Ingibjörg Sólrún Gísladóttir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ingibjörg Sólrún Gísladóttir
Illustration.
Ingibjörg Sólrún Gísladóttir
Fonctions
Directrice du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'Homme
En fonction depuis le
Prédécesseur Michael Georg Link
Ministre islandaise des Affaires étrangères
Prédécesseur Valgerður Sverrisdóttir
Successeur Össur Skarphéðinsson
Maire de Reykjavik
Biographie
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Reykjavik (Islande)
Nationalité Islandaise

Ingibjörg Sólrún Gísladóttir (transcrit en Ingibjörg Solrun Gisladottir[1]), née le à Reykjavik, est une femme politique islandaise. Elle est maire de Reykjavik de 1994 à 2003, dirigeante du parti l'Alliance de 2005 à 2009 et ministre des Affaires étrangères du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Diplômée en histoire et littérature de l'université d'Islande en 1979, elle se rend au Danemark comme étudiante invitée à l'université de Copenhague. Elle parle anglais, danois et français.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Engagée en politique au sein du parti Liste des femmes (Samtök um kvennalista) à partir de 1982, elle est conseillère municipale de Reykjavik de 1982 à 1988 et député à l'Althing de 1991 à 1994.

En 1994, elle est élue maire de la capitale, à la tête d'une liste de quatre partis, et demeure en fonction jusqu'en 2003.

En 2005, elle est élue dirigeante du parti social-démocrate Alliance. Après les élections législatives de mai 2007, l'Alliance s'associe avec le Parti de l'indépendance pour former un nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre Geir Haarde. Ingibjörg Gísladóttir est nommée ministre des Affaires étrangères. À la suite de la « révolution des casseroles », le gouvernement démissionne en janvier 2009. Peu après, elle quitte la direction de son parti où elle est remplacée par Jóhanna Sigurðardóttir, qui devient Première ministre.

Depuis le , elle est directrice du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'Homme qui dépend de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]