Institut Rousseau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Institut Rousseau
21 LOGO-INSTITUT-ROUSSEAU.png
Le laboratoire d'idées de la reconstruction écologique et sociale
Histoire
Fondation
4 mars 2020
Cadre
Type
Forme juridique
Domaine d'activité
Généraliste
Pays
Organisation
Président d'honneur
Direction
Nicolas Dufrêne
Secrétaire général
Anastasia Magat
Positionnement
Gauche républicaine
Publication
Notes et études
Site web
Identifiants
RNA
SIREN

L'Institut Rousseau est un groupe de réflexion français créé en 2020, dirigé par Nicolas Dufrêne et Chloé Ridel.

Présentation[modifier | modifier le code]

L’Institut Rousseau est un think tank créé le 4 mars 2020 à Paris et qui se définit comme un « laboratoire d’idées qui tente de concilier refondation républicaine et écologie politique »[1].

Il place son effort de réflexion sous la figure du philosophe Jean-Jacques Rousseau qui faisait de la souveraineté du peuple, et de la volonté générale fondée sur un libre exercice de la raison, notre chemin vers la modernité[2]. Ses travaux poursuivent une vocation généraliste[1].

Pour le journal L'Humanité, le think tank est situé à gauche[3].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Dirigé par Nicolas Dufrêne, haut fonctionnaire et essayiste[4], l’Institut Rousseau a, depuis 2020, pour président d’honneur l’économiste Gaël Giraud. Sa directrice adjointe est Chloé Ridel, haute fonctionnaire, spécialiste des questions européennes. Son directeur des études est Benjamin Morel, maître de conférences en droit public[5].

Son conseil scientifique compte une vingtaine de membres, parmi lesquels le démographe Hervé Le Bras, la géographe Anaïs Voy-Gillis[6][source insuffisante] et la magistrate Magali Lafourcade. Fabien Escalona, Pavlina R. Tcherneva, Nathan Sperber et Christophe Ventura font aussi partie du conseil scientifique[7].

L'institut est financé par les dons et les cotisations de ses adhérents. Il est constitué sous forme associative.

Prises de position[modifier | modifier le code]

L'Institut Rousseau promeut l'annulation des dettes souveraines détenues par la Banque centrale européenne, en échange d'investissements permettant de financer la « reconstruction écologique ».

N. Dufrêne a publié avec Alain Grandjean, en février 2020, un ouvrage pour défendre cette proposition, Une monnaie écologique, pour sauver la planète (Odile Jacob). Cette proposition a fait l'objet de critiques de la part de plusieurs responsables politiques, comme la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, qui juge « inenvisageable » une annulation de dette par la BCE[8].

Les propositions de l’Institut sont notamment axées autour des 2 axes suivants[9] : « Réinvestir l’idée d’une raison républicaine partagée et d’un bien commun à l’humanité. » et « La souveraineté doit revenir au peuple qui, à travers la République, doit refaire de l’État l’instrument permettant de façonner son avenir. »

Partant du constat de 40 ans d'échec de la décentralisation en France, l'Institut souhaite « supprimer les régions, et redonner de l'autonomie et du souffle aux communes[10]. »

L'Institut, ainsi que l’économiste américaine Pavlina R. Tcherneva[11] (proche de Bernie Sanders), estiment enfin qu’un million d’emplois « verts aidés » pourraient voir le jour en France et qu'il existe un gisement important pouvant être basé sur des emplois publics d'utilité sociale et temporaires, à baser sur le volontariat. Dans La Garantie d’emploi[11], Tcherneva indique que « ces choix ne coûteraient rien à la collectivité puisqu’ils consisteraient à redéployer des aides déjà versées aux chômeurs. »

Identités visuelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Kévin Boucaud-Victoire, « L'institut Rousseau a conscience de trois urgences : écologique, démocratique et sociale », Marianne,‎ , p. 01 (lire en ligne).
  2. « Le projet de l'institut », sur Institut Rousseau (consulté en ).
  3. « La galaxie des think tanks de gauche : des labos d’idées et autant d’armes pour la bataille », sur L'Humanité, (consulté le ).
  4. « Une monnaie écologique : pour sauver la planète de Alain Grandjean : livre à découvrir sur France Culture », sur France Culture (consulté le ).
  5. « Benjamin Morel », sur Institut Rousseau (consulté le ).
  6. « Anaïs Voy-Gillis », sur Expertes France (consulté le ).
  7. « L’Institut Rousseau, nouveau venu dans la galaxie des think tanks de gauche », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. « Christine Lagarde juge « inenvisageable » l’annulation de la dette Covid-19 », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. Paul Sugy, « Avec l’Institut Rousseau, nous voulons remettre la souveraineté populaire au cœur de la démocratie », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  10. Julien Damon, « Élaguer le mille-feuille territorial », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  11. a et b Pavlina R. Tcherneva, La Garantie d'emploi - L'arme sociale du Green New Deal, Paris, La Découverte, , 152 p. (ISBN 9782348068614).

Lien externe[modifier | modifier le code]