Induction structurelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'induction structurelle ou récurrence structurelle est une méthode de définition d'une fonction ou d'une propriété sur une structure, c'est-à-dire sur des objets (mathématiques ou informatiques) structurées comme les listes, les arbres ou les arbres binaires, mais qui, plus généralement, s'utilise sur toute structure mathématique ayant une définition récursive. En permettant par le même principe de définir un prédicat total i.e. qui est défini partout, l'induction structurelle est aussi une méthode de démonstration d'une propriété sur une structure.

L'induction structurelle est à la fois une généralisation de la récurrence traditionnelle et un cas particulier de la récurrence bien fondée.

Exemples[modifier | modifier le code]

Les fonctions définies par récurrence structurelle généralisent les fonctions définies par récurrence sur les entiers.

Les listes[modifier | modifier le code]

Les listes sont définies comme étant

  • soit la liste vide [ ],
  • soit la liste obtenue par la mise en tête d'une liste d'un élément a, ce qui donne a : .

La fonction length qui définit la longueur d'une liste se définit par induction structurelle :

  • length ([ ]) = 0
  • length (a : ) = 1 + length ().

La fonction concat qui concatène deux listes et

  • concat ([ ], ) =
  • concat (a : , ) = a : (concat(, )

On peut démontrer par induction structurelle la proposition suivante :

length(concat()) = length + length().

Première étape

length(concat([ ], )) = length() = 0 + length() = length([ ]) + length()

Deuxième étape La démonstration utilise l'hypothèse d'induction structurelle

length(concat(a : , )) = length(a : concat(, )) = 1 + length(concat(, ))
= (par hypothèse d'induction structurelle) 1+ length() + length() = length(a:) + length()

Les arbres binaires[modifier | modifier le code]

Considérons les arbres binaires définis ainsi :

  • pour l'arbre vide,
  • B B pour un arbre non vide ayant pour sous-arbre gauche B et pour sous-arbre droit B.

On peut définir la fonction taille (le nombre de nœuds internes de l'arbre binaire) :

  • taille() = 0
  • taille(B B) = taille(B) + taille(B) + 1

Principes[modifier | modifier le code]

Considérons une structure définie par des constructeurs d'arité . Les constructeurs d'arité 0 sont des constantes.

Définition par induction structurelle[modifier | modifier le code]

La définition par induction structurelle d'une fonction s'écrit pour chaque constructeur

est une expression qui dépend de i'. On remarque que si est une constante, la définition est celle d'un cas de base:

Raisonnement par induction structurelle[modifier | modifier le code]

Le schéma de démonstration qu'une propriété P est valide sur toute une structure se présente sous la forme d'une règle d'inférence pour chaque constructeur

Il faut donc faire une démonstration d'« hérédité » pour chaque constructeur.

Le cas des entiers naturels[modifier | modifier le code]

Le cas des entiers naturels est celui où il y a deux constructeurs: 0 d'arité 0 (donc une constante) et succ (autrement dit +1) d'arité 1. La récurrence traditionnelle se réduit donc à une récurrence structurelle sur ces deux constructeurs.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]