Aller au contenu

Indiana Jones et le Cadran de la destinée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Indiana Jones et le Cadran de la destinée
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film.
Titre original Indiana Jones and the Dial of Destiny
Réalisation James Mangold
Scénario Jez Butterworth
John-Henry Butterworth
David Koepp
James Mangold
Musique John Williams
Acteurs principaux
Sociétés de production Lucasfilm Ltd.
Walt Disney Pictures[N 1]
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Action
Aventures
Durée 154 minutes
Sortie 2023

Série Indiana Jones

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution.

Indiana Jones et le Cadran de la destinée (Indiana Jones and the Dial of Destiny) est un film d'aventures américain réalisé par James Mangold et sorti en 2023. Il s'agit du cinquième et ultime volet de la saga cinématographique Indiana Jones.

Le film est présenté en avant-première hors compétition au festival de Cannes 2023.

En 1969, alors qu'il est en plein divorce, le professeur Indiana Jones s'apprête à prendre sa retraite, après plus de dix ans à enseigner au Hunter College de New York. Sa filleule Helena Shaw lui rend une visite surprise : elle cherche le légendaire cadran d'Archimède, une machine qui permettrait de localiser des fissures temporelles. Le père d'Helena, qui possédait une moitié de cet objet, l'a confié il y a des années à Indiana Jones. Quand ce dernier comprend qu'Helena ne cherche qu'à vendre l'objet, il se lance dans une dernière aventure à sa poursuite, suivi de près par les sbires d'un scientifique allemand de la NASA[1],[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1944, dans la France alors contrôlée par le régime nazi, Indiana Jones et son ami archéologue Basil Shaw cherchent à récupérer la lance de Longinus, le légionnaire qui a blessé Jésus pendant sa crucifixion. Capturé par les nazis, Indiana Jones parvient à s'échapper et embarque à bord d'un train chargé d'objets d'arts pillés ou spoliés qui doit rejoindre Berlin. Indiana espère y retrouver la lance. Il la découvre, mais comprend qu'il s'agit d'un faux. En se frayant un chemin dans le train, Indiana Jones se retrouve face à un scientifique nazi, Jürgen Voller, qui s'intéresse à la machine d'Anticythère et a réussi à acquérir l'unique moitié du mécanisme qui ait été retrouvée. Indiana Jones retrouve Basil Shaw qui avait lui aussi été capturé. Tous deux parviennent à s'échapper en emportant la machine et à faire dérailler le train, avant d'être rejoints par les forces alliées.

À l'été 1969, en pleine guerre froide, Indiana Jones est devenu un vieil homme endeuillé et en instance de divorce. Il ne prend pas part à la joie générale après le succès de la mission Apollo 11 qui a vu les premiers pas d'un humain sur la Lune, et se prépare à prendre sa retraite.

Il reçoit alors la visite d'Helena Shaw, la fille de Basil, dont Indiana Jones est le parrain. La jeune femme se passionne pour la machine d'Anticythère. Indiana Jones s'en inquiète car Basil, vers la fin de sa vie, était lui aussi obsédé par la machine, persuadé qu'elle avait la capacité de prévoir de « grandes perturbations » dans l'Histoire. Voyant Basil sombrer dans la folie, Indiana Jones lui avait pris les restes du mécanisme, contre la promesse de les détruire.

Lorsque Helena se montre décidée à partir en quête de la machine en explorant l'endroit où Indiana Jones et Basil s'étaient échappés du train nazi, Indiana Jones l'emmène à la bibliothèque du Hunter College et lui montre la machine, qu'il n'a pas détruite. Mais tous deux sont interrompus par l'arrivée d'un groupe d'intrus qui semblent poursuivre Helena. Parmi eux, des agents de la CIA mais aussi des mercenaires indépendants aux méthodes violentes. Les intrus poursuivent Helena puis Indiana Jones, mais les deux parviennent à leur échapper après une course-poursuite en pleine parade de célébration de la mission Apollo 11 (le 13 août 1969). Helena s'enfuit avec la machine tandis qu'Indiana Jones a fort à faire pour échapper à ses poursuivants.

Les agents en question sont au service d'un certain Schmidt, fameux ingénieur qui a réalisé les calculs nécessaires à l'accomplissement de la mission Apollo 11. Lui et ses acolytes s'envolent alors pour le Maroc, où Helena Shaw se trouve déjà. Avec l'aide de Sallah, Indiana prend également l'avion vers le Maroc.

Fragment principal de la machine d'Anticythère.

Grâce à un ancien contact, Indiana Jones retrouve Helena Shaw à Tanger, dans un hôtel possédé par un fameux gangster, « Big » Rahim. Helena s'apprête à vendre la machine d'Anticythère au plus offrant. Indiana Jones tente de stopper la vente, mais ils sont rattrapés par Voller et ses hommes, qui s'emparent de la machine et prennent la route de l'aéroport. Indiana Jones et Helena Shaw se lancent à leurs trousses sur un tuk-tuk, accompagnés par un jeune garçon de Tanger appelé Teddy qu'Helena a pris sous son aile, mais ils sont eux-mêmes poursuivis par le fils de Rahim, qui s'avère être l'ex-mari d'Helena. Après de multiples péripéties, Indiana Jones et Helena parviennent à récupérer la machine tandis que Voller réussit à s'échapper. Après la fusillade au Hunter College et les violences perpétrées pendant la poursuite, les agents de la CIA refusent de continuer à chercher la machine pour le compte de Schmidt. Ce dernier fait alors tuer les agents de la CIA par ses propres hommes et révèle qu'il n'est autre que Jürgen Voller, toujours nazi.

Grâce aux notes prises par Basil, qu'Helena a retenues par cœur, Indiana Jones et Helena comprennent que le mécanisme d'Anticythère constitue la moitié d'une machine complexe inventée par le fameux mathématicien grec Archimède. Voller entend se servir du Cadran pour retourner trente ans en arrière dans le temps, afin de changer l'issue de la Seconde Guerre mondiale. Indiana et Helena déduisent, d'après les découvertes de Basil, où se trouve le Grafikos, une tablette codée indiquant où se situe l'autre partie du Cadran : dans une épave de bateau au large de la Grèce.

Indiana, Teddy et Helena rejoignent la Grèce où vit Renaldo, un vieil ami d'Indiana, qui possède un bateau et l'équipement nécessaire pour plonger avec un scaphandre. Durant le trajet, Indiana et Helena évoquent ce qu'ils feraient s'ils pouvaient changer le temps. Indiana révèle qu'il ferait tout pour empêcher son fils Mutt de s'engager dans l'armée. Celui-ci est mort au Viêt Nam et Marion, sa mère, ne s'en est jamais remise. Elle et Indiana sont actuellement en cours de divorce, la mort de leur fils ayant fait voler leur famille en morceaux. Le lendemain, Teddy reste sur le pont tandis qu'Helena, Indiana, Renaldo et un autre marin plongent pour explorer l'épave où ils retrouvent le Grafikos. Malheureusement, à la remontée, ils ont la mauvaise surprise de tomber sur Voller et ses acolytes. Ce dernier contraint l'équipe à décoder le Graphicon, et tue Renaldo pour appuyer ses menaces. Helena se plie au jeu contre une récompense, ce qui révolte Indiana mais elle détourne en réalité l'attention de Voller et de ses hommes pour provoquer une explosion. Les trois comparses s'enfuient avec le bateau de Voller.

À bord du navire, Indiana examine le Grafikos et comprend que ce dernier dissimule quelque chose. En le faisant fondre (la tablette est constituée principalement de cire), il dévoile une autre tablette, en or, qui indique l'emplacement du second cadran. Ils mettent le cap vers la Sicile, et non vers Alexandrie, comme l'avait annoncé Helena à Voller. Ce dernier, en les observant avec des jumelles, comprend qu'ils l'ont berné car ils se dirigent vers l'ouest.

Arrivé en Sicile, Indiana part acheter de quoi explorer la grotte de Dionysios, où est dissimulé le tombeau d'Archimède, là où se trouve la seconde moitié du cadran. Teddy, en s'éloignant, est capturé par Voller et par ses hommes, arrivés eux aussi en Sicile. S'ensuit une course entre les deux groupes, Indiana et Helena trouvant la tombe d'Archimède et la deuxième moitié du cadran les premiers. En observant le corps du mathématicien, Indiana remarque un objet curieusement anachronique accroché à son poignet : une montre, objet qui sera inventé bien après Archimède. Il comprend alors que quelque chose ne va pas. Voller et ses hommes arrivent sur ces entrefaites, s'emparent du cadran enfin complet et font prisonnier Indiana qui est gravement touché par une balle. Helena et Teddy parviennent à sortir de la grotte et les suivent à moto.

Un avion Heinkel He 111.

Voller amène Indiana dans un aérodrome, où un bombardier Heinkel He 111 aux couleurs nazies est paré à décoller. Lui-même a revêtu son uniforme, tout comme ses complices. Une fois embarqués, Voller révèle à Indiana qu'il compte remonter le temps, grâce aux indications de Basil, jusqu'en 1939, afin de tuer Hitler et de permettre à l'Allemagne nazie de gagner la guerre. Alors, Indiana leur apprend qu'ils ne vont pas atterrir à l'endroit prévu : Archimède ne connaissant pas le principe de la dérive des continents, le Cadran ne prend pas celui-ci en compte. Les calculs de Voller sont faussés. De leur côté, Helena et Teddy sont aussi dans le ciel, la première embarquée clandestinement à bord de l'avion de Voller, le second pilotant son propre engin.

Les deux avions traversent le temps et débarquent en pleine Antiquité, à l'époque du siège de Syracuse en 213 av. J.-C.. Archimède, dans son atelier, prend la direction du champ de bataille. L'avion de Voller, pris pour un dragon, est abattu par des flèches de balistes romaines malgré la riposte des mitrailleuses nazies. Indiana et Helena, sains et saufs après un saut en parachute, rencontrent Archimède. Ce dernier récupère le cadran dans la carcasse du bombardier ainsi que la montre de Voller (celle qu'il se gardera dans sa tombe). Le Cadran a été faussé par Archimède pour que les utilisateurs se retrouvent au siège de Syracuse afin de mettre les Romains en déroute. Teddy et Helena veulent repartir au plus vite ; Indiana souhaite rester dans cette époque, sous prétexte que plus rien ne l'attend dans la sienne. Excédée, Helena l'assomme.

Indiana se réveille chez lui à New York, revenu à son époque. Helena l'attend dans son appartement, puis arrivent Teddy et Marion, suivis peu de temps après par Sallah et ses petits-enfants. Indiana et Marion, laissés seuls, se réconcilient.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

 Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

En 2012, Walt Disney Pictures rachète Lucasfilm[10] et possède de facto les droits sur la série de films. Paramount Pictures studios envisagent alors de produire de nouveaux films, après avoir prioritairement relancé la très lucrative saga Star Wars, l'autre univers phare de Lucasfilm[11]. En , Steven Spielberg indique qu'il réalisera probablement un Indiana Jones 5 avec Harrison Ford dans le rôle-titre[12]. Le , Robert Iger, le président-directeur général de The Walt Disney Company confirme la mise en production de cette suite[13],[14]. Le , Robert Iger, PDG de Disney, souhaite que la franchise Indiana Jones prenne un nouveau départ après la sortie du cinquième opus[15].

Le , Alan F. Horn, président de Disney Studios annonce la sortie le du cinquième épisode de la saga[16],[17],. Le , la date de sortie est repoussée au par les studios Disney[18],[19]. Le scénariste prévu est David Koepp qui occupait le même poste pour le quatrième film de la franchise[20],[21]. La participation de George Lucas à la production ou au scénario n'a pas encore été confirmée.

Alors que le film devait sortir en 2020, Steven Spielberg annonce un changement d'emploi du temps ce qui repousse le film d'un an, il sortira donc en [22]. En , Steven Spielberg annonce que le tournage commencera en . Début février 2020, Kathleen Kennedy annonce que le film n'est pas une nouvelle version d'un film existant ; il développe une nouvelle histoire[23].

Le , Steven Spielberg annonce finalement qu'il renonce à réaliser le film, bien qu'il reste son producteur. James Mangold est alors évoqué en remplacement[24].

Le scénariste David Koepp quitte le projet à son tour après le départ de Steven Spielberg[25],[26]. James Mangold écrit alors un nouveau script avec Jez et John-Henry Butterworth (en), avec lesquels il a écrit Le Mans 66[27].

Attribution des rôles[modifier | modifier le code]

Ethann Isidore, Phoebe Waller-Bridge, James Mangold, Harrison Ford, Shaunette Renée Wilson, Mads Mikkelsen, Boyd Holbrook lors de la montée des marches de l'équipe au Festival de Cannes 2023.

En avril 2021, Phoebe Waller-Bridge, Mads Mikkelsen et Thomas Kretschmann rejoignent Harrison Ford[28],[29],[30]. Le mois suivant, Boyd Holbrook et Shaunette Renée Wilson sont confirmés[31].

Alors que John Rhys-Davies exprime son envie de reprendre son rôle de Sallah (présent dans Les Aventuriers de l'arche perdue et Indiana Jones et la Dernière Croisade), sa participation n'est pas confirmée[32],[33]. Karen Allen estime quant à elle que son personnage de Marion Ravenwood devrait logiquement revenir dans ce 5e film[34].

Alors que le tournage a débuté, il est annoncé que Toby Jones sera présent[35].

Le , Antonio Banderas rejoint lui aussi la distribution[36].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage de la ticker-tape parade new-yorkaise célébrant les astronautes d'Apollo 11 a lieu dans les rues de Glasgow, en Écosse.

Le tournage débute le [37]. Il se déroule notamment aux Pinewood Studios[38], au château de Bamburgh[39] ou encore sur la North Yorkshire Moors Railway (en) dans le Yorkshire du Nord[37],[40]. Des scènes sont tournées en Écosse, notamment sur le Leaderfoot Viaduct[41], ou à Glencoe pour une course-poursuite à moto[42]. Des plans sont aussi réalisés à Biggar[43]. Courant juin, le tournage se poursuit à Londres et ses environs, notamment dans le borough londonien de Hackney[44].

Un mois plus tard, la production déménage en Sicile, en Italie. Le tournage italien, qui comprend près de six cents membres d'équipage, commence dans la ville de Syracuse, avec des endroits tels que la grotte de l'oreille de Denys et la grotte des Cordeliers (Grotta Dei Cordari) du parc archéologique de Néapolis, et le château Maniace. Les lieux de tournage ultérieurs en Sicile comprenaient la ville de Cefalù et la province de Trapani. Ce dernier endroit comprenait le tournage dans les villes de Castellammare del Golfo et Marsala. Harrison Ford et Waller-Bridge ont également été filmés au temple de Ségeste.

Certains tournages en Sicile montraient des acteurs déguisés en soldats romains, créant des spéculations selon lesquelles le scénario du film comportait un voyage dans le temps. Le tournage commence à Fès, au Maroc le .

Le , il est révélé que Harrison Ford s'est blessé à l'épaule durant la préparation d'une scène de combat, ce qui oblige la production à réorganiser en partie son calendrier[45].

Début novembre 2021, Nic Cupac, responsable de l'assemblage des décors, meurt dans sa chambre d'hôtel, lors d'un déplacement du tournage au Maroc. Sa mort n'est pas liée au tournage[46].

Le tournage s'achève le 26 février 2022[47].

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Date de sortie[modifier | modifier le code]

Logo de la bande-annonce.

Le film devait initialement sortir en 2021. En raison de la pandémie de Covid-19, Disney réorganise son calendrier de sorties et repousse le film à 2022[48]. En octobre 2021, la sortie est à nouveau repoussée à juin 2023[49].

Critique[modifier | modifier le code]

Monde anglophone[modifier | modifier le code]

Sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes, le film obtient un score de 68 % d'avis positifs, sur la base de 284 critiques collectées et une note moyenne de 6,3/10 ; le consensus du site indique : « Ce n'est pas aussi excitant que les aventures précédentes, mais la bouffée de nostalgie qu'on éprouve à revoir Harrison Ford en action aide [Indiana Jones et le Cadran de la destinée] à trouver quelques derniers trésors cinématographiques[50]. » Sur Metacritic, le film obtient une note moyenne pondérée de 57 sur 100, sur la base de 59 critiques collectées ; le consensus du site indique : « Avis mitigés ou moyens »[51].

Au Royaume-Uni, dans The Guardian[52], Peter Bradshaw donne au film une note de trois étoiles sur cinq, estimant que ce cinquième opus d'Indiana Jones possède « de l'entrain, de l'humour et de la sincérité narrative avec toute sa fantaisie de MacGuffin, toutes choses que le précédent [Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal] n'avait vraiment pas »[53]. Dans The Times, Kevin Maher donne au film une note de 2 sur 5, trouvant que celui-ci échoue à atteindre son objectif tout en restant meilleur qu’Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal[54].

Aux États-Unis, dans le Washington Post[55], Michael O'Sullivan donne au film une note de 2,5 sur 4, le qualifiant de « final approprié, bien que tiré par les cheveux » où le réalisateur James Mangold fait une « contribution compétente au canon »[56]. Dans The Wall Street Journal[57], Kyle Smith trouve que « malgré sa distribution brillante — qui inclut Mads Mikkelsen, Phoebe Waller-Bridge et Antonio Banderas — le cinquième opus de la très populaire franchise, réalisé par James Mangold, échoue dans sa quête d'un trésor du cinéma »[58]. Pour le critique Armond White du magazine National Review, dans son article intitulé « La contrefaçon d'Indiana Jones », le film souffre sans l'expérience de Steven Spielberg comme réalisateur : « [Le Cadran de la destinée] est le plus cyniquement conçu de tous les films d'Indiana Jones, qui se dirigeaient vers un rayonnement moral. Rien dedans ne semble original […] Le producteur Spielberg succombe à ses prétendants qu'il a inspirés, ou qui l'ont imité (Robert Zemeckis, Ron Howard, Mangold et toute la bande Marvel) », ajoutant : « C'est comme si Spielberg n'avait plus rien à dire sur un pionnier américain qui représente l'héroïsme politique. C'est peut-être parce que Spielberg lui-même a abandonné cette quête[59]. » Le film est nommé aux Razzie Awards dans les catégories du pire prequel, remake, plagiat ou suite et du pire scénario[60].

Au Canada, Jackson Weaver du site de la CBC décrit le film comme « médiocre » et montrant une « nostalgie toxique » ; il déplore que l'âge avancé d'Harrison Ford détourne l'attention du film : « alors qu'il parcourt les dialogues du cinquième film de [Indiana] Jones avec toute la vitalité espiègle de Noam Chomsky dans un fédora, la faible énergie de [Harrison] Ford ne peut pas être entièrement attribuée au fait que le personnage de 70 ans qu'il incarne a en fait une décennie de moins que lui[61]. »

France[modifier | modifier le code]

En France, le site Allociné propose une note moyenne de 3,5 sur 5 pour le film, sur la base de 39 critiques de presse collectées[62].

Dans le quotidien Libération, Lelo Jimmy Batista, qui accorde au film une note de 4 sur 5, apprécie « un film trépidant et inattendu sur l’âge et ses limites », porté par deux paires de personnages qui s'opposent : d'un côté, Indiana Jones et son ennemi, tous deux sur le déclin et peinant à trouver leur place dans une époque qui les oublie ; de l'autre, Helena Shaw et Teddy, bourrés d'énergie et faisant écho au duo que formaient Willie Scott et Demi-Lune dans Indiana Jones et le temple maudit. Le film lui paraît typique du cinéma de James Mangold, « cinéaste des éclopés et des héros vieillissants », comme dans son premier film Heavy. Le réalisateur lui paraît donner ainsi une dimension nouvelle à Indiana Jones, dans « un film que n’aurait jamais pu faire Spielberg, lui qui, à de rares exceptions près, a toujours roulé pour l’enfance[63]. »

Parmi les critiques de presse les plus convaincus figure Ouest France, qui estime qu'« on retrouve tous les arguments qui font le succès de la saga : l'aventure, l'action, l'humour, la chance pour une grosse tranche de cinéma[64]. » Le Parisien est également très convaincu et salue le « duo épatant » formé par Harrison Ford et Phoebe Waller-Bridge, ainsi que l'« énergie inépuisable » de cette dernière[65].

Dans le quotidien gratuit 20 Minutes, Caroline Vié apprécie « un séduisant mélange de nouveauté et de tradition », capable de convaincre aussi bien les fans des précédents films que ceux qui découvrent Indiana Jones, et conclut que le héros « prend sa retraite en beauté »[66]. Le magazine spécialisé L'Écran fantastique juge que « James Mangold tient entre ses mains un mythe, et chaque instant du film nous démontre qu’il en comprend l’héritage et en mesure le poids[64]. » Télérama estime que Mangold livre « une prestation très fidèle à l'esprit de la saga[67]. »

Dans Le Monde, Jacques Mandelbaum confère au film une note de 3 sur 5 et apprécie le motif poétique du voyage dans le temps, approprié pour l'âge de l'acteur principal[68]. Le magazine L'Obs, qui attribue trois cœurs au film, salue « un efficace numéro de funambule entre action hypertrophiée et effets numériques, typiques du blockbuster d’aujourd’hui, et classicisme à l’ancienne ». Il fait néanmoins quelques réserves : le film lui paraît trop long, et il n'est guère convaincu par le prologue où figure un Harrison Ford rajeuni par des effets spéciaux numériques, pas plus que par le personnage de Teddy[69]. Pour La Croix, le film ne montre pas d'originalité mais « applique les recettes déjà éprouvées par le passé » et « clôt la saga avec brio »[70].

Dans le magazine Marianne, Olivier De Bruyn reproche au film sa durée excessive et ses scènes d'action à rallonge, mais conclut que « dans son genre, cette comédie exotique vaut mieux, beaucoup mieux, que l’écrasante majorité des "produits" interchangeables manufacturés à Hollywood[71]. »

Parmi les critiques de presse les moins convaincus par le film, le journal L'Humanité reproche au film de ne jamais vouloir prendre de risques et d'aboutir à « une épopée sans souffle »[72]. Dans les Cahiers du cinéma, Yal Sadat, qui apprécie le prologue, regrette que le film s'enlise ensuite dans « des prouesses davantage à la portée d'un vieux monsieur »[64].

Box-office[modifier | modifier le code]

Lors de son premier week-end d'exploitation en salles aux États-Unis, le film récolte plus de 60 millions de dollars et prend largement la tête du box office local, devant Spider-Man: Across the Spider-Verse (11,5 millions) et Élémentaire (11,3 millions). Il réalise le deuxième meilleur démarrage en salles d'un film de la saga Indiana Jones, après celui du quatrième volet, Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal, qui avait récolté 100 millions de dollars en un week-end[73].

En France, le film sort en salles le . Lors de sa première semaine d'exploitation, il réalise un peu plus de 1 089 000 entrées et prend largement la tête du box office français, devant Élémentaire (environ 537 000 entrées la même semaine) et Spider-Man: Across the Spider-Verse (environ 203 000 entrées la même semaine)[74]. Après trois semaines d'exploitation, le nombre cumulé d'entrées est de 2 124 270[75].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis 174 385 511 dollars[75] 11
Drapeau de la France France 3 049 043 entrées[75] 11
Monde 383 963 057 dollars[76] 11

Compte tenu des sommes engagées pour la réalisation du film, ses résultats commerciaux en font un relatif échec. Doté d'un budget de production de 300[77] à 400 millions de dollars[78] (hors marketing), dont des parts importantes sont à attribuer aux retards dus à la pandémie de Covid-19 et aux salaires de Ford (20 millions), Spielberg et Mangold[77], le film ne devrait pas être capable de rembourser son budget, un objectif qui aurait été atteint en récoltant un minimum de 800 millions de dollars[79].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[80] et Allociné[81]

Distinctions 2023[modifier | modifier le code]

Distinctions 2023 du film Indiana Jones et le Cadran de la destinée
Évènements Catégorie / Récompense Nommé(es) / Lauréat(es) Résultats
Golden Trailer Awards Meilleur teaser Indiana Jones et le Cadran de la destinée Nomination
Phoenix Critics Circle Meilleur film de science-fiction Indiana Jones et le Cadran de la destinée
St. Louis Film Critics Association Meilleur film d'action Indiana Jones et le Cadran de la destinée
Meilleures cascades Mike Massa et Abdelaaziz Attougui
World Soundtrack Awards Compositeur de cinéma de l'année John Williams

Sélection 2023[modifier | modifier le code]

Distinctions 2024[modifier | modifier le code]

Distinctions 2024 du film Indiana Jones et le Cadran de la destinée
Évènements Catégorie / Récompense Nommé(es) / Lauréat(es) Résultats
AARP Movies for Grownups Awards Meilleur film intergénérationnel Indiana Jones et le Cadran de la destinée Nomination
Academy of Science Fiction, Fantasy and Horror Films - Saturn Awards Saturn Award du meilleur film fantastique Indiana Jones et le Cadran de la destinée Lauréat
Saturn Award du meilleur acteur Harrison Ford
Saturn Award de la meilleure musique John Williams
Meilleur acteur dans un second rôle Mads Mikkelsen Nomination
Meilleure actrice dans un second rôle Phoebe Waller-Bridge
Meilleure réalisation James Mangold
Meilleur montage Andrew Buckland, Michael McCusker et Dirk Westervelt
Meilleurs costumes Joanna Johnston
Meilleurs effets visuels/spéciaux Andrew Whitehurst, Kathy Siegel, Robert Weaver et Alistair Williams
Alliance of Women Film Journalists Time Waster Remake ou suite Indiana Jones et le Cadran de la destinée
Australian Academy of Cinema and Television Arts Awards AACTA Award des meilleurs effets visuels ou animation Ian Cope, Julian Hutchens, Kathy Siegel, Andrew Whitehurst et Alistair Williams Lauréat
CinEuphoria Awards Meilleurs effets sonores - Compétition internationale Indiana Jones et le Cadran de la destinée Nomination
Meilleure affiche - Compétition internationale
Meilleurs effets spéciaux (sons ou visuels) - Compétition internationale Kathy Siegel, Robert Weaver, Andrew Whitehurst et Alistair Williams
Critics' Choice Super Awards Meilleur film d'action Indiana Jones et le Cadran de la destinée
Digital creation genie awards Meilleurs effets visuels dans un long métrage Diego Cordier-Royer, Laurens Ehrmann, Gladys Georges et Julien Martins
Meilleur environnement Sandro Bertchi, Laurens Ehrmann, Julien Martins et Arnaud Ortmann
Family Film Awards Meilleur long métrage familial Indiana Jones et le Cadran de la destinée
Golden Schmoes Awards Golden Schmoes de la plus grande déception de l'année Indiana Jones et le Cadran de la destinée Lauréat
Affiche de cinéma préférée de l'année Nomination
Grammy Awards Meilleure bande son pour les médias visuels John Williams
International Film Music Critics Association Bande originale de l'année John Williams Lauréat
Meilleure musique originale pour un film d'action / aventure
Compositeur de l'année Nomination
Movie Music UK Awards[82] Bande originale de l'année John Williams
Online Film and Television Association Meilleure coordination de cascades Indiana Jones et le Cadran de la destinée
Oscars Meilleure musique de film John Williams
Screen Actors Guild Awards Meilleure action pour une équipe de cascadeurs Indiana Jones et le Cadran de la destinée
Set Decorators Society of America Meilleurs décors et direction artistique d'un long métrage fantastique ou de science-fiction Anna Pinnock et Adam Stockhausen
Visual Effects Society Awards Meilleurs effets visuels dans un film en prise de vue réelle Julian Hutchens, Kathy Siegel, Robert Weaver, Andrew Whitehurst et Alistair Williams
Meilleur environnement fictif dans un film en prise de vues réelles Stefan Andersson, Martin Eneroth-Johansson, Johan Gabrielsson et Adrian Tsang

Éditions en vidéo[modifier | modifier le code]

  • En France, le film Indiana Jones et le Cadran de la destinée est sorti en VOD le [1].
Puis sort en DVD[83], en Blu-ray[84], dans une édition spéciale - SteelBook Blu-ray Collector[85], en édition 4K Ultra HD + Blu-ray[86] et dans une édition exclusive FNAC boîtier SteelBook - 4K Ultra HD + Blu-ray[87] le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le studio Paramount Pictures, le distributeur original de la franchise, est crédité en tant qu'associé et son logo apparaît sur les affiches et au début du film. À la suite de l'acquisition de Lucasfilm Ltd. par The Walt Disney Company, le studio a obtenu le droit d'être crédité en tant qu'associé sur les futurs films de la franchise et de toucher une compensation financière. Néanmoins, il n'est pas impliqué dans la production du film.
  2. Classification États-Unis : « Classé PG-13 pour les séquences de violence et d'action, le langage et le tabagisme. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « « Indiana Jones et le Cadran de la destinée - Dates de sortie » » (fiche film), sur Allociné (consulté le ).
  2. a et b « Indiana Jones et le Cadran de la destinée », sur cineman.ch (consulté le ).
  3. a b c et d « Indiana Jones et le cadran de la destinée », sur cinoche.com (consulté le ).
  4. « « Indiana Jones et le Cadran de la destinée - Dates de sortie » » (dates de sortie), sur l'Internet Movie Database (consulté le ).
  5. a et b « Indiana Jones et le Cadran de la destinée », sur cinebel.dhnet.be (consulté le ).
  6. « Visa et Classification - Fiche œuvre Indiana Jones et le Cadran de la destinée », sur CNC, (consulté le ).
  7. « Guide Parental belge », sur kinepolis.be (consulté le ).
  8. « Guide Parental suisse », sur filmrating.ch (consulté le ).
  9. (en) Ben Travis, « Indiana Jones 5 Will Pit Indy Against Nazis Again, In 1969 – Exclusive », Empire, (consulté le )
  10. Le Monde avec AFP, « Disney rachète Lucasfilm et annonce un nouveau "Star Wars" », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  11. « Voir sur reviewer.lavoixdunord.fr. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  12. « Indiana Jones 5 : Harrison Ford de retour et Spielberg réalisera ? », Allociné.
  13. (en) Jess Denham, « Indiana Jones 5 is officially happening, Disney confirms », sur The Independent, (consulté le ).
  14. « "Indiana Jones" : Disney confirme finalement la préparation d'un cinquième opus », Ozap.com.
  15. (en) Germain Lussier, « Disney CEO Suggests Indiana Jones Will Be Rebooted After Part 5 », sur Gizmodo, (consulté le ).
  16. (en) Brook Barnes, « Disney to Bring Back ‘Indiana Jones,’ With Harrison Ford », sur The New York Times, (consulté le ).
  17. (en) Pamela McClintock, « Harrison Ford, Steven Spielberg to Return for Fifth 'Indiana Jones' Movie », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  18. (en) Reuters, « Disney Sets Release Date for Star Wars: Episode IX », sur Fortune, (consulté le ).
  19. (en) Scott Mendelson, « Oh My Disney! They Just Dated 'Frozen 2,' 'Star Wars: Episode IX,' 'Indiana Jones' And 'Lion King' », sur Forbes, (consulté le ).
  20. Ludovic Galtier, « "Indiana Jones 5" : Steven Spielberg choisit David Koepp comme scénariste », sur rtl.fr, (consulté le ).
  21. « Indiana Jones 5 : Steven Spielberg prévoit une sortie en juillet 2020 », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  22. Olivier Pallaruelo, « Indiana Jones 5 officiellement repoussé à juillet 2021 ! », allocine.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. (en-US) « Lucasfilm's Kathleen Kennedy Confirms Indiana Jones 5 Is Not a Reboot », sur ComingSoon.net, (consulté le ).
  24. « Indiana Jones 5 : Steven Spielberg abandonne la réalisation, son successeur identifié », sur Allociné, (consulté le ).
  25. Matthew Adler, « Spielberg's Indiana Jones 5 Fell Apart Because No One Could Agree on the Script », sur IGN, (consulté le ).
  26. Drew Taylor, « 'Indiana Jones 5': David Koepp on Why He's No Longer Writing the Script » [archive du ], sur Collider, (consulté le ).
  27. James Mangold, « The official press release mentioned writers but I guess it gets left out on recaps... Current writers are Jez and John-Henry Butterworth (who worked with me on FvF) and myself! », sur Twitter, (consulté le ).
  28. Justin Kroll, « 'Indiana Jones 5': Phoebe Waller-Bridge Lands Female Lead In Next Installment Opposite Harrison Ford », Deadline Hollywood,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. Justin Kroll, « 'Indiana Jones 5': Mads Mikkelsen Joins Harrison Ford and Phoebe Waller-Bridge in Sequel », Deadline Hollywood,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. (en) Umberto Gonzalez, « Thomas Kretschmann Joins Cast of 'Indiana Jones 5' in Undisclosed Role (Exclusive) », sur TheWrap, (consulté le ).
  31. (en) Justin Kroll, « 'Indiana Jones 5': Boyd Holbrook and Shaunette Renée Wilson Join Harrison Ford In Next Installment », sur Deadline.com, (consulté le ).
  32. Jordan Carroll, « John Rhys-Davies talks 'Indiana Jones,' 'The Lord of the Rings' with Utahns », Daily Herald,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. Liam Waddington, « 'Indiana Jones 5': John Rhys-Davies is interested in returning as Sallah in Indiana Jones 5 », sur Flickering Myth, (consulté le ).
  34. (en) « Karen Allen Talks 'White Irish Drinkers' [Exclusive] », sur Movieweb, (consulté le ).
  35. (en) Josh Sharpe, « Toby Jones Joins Cast of 'Indiana Jones 5'; More Hints Point to De-aged Ford », sur The Disinsider, (consulté le ).
  36. « Antonio Banderas au casting d’Indiana Jones 5 ».
  37. a et b (en) Anthony Lund, « 'Indiana Jones 5' Set Photos Reveal Motorcycle Stunt, Nazi Train and a Creepy Harrison Ford Mask », sur MovieWeb, (consulté le ).
  38. (en) Andreas Wiseman, « 'Indiana Jones 5' To Begin Filming In The UK Next Week », sur Deadline Hollywood, (consulté le ).
  39. Gem Seddon, « Indiana Jones 5 could potentially use a scrapped Last Crusade storyline », sur Total Film, (consulté le ).
  40. (en) Grace Newton, « Stars of Indiana Jones franchise including Harrison Ford descend on North Yorkshire Moors Railway to film fifth movie », sur The Yorkshire Post, (consulté le ).
  41. (en) « Buzz in the Borders over Indiana Jones filming », BBC News, (consulté le ).
  42. (en) Charlotte Penketh-King, « Indiana Jones 5: Pictures show movie crew filming high-speed motorbike chase through Highland village for latest Indiana Jones movie », The Scotsman, (consulté le ).
  43. (en) Sarah Ward et Kirsten McStay, « Nazi flags appear in South Lanarkshire as Indiana Jones 5 filming continues », Daily Record, (consulté le ).
  44. (en) Ella Bennett, « Hackney residents 'fuming' as Indiana Jones 5 film crew takes over entire street », MyLondon, (consulté le ).
  45. (en) Mike Jr. Fleming, « Harrison Ford Injures Shoulder Rehearsing 'Indiana Jones 5' Fight Scene; Production To Shoot Around Recovery », sur Deadline.com, (consulté le ).
  46. « Tragédie pour l’équipe de Indiana Jones 5 : un membre est décédé dans sa chambre d’hôtel au Maroc », sur Soirmag, (consulté le ).
  47. « Le tournage d'Indiana Jones 5 est terminé, annonce le producteur historique de la saga », sur Première, (consulté le ).
  48. « Disney repousse Black Widow en novembre, Mulan en juillet et Indiana Jones 5 en 2022 », sur Première, (consulté le )
  49. (en) Rebecca Rubin, « Disney Delays 'Doctor Strange,' 'Thor 4,' 'Black Panther' Sequel and 'Indiana Jones 5' » [archive du ], sur Variety, (consulté le ).
  50. (en) « Indiana Jones and the Dial of Destiny », sur rottentomatoes.com (consulté le ).
  51. (en) « Indiana Jones and the Dial of Destiny (2023) », sur metacritic.com (consulté le ).
  52. (en) Peter Bradshaw, « Indiana Jones and the Dial of Destiny review - Harrison Ford cracks the whip in taut sequel », The Guardian, 28 juin 2023.
  53. « this one has quite a bit of zip and fun and narrative ingenuity with all its MacGuffiny silliness that the last one (Indiana Jones and the Kingdom of the Crystal Skull) really didn’t »
  54. (en) Kevin Maher, « Indiana Jones and the Dial of Destiny review — even Fleabag can’t rescue him this time », The Times, 28 juin 2023.
  55. (en) Michael O'Sullivan, « "Indiana Jones and the Dial of Destiny": A fitting if far-fetched finale », The Washington Post, 26 juin 2023.
  56. « A fitting if far-fetched finale » (...) « Franchise director Steven Spielberg, 76, has also finally ceded the reins to James Mangold (“Ford v Ferrari”), who makes a capable contribution to the canon here »
  57. (en) Kyle Smith, « "Indiana Jones and the Dial of Destiny" Review: Harrison Ford and Fool’s Gold », The Wall Street Journal, 29 juin 2023.
  58. « Despite its glittering cast–including Mads Mikkelsen, Phoebe Waller-Bridge and Antonio Banderas–the beloved franchise’s fifth installment, directed by James Mangold, fails in its search for cinematic treasure. »
  59. (en) Armond White, « The Counterfeit Indiana Jones », National Review, .
  60. (en-US) Joey Nolfi, « Indiana Jones, Shazam sequels fall hard with major Razzie nominations », sur Entertainment Weekly, (consulté le ).
  61. (en) Jackson Weaver, « Indiana Jones and the Dial of Destiny is mediocre, toxic nostalgia », sur cbc.ca, .
  62. « Critiques presse pour le film Indiana Jones et le Cadran de la destinée », sur Allociné (consulté le ).
  63. « Indiana Jones et le cadran de la destinée, il était un fouet en Amérique », article de Lelo Jimmy Batista dans Libération le 27 juin 2023. Page consultée le 20 juillet 2023.
  64. a b et c Critiques de presse du film sur Allociné. Page consultée le 20 juillet 2023.
  65. Sorties cinéma du 28 juin : « Indiana Jones », « Farang », « Chonchon »… Les films à voir (ou pas), article collectif sur Le Parisien le 28 juin 2023. Page consultée le 20 juillet 2023.
  66. « Le Cadran de la Destinée » : Le héros iconique Indiana Jones prend sa retraite en beauté, article de Caroline Vié dans 20 Minutes le 27 juin 2023. Page consultée le 20 juillet 2023.
  67. « “Indiana Jones et le Cadran de la destinée” : papy Indy fait de la résistance », article de Cécile Mury dans Télérama le 27 juin 2023. Page consultée le 20 juillet 2023.
  68. Les sorties cinéma : « Vers un avenir radieux », « How to Save a Dead Friend », « La Sirène »…, article de Clarisse Fabre, Murielle Joudet, Mathieu Macheret, Jacques Mandelbaum et Jean-François Rauger dans Le Monde le 28 juin 2023. Page consultée le 20 juillet 2023.
  69. « Indiana Jones et le cadran de la destinée », « Vers un avenir radieux », « Passages »… Les films à voir (ou pas) cette semaine, article de François Forestier, Sophie Grassin, Xavier Leherpeur et Nicolas Schaller dans Le Nouvel Obs le 30 juin 2023. Page consultée le 20 juillet 2023.
  70. « Indiana Jones et le cadran de la destinée », un retour plein de panache, article de Céline Rouden dans La Croix le 27 juin 2023.
  71. « "Indiana Jones et le cadran de la destinée" : le troisième âge, valeur sûre du blockbuster », article d'Olivier De Bruyn dans Marianne le 26 juin 2023. Page consultée le 20 juillet 2023.
  72. « Indiana Jones 5 », sa place est dans un musée, article de Cyprien Caddeo dans L'Humanité le 29 juin 2023. Page consultée le 20 juillet 2023.
  73. « Indiana Jones : quel démarrage au box-office US pour le film avec Harrison Ford ? », article de Maximilien Pierrette sur Allociné le (consulté le ).
  74. « Indiana Jones 5 : quel démarrage au box-office France ? », article de Guillaume Martin sur Allociné le (consulté le ).
  75. a b et c Voir sur allocine.fr.
  76. [1]/ Voir sur boxofficemojo.com"].
  77. a et b (en) Anthony D'Alessandro, « ‘Indiana Jones’ & The Box Office Of Doom: Why ‘Dial Of Destiny’ At $60M Opening Isn’t Setting Records For Franchise Finale », sur Deadline, .
  78. (en) Tom Brueggemann, « As ‘Insidious’ Flicks Away ‘Indiana Jones’ at #1, Disney’s Very Expensive Franchise Faces a Massive Loss », sur Indiewire, .
  79. Owen Carel, « Box-office US : Indiana Jones 5 confirme son énorme flop », sur Écran Large, .
  80. « « Indiana Jones et le Cadran de la destinée - Distinctions » » ((en) récompenses), sur l'Internet Movie Database (consulté le ).
  81. « Palmares du film Indiana Jones et le Cadran de la destinée », sur Allociné (consulté le ).
  82. « Movie Music UK Awards 2023 », sur Movie Music UK (consulté le ).
  83. « Sortie en DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  84. « Sortie en Blu-ray », sur dvdfr.com (consulté le ).
  85. « Sortie en SteelBook Blu-ray Collector », sur dvdfr.com (consulté le ).
  86. « Sortie en 4K Ultra HD + Blu-ray », sur dvdfr.com (consulté le ).
  87. « Sortie en édition exclusive FNAC boîtier SteelBook - 4K Ultra HD + Blu-ray », sur dvdfr.com (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]