Industrie nucléaire en Roumanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Roumanie dispose d'une capacité de puissance nucléaire de 1 400 MW via 2 réacteurs, constituant environ 18 % de la capacité  nationale de génération de puissance du pays. Cela classe la Roumanie au 23e rang des principaux utilisateurs de l'énergie nucléaire dans le monde.

Industrie nucléaire en Roumanie est dans la page Roumanie.
Saligny
Sites nucléaires en Roumanie

La centrale nucléaire de Cernavodă[modifier | modifier le code]

Vers la fin dans les années 1970, le Gouvernement roumain a décidé de construire une centrale de cinq unités à Cernavodă. La Roumanie a décidé d'utiliser la technologie Canadienne (réacteur CANDU de la technologie de l'EACL) et de construire des réacteurs à eau lourde, à l'aide de l'eau lourde produite à Drobeta-Turnu Severin comme modérateur de neutrons et de l'eau du Danube pour le refroidissement. La centrale nucléaire a deux réacteurs pleinement opérationnels et une autre unité de trois réacteurs qui est partiellement terminée.

L'unité 1 a été terminée en 1996 et produit 705,6 MW[1] d'électricité. L'unité 2 a été terminée en 2007[2] et produit de 706 MW d'électricité. L'unité 3 et de l'unité 4 devraient être opérationnelles courant de l'année 2015 et le total de l'électricité de la production des unités sera près de 1 500 MW. Le coût total des unités est estimé à environ 6 milliards de dollars. Le 7 mars 2008, Nuclearelectrica, ArcelorMittal, CEZ, Electrabel, Enel, Iberdrola et RWE ont convenu de créer une société dédiée à la réalisation, la mise en service et fonctionnement des unités 3 et 4. La société devait être constituée en mai 2008[3].

Lorsque tous les quatre réacteurs seront entièrement fonctionnels, la centrale nucléaire de Cernavodă produira environ 40 % de besoins totaux d'électricité en Roumanie. En 2002 et en 2006, la Roumanie a fait des efforts pour finaliser respectivement l'unité 3 et 4. L'estimation du coût de l'achèvement de deux réacteurs est estimée à  2,5 milliards d'euros, via l'investissement de sept entreprises dans le projet dont notamment la Société nationale nucléaire électrique de Roumanie. Les six autres sociétés comprennent ArcelorMittal, CEZ, Electrabel, ENEL, Iberdrola, et RWE. Avec l'investissement de toutes ces entreprises, l'unité 3 devait être terminée en 2014 et l'unité 4 en 2015. En mars 2008, le gouvernement roumain a suggéré qu'il pourrait construire une autre centrale électrique de quatre unités d'ici à 2020[réf. nécessaire]. La société qui exploite et maintient la centrale est Nuclearelectrica.

Le 20 janvier 2011, GDF Suez, Iberdrola, et RWE se sont retirés du projet, ČEZ s'étant déjà retiré en 2010, pour qui « les incertitudes économiques et liés au marché entourant ce projet, suite notamment pour une grande partie à la présente crise financière, ne permettent pas actuellement d'atteindre les conditions financières pour la réalisation d'un nouveau projet de centrale nucléaire »[4] .

Déchets nucléaires[modifier | modifier le code]

À l'heure actuelle, les déchets nucléaires sont conservés au niveau des réacteurs pendant 10 ans. Puis, les déchets sont acheminés dans des lieux de stockage secs, qui sont constitués sur la base de système Macstor conçus par AECL. L'Agence nucléaire pour les déchets radioactifs (ANDR) a réalisé des études en vue d'un enfouissement des déchets radioactifs dans le village de Saligny, mais les habitants l’implantation d'un nouveau centre de stockage des déchets radioactifs suscite l’inquiétude des habitants, et le projet est confronté à une opposition dans le village[5].

Projets d'autres centrales nucléaires[modifier | modifier le code]

Des projets d'une deuxième centrale nucléaire sont à l'étude en Transylvanie qui devrait être constituée soit de 2 réacteurs de 1 200 MW ou de 4 réacteurs de 600 MW pour un total de 2 400 MW de production électrique[6] et devrait être construite après 2020[7]. À l'heure actuelle, divers lieux sont à l'étude pour accueillir la centrale dont notamment un situé sur la rivière Someș[8]. L'entreprise française Areva a été mentionné comme potentiel constructeur[9].

Un rapport de mars 2008 de la Nuclearelectrica énonce que 4 unités supplémentaires sont proposées à partir de 2020 sur un nouveau site. Au début 2009, une sélection de lieux était toujours en réflexion. En mai, il a été annoncé que la ville de Târnăveni dans le district de Târgu Mureș en Transylvanie, et sur la rivière Mureș dans le centre de la Roumanie était préconisé, et un site proche du district de Sibiu sur la rivière Olt en second choix. Trois autres sites sur la rivière Someș en Transylvanie ont également été proposés, pour une capacité de 2 400 MW et dont la construction démarrerait après 2020. Areva a été approché pour contribuer à la planification, avec un objectif d'une deuxième centrale prévue pour 2030[10].

Production d'énergie[modifier | modifier le code]

Production d'énergie nucléaire en Roumanie (TWh)[11]
Année Nucléaire Consommation totale %
1996 0,91 58,06 1,57 %
1997 5,13 54,65 9,39 %
1998 4,9 51,14 9,58 %
1999 4,81 48,51 9,92 %
2000 5,22 49,65 10,51 %
2001 5,04 51,3 9,82 %
2002 5,11 52,18 9,79 %
2003 4,54 52,42 8,66 %
2004 5,27 53,99 9,76 %
2005 5,28 56,91 9,28 %
2006[12] 5,63 62,69 8,98 %
2007 ? ? ?
2008 ? ? ?
2009 ? ? 18 %

Références[modifier | modifier le code]

  1. « http://www.aecl.ca/NewsRoom/News/Press-2007/071005.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  2. « http://www.world-nuclear-news.org/industry/080507-Cernavoda_2_achieves_initial_criticality.shtml »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  3. (en) « Draft agreement finalized for Romanian reactors », World Nuclear News,‎ (lire en ligne).
  4. (en) « GDF SUEZ, RWE and Iberdrola have decided not to continue to participate in the Cernavoda nuclear project in Romania », sur www.rwe.com, (consulté le 26 mars 2017)
  5. Mirel Bran, « Roumanie : Le stockage des déchets, un sujet radioactif », VoxEurop.eu,‎ (lire en ligne).
  6. « http://www.adevarul.ro/articole/start-pentru-a-doua-centrala-nucleara/352927 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  7. (ro) « Romania va construi inca o centrala nucleara. Dar de unde vom lua uraniu? », HotNewsRo,‎ (lire en ligne).
  8. (ro) « Franţa ar dori să construiască a doua centrală nucleară din România – oficial francez », adevarul.ro,‎ (lire en ligne).
  9. (ro) « Videanu pictează în culorile Franţei a doua centrală nucleară din România », adevarul.ro,‎ (lire en ligne).
  10. (en) « Nuclear Power in Romania », sur www.world-nuclear.org (consulté le 26 mars 2017).
  11. « http://www.eia.doe.gov/iea/ »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  12. Electric energy production by type of energy plant « Copie archivée » (version du 20 septembre 2007 sur l'Internet Archive), National Institute of Statistics

Liens externes[modifier | modifier le code]