Institut Ordo Iuris pour la culture juridique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Institut Ordo Iuris pour la culture juridique
Histoire
Fondation
Cadre
Sigle
(en) Instytut Ordo IurisVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Siège
Pays
Coordonnées
Organisation
Chiffre d'affaires
1 510 462 euros ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

L'Institut Ordo Iuris pour la culture juridique ou Ordo luris est une organisation non gouvernementale polonaise de lobbying et de recherche. Créé par l'Institut de la Fondation de l'éducation sociale et religieuse Fr. Piotr Skarga en 2013, Ordo luris est basé à Varsovie. L'institut finance et effectue des activités de recherche et de lobbying sur « la culture juridique et l'héritage spirituel » polonais, assurant la promotion de valeurs « traditionnelles »[1]. Il est associé à l'ONG brésilienne Tradition, famille et propriété (TFP) opérant dans de nombreux pays à travers le monde[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8].

Objectifs[modifier | modifier le code]

L'Institut mène des activités académiques liées à l'application de la loi[pas clair]. Il s'occupe de la formation de jeunes avocats et s'engage à informer le public sur les transformations de la culture juridique[9]. Il soutient également les initiatives spécifiques au mouvement pro-vie[10],[11]. Les autres domaines d'intérêt de l'Institut comprennent la liberté de religion, le mariage et la famille, la liberté de conscience, les droits des femmes, le droit civil, la liberté économique et la liberté contractuelle[réf. nécessaire].

L'institut défend une vision conservatrice de la famille. Les avocats et les conseillers juridiques collaborant avec l'Institut représentent les bénéficiaires du programme dans les affaires civiles, pénales, familiales, d'infraction et administratives.

Programme d'analyse législative[modifier | modifier le code]

Le programme d'analyse législative de l'Institut Ordo Iuris consiste à surveiller le processus législatif à toutes les étapes, en particulier les projets concernant la protection juridique de la vie humaine. Les avocats du programme examinent la qualité des projets de lois, leur constitutionnalité et leurs mises en application. Ils évaluent leurs effets économiques et sociaux. Ils élaborent également des propositions d'actes juridiques, en particulier dans les domaines touchant à la sphère familiale et à la compétence des parents pour élever des enfants[réf. nécessaire].

Centre de droit international[modifier | modifier le code]

Le Centre de droit international de l'Institut Ordo Iuris est impliqué dans le Conseil de l'Europe, l'OSCE, l'ONU et l'UE (il mène des activités au Parlement européen)[réf. nécessaire].

Centre de bioéthique[modifier | modifier le code]

Le Centre de bioéthique d'Ordo Iuris, fondé en 2017, traite des questions liées à la biotechnologie, la génétique, les sciences biomédicales[réf. nécessaire].

Affaires principales[modifier | modifier le code]

L'initiative la plus connue d'Ordo luris est sa tentative d'élaboration d'un projet de loi anti-avortement, prévoyant son interdiction totale en Pologne. Ce projet visait à introduire une responsabilité pénale de quiconque cause la mort d'un enfant conçu, y compris sa mère. Le , le Sejm rejette à la majorité le projet de loi avec 352 députés votant contre, 5 pour et 18 abstentions. Au cours de la discussion précédent le vote, Joanna Banasiuk d'Ordo Iuris présente un « auto-amendement » dans le but de supprimer le soi-disant casier judiciaire des mères. Il n'est pas accepté pour des raisons formelles[12],[13],[14],[10].

En 2016, Elżbieta Bojanowska, sous-secrétaire d'État au ministère de la famille, du travail et de la politique sociale, constitue une équipe de neuf experts dont la tâche est de développer le concept de changements et d'amendements aux lois dans le domaine de la prévention des violences domestiques. Jerzy Kwaśniewski, alors président de l'Institut Ordo luris fait partie de la commission. Le 31 décembre 2018, les projets de modifications proposés par les experts sont publiés sur les sites Internet du Government Legislation Center. Le projet suscite beaucoup de controverses et entraîne la démission d'Elżbieta Bojanowska[15],[16].

Le représentant de la Fondation en la personne de Tymoteusza Zycha est devenu en janvier 2018 membre du Conseil de l'Institut national de la liberté - Centre pour le développement de la société civile[17].

L'Institut Ordo Iuris est également responsable de la création d'une charte de valeurs traditionnelles, adoptée par de nombreuses autorités locales en Europe et qui ont mené à la création des zones dites « sans LGBT »[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (pl) « Statut Fundacji Instytut na rzecz Kultury Prawnej Ordo Iuris », sur www.ordoiuris.pl,
  2. (en) « Ordo Iuris », sur European Humanist Federation
  3. (pl) « Ordo Iuris – obrońcy życia, przed którymi ostrzega nawet Kościół », sur Newsweek.pl
  4. « Wyborcza.pl », sur wyborcza.pl
  5. (pl) « Wyborcza.pl », sur www.wysokieobcasy.pl.
  6. (pl) « Czy Ordo Iuris to sekta? Suchanow o swojej książce "To jest wojna!" », sur natemat.pl.
  7. (pl) « Klementyna Suchanow o globalnej sieci powiązań: "To już nie są pojedyncze akty szaleństwa" », sur tokfm
  8. (en-GB) Karolina Zbytniewska, « Polish activist: Nothing is right about women’s rights in Poland », sur EurActiv, (consulté le ).
  9. (pl) « Kim jesteśmy », sur Ordo Iuris.
  10. a et b (pl) « Są nazywani intelektualnym i prawnym zapleczem PiS-u. Ich prezesem został właśnie współtwórca projektu „Stop Aborcji” », sur Newsweek.pl, Newsweek Polska (en), .
  11. (pl) « Za projektem zakazu aborcji stoi grupa konserwatywnych prawników. Kim są ludzie z Ordo Iuris? », sur Gazeta.pl (pl) (consulté le ).
  12. (pl) « PiS przestraszyło się wściekłości kobiet z powodu zakazu aborcji. Pracuje nad mniej radykalnym projektem », sur Newsweek.pl
  13. (pl) Redakcja, « Sejm odrzucił projekt wprowadzający całkowity zakaz aborcji. Kaczyński zdyscyplinował swoich posłów », sur www.polityka.pl,
  14. « "Ideologia bierze górę nad prawem". Ordo Iuris - kim są? », sur TVN24,
  15. (pl) « Dymisja za kontrowersyjny projekt. Elżbieta Bojanowska odwołana », sur www.rmf24.pl
  16. (pl) « Eksperci od ustawy antyprzemocowej: Ordo Iuris i urzędnik z Zakopanego », sur www.rp.pl
  17. (pl) « Znamy pozarządowych członków Rady Narodowego Instytutu Wolności », sur ngo.pl.
  18. Laure Daussy, « Ordo Iuris-le lobby ultra-catho qui influence le pouvoir », Charlie Hebdo, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site officiel