Institut Laue-Langevin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page en date du 31 mars 2007 à 23:32 et modifiée en dernier par Chicobot (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ill (homonymie).

Modèle:Ébauche science

L'Institut Laue-Langevin (ILL), nommé ainsi en l'honneur des physiciens Max von Laue (physicien allemand 1879-1960) et Paul Langevin (physicien français 1872-1946) a éte fondé en 1967 par la France et l'Allemagne.

Ces deux pays ont été rejoints en 1973 par le Royaume-Uni, puis par l'Espagne (1987), la Suisse (1988), l'Autriche (1990), la Russie (1996), l'Italie (1997), la République tchèque (1999), en 2005 par la Hongrie et la Suède et en 2006 par la Belgique et la Pologne. Le site est implanté dans la même enceinte que l'ESRF et l'EMBL, sur le polygone scientifique de Grenoble.

Il comprend un réacteur nucléaire de recherche utilisé pour produire, par fission nucléaire de l'uranium, des faisceaux de neutrons. Ceux-ci permettent de sonder la matière. C'est la source de neutrons la plus intense du monde et c'est donc un instrument scientifique de tout premier ordre pour la communauté internationale. Plusieurs instruments sont placés tout autour du cœur du réacteur, permettant des applications allant de la physique fondamentale à la biologie.

L'Institut Laue Langevin est un institut de service : son rôle premier est de fournir du temps de faisceau de neutrons aux scientifiques utilisateurs, de passage pour leurs expériences. Ceux-ci obtiennent ce temps de faisceau, la mise à disposition du matériel adéquat, et l'expertise des scientifiques et techniciens sur place, après acceptation de leur proposition d'expérience par un comité d'experts scientifiques (une expérience retenue sur deux, environ). Plus de 90 % des expériences sont attribuées à des chercheurs venant d'un institut, centre de recherche, ou université d'un des pays finançant l'institut (France, Allemagne, Royaume-Uni, Espagne, Suisse, Autriche, Russie, Italie, République Tchèque, Suède, Hongrie, Belgique et Pologne). Le "temps de faisceau", c'est-à-dire le temps que les utilisateurs peuvent passer sur les installations, est déterminé par la contribution de chaque pays. Celle de la France est d'environ un tiers.

L'institut emploie 450 personnes dont 70 chercheurs, une vingtaine de doctorants, plus de 200 techniciens, 50 administratifs et 60 spécialistes de l'exploitation et de la sûreté. Son personnel compte environ 65% de Français, 12% d'Allemands et 12% de britanniques. Chaque année, quelque 2000 chercheurs venus de 45 pays utilisent la source de neutrons de l'ILL, pour un total d'environ 800 expériences par an.

Le site est classé à risque (Seveso), à cause de la sismicité de la vallée Grenobloise et du réacteur nucléaire de l'Institut. L'ILL est membre de l'EIROforum.

A quoi ça sert ?

Les neutrons constituent une sonde non-destructive des matériaux testés. •Electriquement neutres, ils pénètrent aisément la plupart des matériaux. •Ils peuvent accéder au noyau de l'atome et distinguer les différents éléments ainsi que chacun de leurs isotopes. •La longueur d'onde du neutron, comparable ou inférieure aux distances entre atomes, lui permet de voir la taille atomique et moléculaire, entre 10-7 mm et 10-4 mm •Dotés d'un micro-aimant, ils sont sensibles aux propriétés magnétiques de la matière et peuvent déceler les champs magnétiques les plus faibles. Ils se comportent comme la plus petite boussole du monde ! •Ils peuvent déceler le mouvement des atomes et des molécules dans la matière. •Ils détectent particulièrement bien les atomes d'hydrogène, un atout précieux en biologie.

Les neutrons sont donc utilisés dans de nombreux domaines tels que la physique de la matière condensée, la matière molle, la biologie, la chimie, les nanosciences et la physique fondamentale.


Lien externe