Insomnie fatale familiale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (octobre 2012).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Insomnie fatale familiale (IFF)
Transmission Génétiquement
Chromosome Chromosome 20
Gène PRNP
Prévalence 40 familles
Liste des maladies génétiques à gène identifié
Insomnie fatale familiale

Classification et ressources externes

Description de cette image, également commentée ci-après

Mutation génétique responsable d'insomnie fatale familiale (IFF)

CIM-10 A81.9
CIM-9 046.72
OMIM 600072
DiseasesDB 32177
MeSH D034062
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

L'insomnie fatale familiale (IFF) est une encéphalopathie spongiforme transmissible (EST) humaine liée à une anomalie du gène de la protéine PrPC.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Location de gène PRNP dans le chromosome 20, le gène responsable de codage de prion.
Structure de la protéine prion, PRNP.

Une quarantaine de familles dans le monde sont concernées par cette maladie, soit environ une centaine de personnes. Un enfant de personne atteinte d'insomnie fatale familiale (IFF) a 50 % de risques d'être également atteint. L'IFF a d'abord été décrite en Italie en 1986. Il existe plusieurs familles concernées en France[1].

L'âge moyen d'apparition des premiers symptômes varie entre 18 et 60 ans, l'âge médian est de 51 ans. L'IFF commence par des insomnies, l'incapacité à dormir dans la journée, puis par l'incapacité complète de trouver le sommeil, même la nuit. La mort par manque de sommeil survient après six à trente-deux mois.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Aspects cliniques[modifier | modifier le code]

La maladie est caractérisée par :

Examens complémentaires[modifier | modifier le code]

L'EEG de veille est peu perturbé.

L'EEG de sommeil retrouve une disparition au cours de l'évolution de la maladie de l'activité delta, des fuseaux de sommeil, des complexes K. Il existe des phases anormales de sommeil paradoxal bien que le patient soit éveillé.

Des analyses génétiques permettent de mettre en évidence une mutation ponctuelle des codons 178 et 179 du gène PRNP, ce qui signe son appartenance aux maladies à prion.

Les analyses histologiques permettent de mettre en évidence des lésions spécifiques au niveau du cerveau, avec une spongiose discrète (à la différence de la maladie de Creutzfeldt-Jakob).

Traitement[modifier | modifier le code]

Il n'existe à l'heure actuelle aucun traitement de l'insomnie fatale familiale.

En laboratoire, le tacrolimus et l'Astémizole ont été identifiés in vitro comme de potentiels agents antiprions utilisables chez l'Homme[2].

En 2015, le groupe de chercheurs du département des neurosciences de l'Institut de la recherche pharmacologique Mario Negri de Milan annonce le début d'un essai clinique, qui consiste en utilisation de la doxycycline à dose quotidienne de 100 mg sur la période de dix ans, dans le groupe de dix porteurs asymptomatiques de la maladie. Les résultats obtenus doivent être comparés à l'ensemble des données historiques[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dr Jean-Philippe BRANDEL, « Insomnie fatale familiale », sur orpha.net,‎ (consulté le 4 mai 2016)
  2. (en) Karapetyan YE, Sferrazza GF, Zhou M, Ottenberg G, Spicer T, Chase P, Fallahi M, Hodder P, Weissmann C, Lasmézas CI, « Unique drug screening approach for prion diseases identifies tacrolimus and astemizole as antiprion agents », Proc Natl Acad Sci U S A., vol. 110, no 17,‎ , p. 7044-9. (PMID 23576755, DOI 10.1073/pnas.1303510110)
  3. (en) Forloni G, Tettamanti M, Lucca U, Albanese Y, Quaglio E, Chiesa R, Erbetta A, Villani F, Redaelli V, Tagliavini F, Artuso V, Roiter I. Department of Neuroscience, IRCCS, Istituto di Ricerche Farmacologiche Mario Negri, Milano, Italy, « Preventive study in subjects at risk of fatal familial insomnia: Innovative approach to rare diseases », sur nih.gov,‎ (consulté le 4 mai 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) G. Almer et al. « Fatal familial insomnia: a new Austrian family », Brain, Vol. 122, no 1, 5-16, janvier 1999. [lire en ligne]

Lien externe[modifier | modifier le code]