Institut catholique de Vendée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Institut catholique de Vendée
Histoire et statut
Fondation
Type
Forme juridique
Nom officiel
Institut catholique d’études supérieures, (ICES)
Fondateur
Hervé Grollier
Philippe de Villiers
Abbé Claude Morissette
Président
Localisation
Localisation
17, boulevard des Belges. 85017, La Roche-sur-Yon
Pays
Chiffres-clés
Étudiants
1200
Enseignants
19
Budget
7,4 M€
Divers
Devise
L'audace d'être libre.[1]
Membre de
Site web

L’Institut catholique de Vendée est un établissement d'enseignement supérieur privé d'intérêt général (EESPIG)[2] créé par Philippe de Villiers en 1990 sous la forme d'une association à but non lucratif[3] sous le nom d'Institut catholique d’études supérieures, (ICES). Il est situé à La Roche-sur-Yon, dans le département de la Vendée, et dépend administrativement du rectorat de Nantes.

Présentation[modifier | modifier le code]

En 1990, au moment de sa création, l'ICES compte 252 étudiants ; ils sont 1 144 en 2017 (dont 33 % de boursiers)[3].

En 2017, l’ICES compte 19 enseignants et enseignants-chercheurs permanents. L’essentiel des enseignements est dispensé par des enseignants, enseignants-chercheurs et professionnels venus d’autres établissements publics, catholiques, ou du milieu socio-économique[3]. L'Institut compte 33 personnels administratifs et techniques[3]. Son budget s'élève en 2015 à 7,4 M€/an dont environ 3 M€ de subventions publiques (État : 11 %; collectivités locales : 89 %)[3].

Il compte huit filières d’enseignement classique (biologie, droit, histoire, langues, lettres modernes et classiques, mathématiques-informatique, physique-chimie, science politique) qui permettent d’obtenir un diplôme universitaire de 1er et 2e cycle[4].

Dessiné par l’architecte français Denis Laming, l’ICES comprend un bâtiment principal, érigé entre 1990 et 1991 et complété d’une aile supplémentaire en 1994. En 1997, la construction de la Bibliothèque Jean-Paul-II vient achever les plans de l’architecte[5]. En 2000, sous l’impulsion de Hervé Grollier, Denis Laming réalise l’intégration d’une résidence d’étudiants dans le couvent désaffecté des Sœurs des Écoles chrétiennes de la Miséricorde, voisin du bâtiment principal.

Histoire et organisation[modifier | modifier le code]

L’Institut catholique d’études supérieures (ICES) ouvre ses portes à La Roche-sur-Yon en 1990. En 1993, l’Institut a déposé une marque, « L’École universitaire »[6]. Depuis le 29 août 2014, l’établissement est associé par contrat aux missions de service public de l’enseignement supérieur français[3]. Puis, par arrêté ministériel du 18 avril 2016, il acquiert la qualité d’établissement d’enseignement supérieur privé d’intérêt général (Eespig)[2]. Juridiquement, l’ICES est régi par une association dite « loi de 1901 » sous l’intitulé OGICES (Organisme de gestion de l’Institut catholique d’études supérieures)[3]. L’ICES est officiellement reconnu par l’Église catholique en 2010[7] et est régi par la constitution apostolique de Jean-Paul II Ex Corde Ecclesiæ ; les évêques de Luçon en sont nommés chancelier[8]. En 2018, succédant à Mgr Alain Castet, Mgr François Jacolin devaint le 2e chancelier de l'ICES. Il est membre de l’Académie catholique de France.

Gouvernance[modifier | modifier le code]

En 2005, après quinze ans passé à la tête de l’institut, Hervé Grollier, cofondateur de l’établissement, quitte ses fonctions et est remplacé à la direction générale par François Boulêtreau[9].

En 2010, Hervé Magnouloux remplace le directeur général et devient le premier président de l’ICES selon le nouveau statut accordé par l’Église catholique[10].

En 2012, Bertrand Doat, secrétaire général, est nommé à la présidence de l’ICES pour une période intérimaire.

En 2013, Éric de Labarre, maître de conférence à la faculté de Montesquieu-Bordeaux-IV, secrétaire général de l’enseignement catholique depuis 2007, prend la présidence de l’ICES[11].

En 2015, l'ICES fête ses 25 ans lors d'une manifestation organisée au Vendéspace : tables rondes, conférences, remise des diplômes et messe s'y sont déroulées.

Dans un rapport[3] de 2017, les experts de l'HCERES note : « Après une crise qui démarre en 2005 liée à la diminution des effectifs étudiants, une instabilité certaine s’installe entre 2006 et 2013. En 2013, l’actuel président est chargé de réorganiser l’établissement. À cet effet, il propose un projet stratégique « ICES horizon 2025 », qui doit assurer le développement de l’Institut, tant en nombre d’étudiants qu’en matière immobilière ».

Réseaux nationaux et internationaux[modifier | modifier le code]

Depuis 2004, l’ICES est membre de l’Union des nouvelles facultés libres (UNFL), association déclarée loi 1901, qui a pour but de traiter des questions relatives à l’avenir de l’enseignement universitaire libre et présenter aux pouvoirs publics des demandes communes. L’Institut catholique d’études supérieures est membre du Conseil international des universités de Saint-Thomas-d’Aquin, un réseau mondial d’universités inspiré par la pensée de Thomas d’Aquin. Ce réseau, généralement connu sous l’acronyme d’ICUSTA, favorise les échanges universitaires entre étudiants, professeurs et chercheurs[12].

Publications et partenariats[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En 2008, l’ICES crée sa maison d’édition, les Presses de l’ICES[13], afin de faire connaître les activités de recherche, d’offrir aux chercheurs étrangers qui sont liés à l’institut la possibilité de publier en France, et de donner le point de vue de chercheurs chrétiens sur des sujets d’actualité et de débats. Les Presses de l’ICES publient les Annales de Vendée, une revue semestrielle pluridisciplinaire relative aux activités de recherches de l’institut et de ses départements, ainsi qu’une collection intitulée « Vademecum ». En partenariat avec les Éditions Cujas, l’ICES diffuse les actes des colloques organisés par le Centre Hannah-Arendt[14] , centre de recherche de l’institut dans la collection Travaux du Centre de recherches. L’institut est partenaire de RCF Vendée et héberge plusieurs débats radiophoniques au sein de l’école, en permettant à certains de ses étudiants d’y effectuer une formation.

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Bureau des étudiants de l’ICES[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L’Association des étudiants de l’ICES a été créée en 1992, avec pour finalité l’organisation de la vie étudiante (voyages et activités sportives, culturelles, festives). Le BDE représente les étudiants devant les autorités universitaires, administratives. L’activité du BDE permet de promouvoir l’ICES. Une des activités principales du BDE est l’organisation du gala des étudiants de l’ICES, qui a lieu à chaque fin d’année universitaire[15]. Depuis , un deuxième gala a lieu en hiver.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’azur à la croix d’argent cantonnée de quatre abeilles d’or et chargée en cœur d’un double cœur vidé, couronné et croiseté de gueules[16].
Commentaires : Da mihi Sapientiam et Intelligentiam (donne-moi la sagesse et l’intelligence).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Église catholique en France - conférence des évêques de France L’Institut catholique d’études supérieures : « L’audace d’être libre » 3 octobre 2018
  2. a et b « MENS1600309A - ESR : enseignementsup-recherche.gouv.fr », sur www.enseignementsup-recherche.gouv.fr (consulté le 19 mai 2016)
  3. a b c d e f g et h HCERES, Rapport d'évaluation de l’institut catholique d’études supérieures (ICES), Paris, HCERES, , 39 p. (lire en ligne)
  4. « ICES La Roche-sur-Yon », sur L’Étudiant (consulté le 30 mars 2014)
  5. Guintard 1997, p. 280
  6. « L’Ecole Universitaire », sur Institut national de la propriété industrielle (consulté le 30 mars 2014)
  7. Église catholique (diocèse de Luçon), Catholiques en Vendée : la vie de l’Église de Luçon, Luçon, Association diocésaine de Luçon (no 11), (ISSN 2106-7732), p. 3
  8. Duret, Lenne et Vrignaud 1999, p. 411-412
  9. Institut catholique d’études supérieures, La Lettre de l’ICES, La Roche-sur-Yon, ICES (no 39), , 8 p. (ISSN 1285-5162), p. 8
  10. Institut catholique d’études supérieures, La Lettre de l’ICES, La Roche-sur-Yon, ICES (no 48), , 8 p. (ISSN 1285-5162, lire en ligne), p. 1 et 8
  11. « Eric de Labarre, nouveau président de l’Ices », sur Ouest-France, (consulté le 30 mars 2014)
  12. Ouest-France, Partir à l'étranger, quelques pistes en Vendée, 2013
  13. BnF, Institut catholique d'études supérieures. La Roche-sur-Yon - Éditeur scientifique
  14. Centre de recherche Hanna Arendt La Roche sur Yon
  15. 20e gala de l’ICES, samedi 25 mai 2013 à la Longère de Beaupuy
  16. Institut catholique d’études supérieures, La Lettre de l’ICES, La Roche-sur-Yon, ICES (no 50), , 12 p. (ISSN 1285-5162, lire en ligne), p. 6

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Guintard, Les choses en face, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Témoignage », , 327 p. (ISBN 9782910919504)
  • André Duret, Olivier Lenne, sœur Marguerite Vrignaud et al., L’enseignement catholique de Vendée : au fil de l’histoire, La Roche-sur-Yon, Éditions Siloë, , 430 p. (ISBN 2-908576-46-5)
  • Pierre Legal et al., ICES, l'École universitaire : un lieu, un esprit, un souffle, La Roche-sur-Yon, Éditions du CVRH, Centre vendéen de recherches historiques, , 255 p. (ISBN 978-2-911253-72-0)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]