Inès Horchani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ines Orchani)
Inès Horchani
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait de l'auteure Ines Orchani
Nom de naissance Horchani
Naissance
Tunis
Activité principale
Maître de conférences, écrivaine, traductrice, féministe
Auteur
Langue d’écriture Français - Arabe
Genres

Œuvres principales

Gazelle Théorie, Autour du Lycée, Lâm poésie trilingue, Sin poésie trilingue

Inès Horchani[1] (ou Orchani) est maître de conférences en littérature générale et comparée à l'université Sorbonne-Nouvelle depuis 2006, écrivaine, traductrice née en 1976 à Tunis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une scolarité primaire et secondaire en Tunisie, elle part en France à ses 18 ans où elle intègre les CPGE, option philosophie, du lycée Lakanal de Sceaux (1994-1996). En 2005, elle soutient une thèse de doctorat en Critical Studies intitulée La critique des traditions arabo-musulmane et gréco-occidentale par Adonis et Yves Bonnefoy (Sorbonne) sous la direction de Pierre Brunel[2].

Elle traduit les œuvres des féministes arabes May Ziadé et Nawal El Saadawi.

Elle est auteure de travaux sur des figures communes à la Bible et au Coran (Noé), sur le soufisme (Ibn Arabî)[3] et sur la réception du Coran dans la littérature.

Elle est également spécialiste de l’œuvre d'Arthur Rimbaud et collabore au Dictionnaire Rimbaud[4], paru aux éditions Classiques Garnier en 2021.

En 2011, Inès Orchani milite pour les droits des femmes (Association tunisienne des femmes démocrates) et les droits des minorités en Tunisie (association Amazighedroits LGBT).

En 2012, elle participe à l’Appel des femmes arabes pour la dignité et l’égalité lancé dans Le Monde, le [5].

En 2014, elle signe la tribune « Non au sexisme et au racisme », tribune publiée dans Libération le [6]. Elle signe, la même année, la Tribune du Monde du , «Halte aux détentions arbitraires en Syrie»[7].

Elle est également responsable des cours d’agrégation de lettres modernes sur Albert Camus et sur Mahmoud Darwich à la Sorbonne-Nouvelle.

En 2015, elle publie Intersectionnalité et féminismes arabes avec Kimberlé Crenshaw dans la revue The Postcolonialist[8].

En 2019, Inès Orchani initie le projet Ô Féminin Pluriel à la Médiathèque Louis Pergaud d'Arcueil (traduction et diffusion de textes de féministes de langue arabe) sous le pseudonyme de NES[9].

Elle propose la création d'une nouvelle discipline, l'ipsologie[10], entendue comme création de soi. Elle initie également le mouvement Feminosophy[11], invitant à la redécouverte des femmes philosophes.

En 2020, elle crée la bibliothèque numérique trilingue arabe-français-anglais "Monde Traduction World Translation".

Inès Orchani, dans un entretien accordé à la revue El Espectador le , décrit la littérature comme "média permettant la compréhension de l'autre"[12].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Premier écrit[modifier | modifier le code]

En 1994, sa nouvelle L’homme de lointaine tendresse et de silence[13], écrite en 1993, obtient le Prix spécial du jury du jeune écrivain francophone, et est publiée dans Course contre la montre, et 12 autres nouvelles[14].

Gazelle Théorie[modifier | modifier le code]

Le , elle publie un essai féministe faisant écho à King Kong Théorie de Virginie Despentes : Gazelle Théorie chez Fayard, dans la collection Pauvert.

Dorothée Werner, dans son article "La double culture en héritage"[15] décrit le livre d'Ines Orchani comme "un manifeste féministe vibrant, écrit à la première personne, quelque part entre l'essai combatif et le récit de soi décalé, la politique et la poésie." (Elle, ]).

Selon Laure Adler, dont Inès Orchani est l'invitée, sur France Inter le [16], Gazelle Théorie "est aussi un poème" qui invite la femme à "regarder le monde sans forcément être la proie des hommes qui la regardent". Dans la même émission, Ines Orchani déclare "Je suis pour une neutralisation du rapport de force. J'ai très peur des révolutions qui tournent un peu en rond. J'ai très peur des renversements qui ne sont pas des dépassements."

Dans son article Devenir ghzâl"[17] pour la revue En attendant Nadeau, du , Eugénie Bourlet écrit: « Ines Orchani enjambe sans ménagement les limites tracées entre les sexes, mais aussi entre les sociétés, les mœurs, les religions, les langues. Comme pour le genre, le choix borné à l’une ou l’autre culture ne l’intéresse pas. » Cette aspiration au dépassement est confirmée par Julie Gonnet dans son article «Gazelle Théorie»: un manifeste féministe pour « libérer la parole en arabe », dans Jeune Afrique du . Ainsi, en préambule de l'interview consacrée à l'auteure, la journaliste qualifie Gazelle Théorie de "manifeste pour une société non-genrée, émancipée des rapports de force"[18]. Dans cet entretien, Ines Orchani éclaire les contours de son féminisme à travers la question de la filiation littéraire à laquelle elle préfère "l’idée d’auteurs qui seraient comme des îles qui communiqueraient entre elles". L'auteure s'inscrirait donc dans un "archipel" où son féminisme communiquerait avec Virginie Despentes, Pierre Bourdieu, Mariama Bâ, ou encore Cheikh Hamidou Kane, May Ziadé et Nawal Saadawi.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres critiques[modifier | modifier le code]

Écrits sur la poésie[modifier | modifier le code]

  • Les orients d'Arthur Rimbaud in Parade Sauvage, 2006
  • Mahmoud Darwich, une poétique de l'écho in Cahier Textuel, 2017 lire en ligne
  • Vénus Khoury-Ghata traductrice d'Adonis[19] in Fabula, 2018
  • La fonction critique de la poésie arabe in Revue de Littérature Générale et Comparée, 2019 lire en ligne

Écrits sur la francophonie et les littératures du monde[modifier | modifier le code]

  • "La confrontation des langues" in L'étrangeté des langues, 2011 lire en ligne
  • "Deux trajectoires dans la littérature-monde : Amin Maalouf et Wajdi Mouawad" in Trajectoires et dérives dans la littérature-monde, 2013 lire en ligne
  • "La Révolution mise en scène" aux Presses Universitaires de Rennes, 2014 lire en ligne
  • "Métissage et marginalité" in Etrangeté de l'autre, singularité du moi, 2015 lire en ligne
  • "La traduction des littératures orales comme copie originale in TRANS, 2017 lire en ligne

Écrits sur les littératures sacrées[modifier | modifier le code]

  • "Noé dans la tradition écrite de langue arabe" in GRIC, 2015 lire en ligne
  • "Trois passants considérables devant la source coranique: Hugo, Rimbaud, Gide" in Romanische studien, 2017 lire en ligne
  • "Petite méditation d’ontologie divine" in GRIC, 2017 lire en ligne

Articles de Gender Studies[modifier | modifier le code]

  • "Maternité et créativité" in Dalhousie French Studies, 2014 lire en ligne
  • "Intersectionnalité et féminismes arabes, avec Kimberlé Crenshaw" in The Postcolonialist, 2015lire en ligne
  • "La fiction du genre chez Beauvoir et Saadâwî" in Corps de femmes et espaces genrés arabo-musulmans, Karthala, 2017 lire en ligne
  • "Les orients de Judith Gautier" in Judith Gautier, PUR, 2020 lire en ligne

Articles de Critical Studies et de philosophie critique[modifier | modifier le code]

  • Modernité philosophique et modernité poétique in Rimbaud Vivant, 2005 lire en ligne
  • La mixité formelle arabe : exemples et enjeux in Atlantide, 2014 lire en ligne
  • D'Alger à Damas, des auteurs en mal d'archives ? in Amnis, 2014 lire en ligne
  • Aporie et créativité dans le "nouvel humanisme francophone in Fabula, 2016
  • Repenser l'égalité avec May Ziadé in Tradmonde, 2020 lire en ligne
  • Te souviens-tu de Sarah Kofman ? in Tradmonde, 2020 lire en ligne

Œuvres en traduction[modifier | modifier le code]

Traductions en arabe[modifier | modifier le code]

  • 2018 : Patti Smith in Tradmonde, 2020[20]

Collaborations[modifier | modifier le code]

Collaboration à des dictionnaires[modifier | modifier le code]

Collaboration à des revues[modifier | modifier le code]

Nouvelle, poésie et roman[modifier | modifier le code]

  • (fr) 1993 Nouvelle « L’homme de silence et de lointaine tendresse » : Prix Spécial du jury du 17e concours du jeune écrivain de moins de 20 ans (publié dans le recueil collectif Course contre la montre et douze autres nouvelles), NEA-EDICEFF Jeunesse, 1994 lire en ligne
  • (fr),(ar),(en) Poésie trilingue : Lâm, LCM Editions, 2019  (ISBN 9782490780051)
  • (fr),(en) Autour du Lycée, LCM Editions, 2020  (ISBN 9782490780198)
  • (fr) Gazelle Théorie, Fayard, 2021 (ISBN 9782720215698)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Inès Horchani », sur LGC-MA (consulté le )
  2. http://www.theses.fr/2005PA040110
  3. https://gric-international.org/2017/dossiers/noe-dossiers/noe-et-ibn-arabi-par-ines-horchani-gric-tunis/
  4. https://classiques-garnier.com/dictionnaire-rimbaud.html
  5. « L'appel des femmes arabes pour la dignité et l'égalité », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Non au sexisme et au racisme : oui aux politiques de lutte contre les inégalités (Revue de presse) - Apses », sur www.apses.org (consulté le )
  7. syrie, « Halte aux détentions arbitraires en Syrie ! », sur Un oeil sur la Syrie, (consulté le )
  8. « Intersectionnalité et féminismes arabes avec Kimberlé Crenshaw - The Postcolonialist », sur postcolonialist.com (consulté le )
  9. « Femmes du Monde - Lecture : Ô Féminin Pluriel - Samedi 16 mars à 18h » (consulté le )
  10. https://tradmonde.hypotheses.org/211
  11. https://tradmonde.hypotheses.org/134
  12. (es) María Paula Lizarazo Cañón, « Inés Horchani: “La literatura es la mediación que permite la comprensión del otro” », El Espectador,‎ (lire en ligne)
  13. https://tradmonde.hypotheses.org/652
  14. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35743101f
  15. https://www.elle.fr/Loisirs/Livres/News/La-double-culture-en-heritage-quatre-auteures-temoignent-3944240
  16. https://www.franceinter.fr/emissions/l-heure-bleue/l-heure-bleue-du-lundi-13-septembre-2021
  17. https://www.en-attendant-nadeau.fr/2021/09/15/devenir-ghzal-orchani/
  18. Julie Gonnet, « « Gazelle Théorie » : un manifeste féministe pour « libérer la parole en arabe » », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  19. lire en ligne
  20. lire en ligne
  21. Ines Horchani, « Abandonnés à une même solitude », Vacarme,‎ (lire en ligne)