Inondations de 2010 au Bénin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Inondations de 2010 au Bénin
Une rue de Cotonou après la pluie.JPG
Inondation à Cotonou ; une rue après la pluie
Localisation
Pays
Régions affectées
Caractéristiques
Type
Hauteur de crue maximale
Par endroits, plus de 2 mètres
Date de formation
2010
Date de dissipation
2010
Conséquences
Nombre de morts
43 morts et près de 100 000 sans-abris, 800 cas de choléra,

Les inondations au Bénin en 2010 commencent dès le début du mois d’. Elles ont fait au moins 43 morts et près de 100 000 sans-abris, 800 cas de choléra, plusieurs personnes victimes du paludisme et des milliers d’hectares de terres détruits lors de ces inondations qui touchent l'ensemble du pays.

Par ailleurs, ces pluies de ont provoqué des inondations aux conséquences dévastatrices dans la sous région; dont le Bénin connaît la plus désastreuse de son histoire et touchent 55 communes sur les 77. Elle a fait 46 victimes et affecté plus de 680 000 personnes, dont environ 60 000 enfants répartis dans plusieurs communes du pays.

Évolutions des risques d'inondations et météorologie[modifier | modifier le code]

Risques d'inondations[modifier | modifier le code]

De grandes zones du Sud Bénin sont inondables[1]. Les saisons des pluies tendent à augmenter le risque d'inondation dans les agglomérations, notamment lorsque la pression démographique s'ajoute à la faible planification urbaine[2].

Les inondations sont aggravées par les crues du Niger, de l'Ouémé et de leurs affluents. Sur l'ensemble des inondations importantes frappant l'Afrique de l'Ouest[3], le Bénin est le pays le plus touché[2].

La presse révèle une augmentation récente du phénomène[4]. Les quartiers informels et récents sont davantage touchés et enregistrent de nombreux dégâts.

Géographie et risques climatiques[modifier | modifier le code]

Le phénomène s'explique par la combinaison de facteurs naturels (pluviométrie, porosité du sol et topographie horizontale de la ville) et de facteurs humains (habitat sauvage, recul des mangroves, absence d'épuration des canalisations et des courants d'eau, déchets plastiques)[1]. Il manque des outils d'évaluation de sites avant urbanisation et de gestion de crues en saisons de pluies[1]. 2010 enregistre le plus grand nombre de victimes.

Inondations[modifier | modifier le code]

Inondation à Cotonou; un phénomène récurrent (Photo de 2017)

Déroulement[modifier | modifier le code]

De nombreuses habitations isolées sont sauvées en pirogue[2]. Des zones réputées non inondables comme Kopto, Zangnanado au centre du pays sont inondées.

Bilans et impacts[modifier | modifier le code]

Plus de la moitié des communes sont touchées par les inondations causées par une pluviométrie 2 fois plus élevée que d'habitude en saison des pluies[5]. Les sinistrés sont quelques fois sous plus de 2 mètres d'eau[5].

680 000 personnes sont affectées[5] dont 200 000 ayants besoin d'abris[6],[7].

Le bilan de l'ONU est de 43 morts 358 621 personnes touchées au Bénin et 1,5 million de sinistrés dans la région (Nigeria, Guinée, Mali, Tchad et Togo)[6],[8]. Le HCR répertorie 680 000 victimes en début octobre. L'organisme met en place un pont aérien pour distribuer de l'aide et mettre 3000 tentes en place et des moustiquaires[2].

Les latrines inondées, contaminent les eaux de bain et de consommation et causent des épidémies. Plus de 800 cas de choléra sont répertoriés, dont 51 à Cotonou[5].

La pauvreté du pays dans une économie informelle renforce la problématique de l'accès aux soins. La difficulté à s'offrir les soins, payants, entraîne des comportements à risque avec l'automédicamentation pour soigner les diarrhées et fièvres.

Conséquences, réactions et évolutions[modifier | modifier le code]

Organismes internationaux[modifier | modifier le code]

L'OCHA[a] alloue des fonds pour fournir de l'eau, des vivres, des articles divers et assainir[2].

CARE distribue des pastilles de purification de l'eau, de savon, des moustiquaires imbibées pour 10 000 personnes[5] et fait appel à des fonds pour assister 100 000 personnes.

L'IDA finance des travaux de construction[10].

Conséquences sur l'insurrection islamiste[modifier | modifier le code]

Réactions publiques et évolutions[modifier | modifier le code]

Le gouvernement lance des projets d'infrastructures pour limiter l'impact des crues[11]. Un plan ORSEC existe depuis 1987, mais il n'a jamais été mis en route[12]. Cependant, il n'existe aucun plan de prévention spécifique aux inondations ou de plan de prévention plus globaux. Aucun gabion n'est construit pour mitiger l'impact des crues et améliorer la résilience, à l’image du village Port-à-Piment en Haïti. La disparition des mangroves, comme à Douala, augmentent les risques de sévérité des crues et de dommages liés aux inondations.

Historique des inondations[modifier | modifier le code]

Les crues de 1963, la pire inondation précédemment enregistrée, avait causé moins de dégâts[5].

Les inondations dues aux pluies de 2010 ont touché 55 communes sur les 77 répartis dans plusieurs communes du pays. Impactant les communes de Dogbo, Lalo et Lokossa au Sud Bénin.

En 2019, le Bénin connait de nouvelles inondations de grandes ampleurs[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. OCHA = Le système des Nations Unies au Bénin[9];

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Think Hazard - Bénin - Inondation urbaine », sur thinkhazard.org (consulté le )
  2. a b c d et e « 680 000 personnes touchées par les inondations au Bénin », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Niger: risque d'inondations au Bénin et au Nigeria », BBC News Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « CATastrophes NATurelles .net - Recherche », sur www.catnat.net (consulté le )
  5. a b c d e et f (en) « Les plus graves inondations depuis 1963 au Bénin loin de l'attention de la communauté internationale - Benin », sur ReliefWeb (consulté le )
  6. a et b « Bénin : les inondations continuent, l'aide parvient aux sinistrés », sur ONU Info, (consulté le )
  7. https://www.sifee.org/static/uploaded/Files/ressources/actes-des-colloques/lome/affiches/GODONOU_TEXTE.pdf
  8. « Inondations sans précédent au Bénin », sur RFI, (consulté le )
  9. « Inondations au Bénin: l'ONU se penche sur les besoins des populations sinistrées », sur UNDP (consulté le )
  10. « BÉNIN : l’IDA finance un projet de lutte contre les inondations à Cotonou », sur Afrik 21, (consulté le )
  11. « PAPC : En finir avec les inondations à Cotonou », sur www.afd.fr (consulté le )
  12. Capo Armelle, Urbanisation et risques naturels: Cas de la ville de Cotonou en République du Bénin. Contribution à la prévention et à la gestion des risques naturels en milieu urbanisé., Le Mans, Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche,Conservatoire National des Arts et métiers, Ecole Supérieure des Géomètres et Topographes, 1 Boulevard Pythagore – 72000 Le mans, , 58 p. (lire en ligne)
  13. Préparé par le Gouvernement avec l'assistance financière du PNUD, Inondations de 2019 au Benin rapport d'évaluation des besoins post-catastrophe, 133 p. (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Mahutin Bernice D. Ahouangan, Yvon-Carmen Hountondji, Aline Thiry, Florence De Longueville, Bakary Djaby et Pierre Ozer, Adaptation et résilience des populations rurales face aux catastrophes naturelles en Afrique subsaharienne. Cas des inondations de 2010 dans la commune de Zagnanado, Bénin (lire en ligne)
  • Martin Augustin Lokossou, Florence De Longueville et Pierre Ozer, « Vulnérabilité et adaptation des communes lacustres aux inondations à So-Ava dans la vallée de l'Oueme au Bénin », Disasters and resilience in the 21st Century,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  • Joselyne Lisbeth Godonou Chargée de programme/ Consultante indépendante Association Ouest Africaine pour l'Évaluation Environnementale, Évaluation des risques environnementaux des inondations de 2010 au Bénin : cas des communes de Lalo, Dogbo, Lokossa, Bénin, 12 p. (lire en ligne), p. 12
  • Capo Armelle, Urbanisation et risques naturels: Cas de la ville de Cotonou en République du Bénin. Contribution à la prévention et à la gestion des risques naturels en milieu urbanisé., Le Mans, Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche,Conservatoire National des Arts et métiers, Ecole Supérieure des Géomètres et Topographes, 1 Boulevard Pythagore – 72000 Le mans, , 58 p. (lire en ligne).

Rapport complet de l'ONU[modifier | modifier le code]

  • Banque Mondiale & Système des Nations Unies du Bénin (2011), Inondations au Bénin : Rapport d’évaluation des besoins post catastrophe, 82 p. (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]