Inez Fung

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fung.

Inez Fung (chinois simplifié : 馮又嫦), née le 11 avril 1949[1] est une climatologue et professeure de sciences atmosphériques d'origine hongkongaise. Elle travaille au département des sciences de la Terre et des planètes et au département des Sciences de l'Environnement, de la Politique et de la Gestion à l'université de Californie à Berkeley. Elle est également co-directrice de l'Institut de l'Environnement dans cette même université.

Elle est membre de l'Académie Nationale des Sciences, de l'Union Américaine de Géophysique et de l'American Meteorological Society.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Inez Fung est née et a grandi à Hong Kong, elle est diplômée de King's College, à Hong Kong, en 1967[2]. Après avoir obtenu son diplôme, elle part aux États-Unis et s'inscrit au Utica College dans l'État de New York[3]. Fung entre ensuite à l’Institut de Technologie du Massachusetts, et obtient son Baccalauréat ès Sciences en mathématiques appliquées, en 1971.

En 1977, elle soutient sa thèse de doctorat sous la direction de Jule Gregory Charney sur « l'organisation des bandes de précipitations spiralées dans un ouragan », pour lequel elle remporte Le Prix C. G. Rossby pour la meilleure thèse de l'année[3],[4]. Elle devient alors la deuxième femme à obtenir  un doctorat en météorologie au MIT[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1997, elle  rejoint l'Académie Nationale des Sciences où elle  travaille comme associée de recherche jusqu'en 1979, avant de rejoindre le Lamont-Doherty Earth Observatory à l'université de Columbia, un poste qu'elle occupe  jusqu'en 1986, où elle est promue au poste d'adjointe associée de la recherche scientifique à l'Observatoire[3],[5].

En 1986, elle est engagée comme chercheuse en physique de la au Goddard Institute for Space Studies de la NASA. Cette même année, elle  est nommée membre du comité de recherche sur le climat par le Conseil National de la Recherche et l'académie nationale des sciences jusqu'en 1989[6].

Elle est rédactrice en chef adjointe du Journal of Climate de 1988 à 1989, et rédactrice en chef du journal de 1996 à 1998[7]. Au printemps 1988, Fung est nommée professeure associée à l'Institut d'Études Environnementales à l'université de Washington. De 1989 à 1993, elle est Professeure Adjointe au département de mathématiques appliquées à l'université Columbia. En 1993, Fung est promue scientifique principale adjointe du Lamont-Doherty Earth Observatory de la Columbia et rejoint l'université de Victoria au Canada en tant que professeure à l'École des sciences de la Terre et de la mer. En 1998, Elle quitte l'université de Victoria et le centre Goddard de la NASA pour rejoindre l'université de Californie à Berkeley[3].

Depuis lors, elle a effectué de nombreux travaux sur la modélisation du climat, les cycles biogéochimiques et le changement climatique[8]. Elle est l'une des contributrices du 3e et 4e rapport d’évaluation du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (en 2001 et 2007).

En 2006, elle se joint à 17 autres scientifiques du climat pour déposer un mémoire d'amicus curiae lors de l'arrêt Massachusetts v. Environmental Protection Agency. Elle appuie l'Agence américaine de protection de l’environnement, devant la Cour suprême des États-Unis, à propos de la nécessité de réguler les émissions de dioxyde de carbone[9].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Fung vit à Berkeley, en Californie et est mariée à un océanographe Jim Bishop, professeur à l'université de Californie-Berkeley.

Distinctions et honneurs[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lisa Zandi, « Female Climate Scientists » [PDF], (consulté le 29 novembre 2017).
  2. (en) « Classe photos 1954-1774 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Hong Kong, King's College (consulté le 29 novembre 2017).
  3. a b c d e et f (en) « United College Distinguished Visiting Scholar Committee » [PDF], Hong Kong, Université chinoise de Hong Kong, (consulté le 29 novembre 2017), p. 48.
  4. Paul Preuss, « Catching Up With Climate », Lawrence Berkeley National Laboratory, sur lbl.gov, (consulté le 29 novembre 2017).
  5. Lawrence Berkeley National Laboratory, « Inez Y. Fung University of California,Berkeley », sur esd.lbl.gov (consulté le 29 novembre 2017).
  6. « Inez Y. Fung University of California,Berkeley » [PDF], sur sinica.edu (consulté le 29 novembre 2017).
  7. (en) David Randal, « Editorial Journal of Climate » [archive du ], sur highbeam.com, (consulté le 29 novembre 2017).
  8. (en) « Inez Fung - Faculty Professor of Atmospheric Science; Co-Director, Berkeley Institute of the Environment », sur eps.berkeley.edu (consulté le 29 novembre 2017).
  9. (en) Cour suprême des États-Unis, « Scientists' amicus brief » [PDF] (consulté le 29 novembre 2017).
  10. (en) « Inez Fung Biography Climate Scientist », National Science Board (consulté le 27 février 2013).
  11. (en) « Berkeley scientists will be among "Scientific American 50" », University de Californie, (consulté le 29 novembre 2017).
  12. (en) Kathryn Stelljes, « Inez Fung Receives Prestigious Revelle Medal », nature.berkeley.edu, (consulté le 29 novembre 2017).
  13. (en) « Journalists/Scientists Science Communications and the News Media Workshop Inez Fung Sc.D », sur environmentwriter.org (consulté le 29 novembre 2017).
  14. (en) « Inez Fung Professor », sur ourenvironment.berkeley.edu (consulté le 29 novembre 2017).
  15. « Inez Fung, Sc.D. Professor of Atmospheric Science at UC Berkeley », sur californiasciencecenter.org (consulté le 29 novembre 2017).
  16. (en) « Beauty and Brains–Women in the Sciences », sur umwblogs.org, (consulté le 29 novembre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]