi, pour certains d'entre eux, aux concours de la haute fonction publique. La plupart des admis à l'École nationale d'administration, au concours de directeur d'hôpital, et à l'Institut national des études territoriales (INET) sont ainsi diplômés d'un IEP.

Scolarité[modifier | modifier le code]

À l’origine, la scolarité dans ces établissements était de trois ans après le baccalauréat et servait à la préparation aux concours de la fonction publique. La très grande majorité des diplômés continuait donc leurs études en troisième cycle dans une université ou une école de formation des fonctionnaires (ENA, etc). À la fin des années 1990, une année de césure à l’étranger s’est généralisée, portant la scolarité à quatre ans.

À la suite de la réforme dite « LMD », la formation des IEP est désormais organisée en cinq années, découpées en deux cycles. Désormais, tous les cursus des différents Sciences Po incluent une année à l’étranger.

Le premier cycle, en trois ans, est pluridisciplinaire, et le second cycle, en deux ans, permet une spécialisation. Les étudiants peuvent également valider un double diplôme de grade de master (DNM et diplôme d'IEP ou diplôme ESC et diplôme IEP).

Le grade de master est conféré aux titulaires du diplôme de fin d’études (DNM ou diplôme d'établissement), ils ne reçoivent par contre pas le grade de licence. L'Institut d'études politiques de Paris et de Grenoble dérogent à cette règle, car ils délivrent un Bachelor de science politique visé par le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Évènements inter-IEP[modifier | modifier le code]

Prix Mirabeau[modifier | modifier le code]

Le Prix Mirabeau est le concours d'éloquence entre les IEP de France. Il a été créé en 2011, à l'initiative de Sciences Po Grenoble[réf. nécessaire].

Critérium inter-IEP[modifier | modifier le code]

Le Critérium inter-IEP (« Crit »[23]) est une compétition sportive au cours de laquelle s'affrontent des représentations des dix instituts d'études politiques de France. Organisé chaque année à la fin du mois de mars ou au début du mois d'avril par des étudiants de l'IEP désigné hôte, il trouve son origine en 1986, avec l'organisation d'une rencontre de rugby entre Sciences Po Bordeaux et Sciences Po Toulouse, avant de s'élargir à tous les IEP et à des dizaines de disciplines[24],[23].

En 2013, quelques mois avant le « Crit 2014 » prévu à Rennes, six directions administratives d'IEP retirent leur soutien à l'événement sportif. Par ce désengagement, elles manifestent leur désapprobation des débordements observés lors de l'édition 2013, tenue à Bordeaux. Des actes de vandalisme ont été commis dans le centre-ville de la préfecture girondine[23].

Lors de l'édition 2019, la manifestation sportive rassemble 2 500 participants, à Eaubonne, dans le département du Val-d'Oise[25].

En février 2021, sont publiés sur les réseaux sociaux de nombreux témoignages de violences sexuelles subies par des étudiantes, notamment lors des journées de compétitions sportives inter-instituts. En réaction à ces dénonciations publiques, les directions régionales des IEP décident collégialement de supprimer le Critérium inter-IEP[26],[25],[27].

Critiques et polémiques[modifier | modifier le code]

Rapports de la Cour des comptes[modifier | modifier le code]

En 2016, après une appréciation défavorable quatre ans auparavant, la Cour des comptes publie un rapport remarquant des améliorations dans la gestion financière de Sciences Po Paris[28]. L'année suivante, l'institution financière pointe des anomalies dans la gestion des IEP au statut d’EPA et demande leur intégrations aux universités[29],[30]. Relevant leurs liens avec communautés d'universités et établissements, le ministère de l'Education et de l'Enseignement supérieur signale toutefois qu'un changement de statut nécessite l'approbation des établissements concernés[29].

Vague de dénonciations de violences sexuelles[modifier | modifier le code]

Le , le quotidien français Libération publie des témoignages de jeunes femmes affirmant avoir été victimes d'agressions sexuelles ou de viols au cours de leur scolarité à Sciences-Po Bordeaux[31],[32]. Les jours suivants, des allégations similaires s'accumulent sur des pages Facebook de plusieurs IEP[N 1]. Elles dénoncent notamment l'inaction des directions des instituts alertées. La création sur le réseau social Twitter, le 8 février[34], du hashtag #sciencesporcs, inspiré du mouvement #MeToo/#BalanceTonPorc de 2017[35], amplifie leur résonance médiatique. Sur le réseau social, aux messages exposant le sexisme ou des actes de violence sexuelle vécus par des femmes, au sein des établissements universitaires de Rennes, Lille, Grenoble, Toulouse, Strasbourg, Lyon ou encore à Sciences Po Paris[36], répondent des dizaines de milliers de réactions indignées ou de soutien — 22 000, sous le hashtag #sciencesporcs, le 9 au soir[34] —, dont celle de Marlène Schiappa, ministre chargée de la Citoyenneté[35],[37],[32]. Cette vague de prises de parole, rendant publiques des violences sexistes et sexuelles subies par des femmes dans les instituts d'études politiques français, survient quelques semaines après les accusations de viol portées à l'encontre d'Olivier Duhamel, président démissionnaire de la Fondation nationale des sciences politiques, administratrice de Sciences Po Paris[35],[32]. Les directions des IEP de Bordeaux, Toulouse et Strasbourg réagissent publiquement : elles déclarent prendre les accusations au sérieux et promettent d'agir[32],[34]. Le 10 février, à l'issue d'une réunion avec les chefs des instituts, Frédérique Vidal, la ministre chargé de l'Enseignement supérieur, et Élisabeth Moreno, ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, annoncent leur engagement de mettre en place des moyens de lutte contre les violences faites aux étudiantes de Sciences Po et la loi du silence[38],[39]. Une enquête préliminaire pour viol ou agressions sexuelles est ouverte à Grenoble. Une plainte est déposée à Strasbourg[35],[34]. À Toulouse, un étudiant est mis en examen pour fait de viol[40],[41]. En 2018, déjà, les nombreuses dénonciations de violences sexuelles, publiées sur Twitter, sous le hashtag #balancetoniep, n'ont rien changé dans les Sciences Po français[42].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Début mars 2020, déjà, dans des groupes Facebook associés à divers promos de Sciences Po Paris, des dizaines de témoignages anonymes décrivant des agressions sexuelles et des viols ont été postés[33] — au moins deux cents en trois jours[33].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2016-24 du 18 janvier 2016 relatif à l'Institut d'études politiques de Paris
  2. « Gouvernance & budget », sur Sciences Po (consulté le 22 juillet 2020).
  3. Benoît Floc'h, « Paris, régions : les sciences politiques ne se valent pas », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  4. Ordonnance no 45-2283 du 9 octobre 1945 relative à la formation, au recrutement et au statut de certaines catégories de fonctionnaires et instituant une direction de la fonction publique et un conseil permanent de l'administration civile.
  5. Décret no 45-2286 du 9 octobre 1945 portant création de l’institut d’études politiques de l’université de Paris.
  6. a et b Décret no 45-2287 du 9 octobre 1945 portant création de l’institut d’études politiques de l’université de Strasbourg.
  7. a et b Décret no 48-778 du 4 mai 1948 portant création de l’institut d’études politiques de l’université de Grenoble.
  8. a et b Décret no 48-779 du 4 mai 1948 portant création de l’institut d’études politiques de l’université de Lyon.
  9. a et b Décret no 48-780 du 4 mai 1948 portant création de l’institut d’études politiques de l’université de Toulouse.
  10. a et b Décret no 48-1262 du 13 août 1948 portant création de l’institut d’études politiques de l’université de Bordeaux.
  11. a et b Décret du 27 mars 1956 portant création de l’institut d’études politiques de l’université d’Aix-Marseille.
  12. Décret no 69-56 du 18 janvier 1969 relatif à l'institut d'études politiques de Paris.
  13. Décret no 69-56 du relatif aux instituts politiques d’Aix, de Bordeaux, de Grenoble, de Lyon, de Strasbourg et de Toulouse.
  14. Décret no 85-497 du 10 mai 1985 relatif à l'institut d'études politiques de Paris.
  15. a et b Décret no 89-901 du 18 décembre 1989 relatif aux instituts d'études politiques et décret no 89-902 du 18 décembre 1989 relatif aux instituts d'études politiques dotés d'un statut d'établissement public administratif rattachés à une université, www.legifrance.gouv.fr, codifiés dans le code de l’éducation en 2003 dans les articles D713-21 et suivants ainsi que D719-190 et suivants devenus D741-9 et suivants.
  16. a et b Décret no 91-562 du 13 juin 1991 portant création des instituts d'études politiques de Lille et de Rennes et complétant le décret no 89-901 du 18 décembre 1989 relatif aux instituts d'études politiques
  17. « Arrêté du 23 juin 2013 »
  18. Le réseau IEP, sur le site de l'IEP de Rennes (consulté le 3 avril 2006)
  19. « Sciences Po Saint-Germain-en-Laye accueille sa première promotion », sur sciencespo-saintgermainenlaye.fr, (consulté le 4 octobre 2014) : « Sciences Po Saint-Germain-en-Laye a intégré le réseau des IEP de région dont il est le 7e membre aux côtés des IEP d’Aix-en-Provence, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg et Toulouse. ».
  20. « « Communiqué de presse : un seul concours pour six instituts »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], sur www.sciencespo-toulouse.fr, .
  21. « Hexa succès... » (mot du directeur), www.rennes.iep.fr, .
  22. Camille Stromboni et Delphine Dauvergne, « Sciences po : 12 prépas à la loupe », sur www.letudiant.fr, L'Étudiant, (consulté le 10 février 2021).
  23. a b et c Linda Benotmane, « Sciences Po : la direction ne soutient plus le Crit' », Ouest-France, (consulté le 12 février 2021).
  24. Matthieu Gherardi, « « Faire la fête », le leitmotiv du Crit'2008 », La Dépêche du Midi, .
  25. a et b Océane Segura, « A Sciences-Po, le Critérium inter-IEP, sommet des violences sexistes en toute impunité », L'Humanité, (consulté le 12 février 2021).
  26. AFP, « Sciences-Po: rassemblements d'étudiants pour dénoncer les violences sexuelles », Le Point, (consulté le 12 février 2021).
  27. Ivan Capecchi, « Sciencesporcs : une étudiante de Sciences Po Strasbourg porte plainte pour viol, le directeur s'explique », sur Actu.fr, actu.fr, (consulté le 12 février 2021).
  28. {{Lien webauteur institutionnel=AFP|titre=Cour des comptes : Sciences Po en progrès, mais peut mieux faire|jour=10|mois=février|année=2016|éditeur=Le Point|url=https://www.lepoint.fr/economie/cour-des-comptes-sciences-po-en-progres-mais-peut-mieux-faire-10-02-2016-2016755_28.php%7Cconsulté le=17 février 2021}}.
  29. a et b AFP, « La Cour des comptes recommande de rattacher les IEP en région aux universités », Le Monde, (consulté le 17 février 2021).
  30. Natacha Lefauconnier, « La gestion des IEP de région épinglée par la Cour des comptes », sur www.letudiant.fr/educpros, .
  31. Eva Fonteneau, « Sciences-Po Bordeaux : «J’ai été violée et l’administration a répondu par de la violence supplémentaire» », Libération, (consulté le 10 février 2021).
  32. a b c et d Wally Bordas, « SciencesPorcs: des étudiantes d’IEP dénoncent les viols qu’elles auraient subis », Le Figaro Étudiant, (consulté le 10 février 2021).
  33. a et b Ludwig Gallet, « Viols, harcèlement  : des étudiants de Sciences Po témoignent sur Facebook », Le Parisien, (consulté le 11 février 2021).
  34. a b c et d Lorélie Carrive, « Sous le hashtag "SciencesPorcs", les étudiants des IEP dénoncent viols et agressions sexuelles », France Inter, (consulté le 10 février 2021).
  35. a b c et d AFP, « #sciencesporcs, une nouvelle vague de dénonciations de violences sexuelles, cette fois dans les IEP », Le Monde, (consulté le 10 février 2021).
  36. Lauriane Nembrot, « Les accusations de harcèlement et agressions sexuelles secouent Sciences Po, les étudiants ultramarins solidaires », La Première, (consulté le 10 février 2021).
  37. Juliette Delage, « #SciencesPorcs : les étudiants des IEP dénoncent la «culture du viol» », Libération, (consulté le 10 février 2021).
  38. Hugo Septier, « Viols et agressions sexuelles à Sciences Po: pour Frédérique Vidal, "les établissements prennent leur part" », BFM TV, (consulté le 11 février 2021).
  39. AFP, « Sciences Po Paris : une administratrice provisoire nommée à la place de Frédéric Mion », Europe 1, (consulté le 11 février 2021).
  40. Paul Conge, « Débuts de réponses judiciaires face au scandale de violences sexuelles dans les "Sciences Po" », Marianne, (consulté le 6 mars 2021).
  41. AFP, « Sciences Po Toulouse : un ancien étudiant mis en examen pour viol », Le Point, (consulté le 6 mars 2021).
  42. Cécile de Kervasdoué et Thomas Cluzel, « #SciencesPorcs : ou quand des étudiantes des IEP disent avoir subi des agressions sexuelles », journal de la mi-journée de la rédaction de France Culture (min 30 s-min 10 s), France Culture, (consulté le 11 février 2021).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]