Inoue Tetsujirō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Inoue Tetsujirō
INOUE Tetsujiro.jpg

Inoue Tetsujirō

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
KahokuVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
井上哲次郎Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Inoue Tetsujirō (井上 哲次郎?); à Buzen - à Kahoku, préfecture d'Ishikawa est un philosophe japonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Inoue étudie la philosophie à l'Université de Tokyo où il occupe un poste de professeur adjoint à partir de 1882. La même année, il publie l'anthologie de poésie Shintaishishō ( « Sélection de versets sur de nouveaux modèles ») et devient un pionnier du mouvement Shintaishi. Dans le même temps, il encourage la recherche sur la poésie occidentale. De 1884 à 1890, il étudie l'idéalisme allemand à Heidelberg et Leipzig. De retour au Japon, Inoue tient des conférences sur divers courants philosophiques jusqu'à sa retraite en 1923.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Inoue s'oppose au christianisme qu'il tient pour incompatible avec la culture japonaise et le caractère national japonais, ce qu'il exprime en particulier dans la brochure Teishitsu to shūkyō no kankei 1890. Un an plus tard est publié son principal ouvrage politique, Kokka to Yaso-kyō to no shōtotsu (« Le conflit entre la nation et le christianisme »).

Au lieu de cela, il fait campagne pour la préservation des valeurs traditionnelles japonaises. Ainsi, ses études sont consacrées principalement au confucianisme japonais de l'ère moderne. Inoue a écrit à ce sujet une trilogie, encore aujourd'hui considérée comme l'ouvrage de référence[1].

Inoue, qui jouit d'un grand prestige dans le monde académique, est rédacteur en chef de revues importantes comme Arts et sciences de l'Orient et Lumière de l'Extrême-Orient.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  1. Nippon Yōmei Gakuha no tetsugaku (日本陽明学派の哲学) - Philosophie de l'école japonaise [Wang]-Yang-ming (1900).
  2. Nippon Ko Gakuha no tetsugaku (日本古学派の哲学) - Philosophie de l'ancienne école japonaise (1902).
  3. Nippon Shushi Gakuha no tetsugaku (日本朱子学派の哲学) - Philosophie de l'école japonaise Chu-Hsi (1905).
  4. Les Sectes bouddhiques japonaises, E.Steinilber-Oberlin, K. Matsuo, Paris 1930, pp. 293/4

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vgl. Klaus Kracht: Grundriß der Japanologie, Wiesbaden 2001, p. 155.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]