Incorruptibilité (religion)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le christianisme
Cet article est une ébauche concernant le christianisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (mars 2017).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}.

Sarcophage châsse de verre et de bronze avec le corps de Bernadette Soubirous, au couvent de Saint Gildard de Nevers.
Corps intact du Sœur Marie de Jesús, au couvent de Santa Catalina de Siena (San Cristóbal de La Laguna, Tenerife, Espagne).

L'incorruptibilité est le fait, pour un cadavre, de ne pas se putréfier. Quelques cadavres échappent plusieurs décennies à la corruptibilité, les uns en vertu d'un procédé d'embaumement pratiqué sur eux afin de conserver leur corps exposé dans un mausolée (Lénine, quelque temps Staline, Mao entre autres) les autres pour des raisons moins explicables. C'est le cas d'un certain nombre de figures religieuses, mais aussi profanes.

Henri IV[modifier | modifier le code]

Lorsque des rois de France furent exhumés de la basilique de Saint-Denis pour être jetés à la fosse commune lors de la Révolution française, le corps d'Henri IV (décès en 1610) fut retrouvé desséché, mais non putréfié. Il se peut que le fait qu'il ait perdu beaucoup de sang avant sa mort ait joué un rôle dans cette conservation (par comparaison, le corps de Louis XIV était si altéré qu’il fallut, selon le compte-rendu effectué à l'époque, « tirer plusieurs coups de pistolet pour chasser la pestilence de l'air »)

Quelques saints[modifier | modifier le code]

Le corps de Thérèse de Lisieux semble ne pas avoir échappé à la putréfaction et un gisant est actuellement exposé dans une châsse de verre à la basilique de Lisieux (décès en 1897).

« Il faut que tout ce que je fais, les petites âmes puissent le faire » a dit Thérèse, refusant la conservation. On n'a donc, conformément à son souhait, retrouvé que des ossements lors de l'exhumation.

Les ossements sont transportés dans une châsse et voyagent dans le monde entier, il y a toujours beaucoup de monde pour vénérer ces reliques.

En revanche, c'est bien le corps de Bernadette Soubirous qui est exposé dans des conditions similaires à Nevers (décès en 1879). Cet exemple est le plus connu en France.

Cependant, un recensement effectué par Joan Carroll Cruz donne une liste de 102 noms, parmi lesquels on retrouve en plus des précédents ceux-ci, classés par dates de décès :

Saints catholiques :

Quelques Saints orthodoxes :

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]