Initiatives suisses contre la surpopulation étrangère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les initiatives suisses contre la surpopulation étrangère sont des initiatives populaires déposées par des citoyens suisses pour lutter contre la « surpopulation étrangère » durant les années 1970. Elles furent lancées notamment par James Schwarzenbach, figure de proue de l'Action nationale contre l'emprise étrangère du peuple et de la patrie (ou simplement Action nationale).

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1964 : Une commission d'experts formée par le Conseil fédéral pour étudier le problème des étrangers, rapporte que la Suisse se trouve dans l'état d'un danger de surpopulation étrangère. Suite aux chantiers des tunnels et des barrages dans les Alpes, la main d'œuvre italienne était très présente dans le secteur de la construction. Cette expertise était motivée par la peur de voir le marché du travail s'effondrer avec une hausse du chômage à cause des saisonniers.
  • 1965 : le parti bourgeois Demokratische Partei du canton de Zurich lance la première initiative contre la surpopulation étrangère. L'Assemblée fédérale la refuse massivement et elle est retirée en 1968. Le peuple ne se prononce pas sur cette question
  • 1967 : l'Action nationale demande à Schwarzenbach (qui était journaliste et éditeur libre, descendant d'une riche famille, mais inconnu du peuple) d'être candidat pour être conseiller national. Contre toute attente, il est élu en octobre 1967.
  • 1968 : Schwarzenbach et son parti lancent la 2e initiative qui demande d'abaisser la population étrangère dans chaque canton à 10 % de la population suisse, à l'exception du canton de Genève qui bénéficierait d'un traitement spécial. Cela signifiait le renvoi de la moitié des étrangers, soit 300 000 personnes. Les villes la refusèrent alors que les campagnes y furent favorables.
  • 7 juin 1970 : le peuple suisse refuse l'initiative par 54 % de non contre 46 % de oui. La participation bat tous les records avec un taux de 75 % qui ne s'était pas vu depuis 1947 avec l'introduction de l'assurance-vieillesse et survivants (AVS). Toutes les organisations politiques, économiques, syndicales avaient demandé le refus sauf seul l'Action nationale, qui soutenant l'initiative. L'argument principal du non était la peur d'une catastrophe économique par manque de main d'œuvre.
  • 1970 : après des dissensions dans le parti, Schwarzenbach démissionne de la présidence.
  • 1971 : Schwarzenbach fonde le Mouvement républicain suisse, qui obtient 7 des 200 sièges du Conseil national alors que l'Action nationale en obtient 4 lors des élections d'octobre.
  • 1974 : 2e initiative de Schwarzenbach, qui n'obtient que 33 % de oui.
  • 1981 : une initiative en faveur des étrangers (Être solidaires en faveur d'une nouvelle politique à l'égard des étrangers) est rejetée par 83,8 % de non.
  • 1978 : Schwarzenbach se retire de la vie politique.
  • 1984 : l'initiative contre la « vente de la patrie aux étrangers » est rejetée par 51,1 % du peuple.
  • 1986 : Valentin Oehen quitte l'Action nationale.

Détail des initiatives[modifier | modifier le code]

Titre Dépôt Votation Participation Oui Non Notes
Peuple Cantons Peuple Cantons
Contre la pénétration étrangère   Retirée
Contre l'emprise étrangère 74,7 % 46,0 % 6 2/2 54,0 % 13 4/2 Limite à 10 %
Contre l'emprise étrangère et le surpeuplement de la Suisse 75,0 % 34,2 % 0 65,8 % 19 6/2 Limite à 12 % par canton
Pour la protection de la Suisse 45,2 % 29,5 % 0 70,5 % 19 6/2 Limite à 12,5 %
Pour une limitation du nombre annuel des naturalisations 45,2 % 29,5 % 0 66,2 % 19 6/2  
Être solidaires en faveur d'une nouvelle politique à l'égard des étrangers 39,88 % 16,2 % 0 83,8 % 20 6/2 Favorable aux étrangers
Pour la limitation de l'immigration 52,84 % 32,7 % 0 67,3 % 20 6/2  

Liens externes[modifier | modifier le code]