Infarctus cérébral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir AIC.
Infarctus cérébral
Description de cette image, également commentée ci-après
Scanner cérébral montrant un infarctus cérébral de l'hémisphère droit (partie sombre à gauche de l'image)
Spécialité NeurologieVoir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 I63
CIM-9 433 à 435
OMIM 601367
DiseasesDB 2247
MedlinePlus 000726
eMedicine neuro/9  emerg/558emerg/557pmr/187
MeSH D020521
Médicament Dantrolène, altéplase, atorvastatine, rivaroxaban, cilostazol et clopidogrelVoir et modifier les données sur Wikidata

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

L’infarctus cérébral, appelé aussi accident ischémique cérébral ou AIC, est un type d'accident vasculaire cérébral. C'est un déficit neurologique soudain d'origine vasculaire causé par un infarctus au niveau du cerveau.

L'origine de l'infarctus (c'est-à-dire le mécanisme qui a conduit à l'obstruction du vaisseau sanguin) est dû dans la plupart des cas à une des raisons suivantes[1] :

  • Thrombose (caillot de sang) apparaissant directement dans un vaisseau en amont du cerveau.
  • Embolie dans une petite artère. Il s'agit de matériel venant d'ailleurs et obstruant la petite artère, par exemple les morceaux de sang coagulé qui se sont détachés d'une artère en amont.
  • Sténose dans une artère. Il s'agit d'une artère qui à un endroit s'est rétrécie par un phénomène mécanique (ex: compression, écrasement) ou par un changement de l'état de ses parois (épaississement, rigidification, contraction, dilatation, etc.).
  • Les termes ne doivent pas être confondus: une sténose athéromateuse d'une artère est un rétrécissement (sténose) due à la présence de changements produits par une plaque d'athérosclérose (athéromateux). Il existe des sténoses par compression extrinsèque (par exemple tumeur qui comprime le vaisseau) et des plaques d'athérome non sténosantes (au début de la maladie).

Types[modifier | modifier le code]

Selon la durée des symptômes, on définit[2] :

  • l'accident ischémique transitoire (AIT) : les AVC ischémiques totalement régressifs en moins de 24 heures,
  • l'accident ischémique rapidement régressif : les AVC ischémiques dont les signes disparaissent en moins de 5 jours,
  • l'accident ischémique constitué (AIC) si les signes persistent au-delà de 5 jours.

Étiologie[modifier | modifier le code]

L'infarctus cérébral est causé par une diminution voire un arrêt brutal du débit sanguin dans les branches du réseau vasculaire alimenté par un vaisseau (en général une artère) subissant un blocage partiel ou total (par thrombose, embolie, sténose, ou autre cause pas toujours identifiable).

Ainsi, les cellules nerveuses alimentées par ces branches sont privées soudainement d'oxygène et de sucres, ce qui provoque en quelques minutes leur détérioration ou leur mort.

Facteurs de risque[modifier | modifier le code]

Selon différentes sources[3] :

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Traitement[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir la classification CIM-10
  2. Neurologie : Manuel et atlas, G. David Perkin, 2002, (ISBN 2-7445-0044-5)
  3. Maladies des vaisseaux, Éditions Doin, 1998, Joseph Emmerich, (ISBN 2-7040-0863-9)
  4. Dictionnaire médical de l'infirmière : L'encyclopédie pratique de référence, Elsevier Masson, 2009, Jacques Quevauvilliers, Gabriel Perlemuter, Léon Perlemuter, (ISBN 978-2-294-70276-1)

Sur les autres projets Wikimedia :