Incident du Dogger Bank

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dogger Bank (homonymie).
Localisation du Dogger Bank en mer du nord.

L'incident du Dogger Bank, également connu comme l'incident de Hull, est l’attaque dans la nuit du au de chalutiers britanniques du port de Hull par la flotte de la Baltique de la marine impériale russe qui les avaient confondus avec des torpilleurs japonais.

La flotte russe commandée par l'amiral Rojestvensky était en route pour Port-Arthur et sera anéantie dans la Bataille de Tsushima.

Article détaillé : Bataille de Tsushima.

Les faits[modifier | modifier le code]

L'Aurora (en), croiseur russe qui a subi des tirs amis lors de l'incident.
Chalutiers endommagés amarrés au quai Saint-Andews de Hull.

Dans la nuit du 21 octobre, alors en pleine mer du Nord, le navire-atelier Kamtchatka qui ferme la marche de l'armada russe constituée de 45 navires annonce être suivi par des bateaux qui n'arborent pas les feux réglementaires. Le capitaine confie sa crainte que ce soit des torpilleurs japonais. Quelques heures après, l'amiral Rojestvensky en personne croise d'autres navires dont les signaux lui semblent aussi suspects. Il ne prend alors pas de risque et ordonne d'ouvrir le feu pendant 20 minutes. Après le cessez-le-feu, les bâtiments allument les projecteurs.

Ils découvrent que les torpilleurs japonais étaient en fait des chalutiers danois et anglais pêchant sur le Dogger Bank. Ces derniers, le chalut à la mer, ne purent même pas tenter de s'enfuir. Le chalutier britannique Crane a été coulé, son capitaine et son second tués. Quatre autres chalutiers ont été endommagés et six autres pêcheurs ont été blessés (dont l'un mourra quelques mois plus tard des suites de ses blessures). Comble de la « bataille », les croiseurs russes Aurora (en) et Dmitrii Donskoi (en) ont été pris pour des navires ennemis et bombardés. A bord, un aumonier et au moins un marin sont tués (et un autre grièvement blessé). Heureusement, la médiocrité et la grande imprécision de l'artillerie russe (aucun des 500 obus tirés par le cuirassé Oryol (en) n'a atteint une cible[1]) ont évité un bilan catastrophique.

Session de la commission internationale d'enquête
Pêcheurs britanniques venus témoigner à Paris devant la commission

L’incident provoque un très grave conflit diplomatique entre la Russie et la Grande-Bretagne qui est à l'époque l’alliée du Japon. La presse britannique qualifie la flotte russe de « pirate ». Une intervention de la Royal Navy est réclamée, ainsi qu'une action en justice contre l’amiral russe Zinovi Rojestvenski. Ce dernier est particulièrement critiqué pour avoir abandonné les matelots britanniques à leur sort en fuyant les lieux du « combat ».

Ainsi, le Times écrit[2] :

« Il est presque inconcevable que des hommes qui se qualifient de marins, aussi effrayés qu'ils puissent être, puissent passer vingt minutes à bombarder une flotte de bateaux de pêche sans découvrir la nature de leur cible. »

En réaction, 28 cuirassés de la marine de guerre britannique sont mis en alerte et des escadrons britanniques croisent la flotte russe dans le golfe de Gascogne. Sous la pression diplomatique, le gouvernement russe accepte le qu'une enquête internationale soit menée, suivant les procédures de la Convention de la Haye[3]. Il ordonne à l'amiral de faire escale dans le port de Vigo en Espagne et celui-ci y débarque ceux qu'il considère comme responsables.

Ceci permet à l'armada repartir vers son anéantissement, à la bataille de Tsushima.

Les suites[modifier | modifier le code]

Monument élevé à la mémoire des pêcheurs morts, port de Hull

La Commission internationale se réunie à Paris du au [4]. Elle est composée de 4 grands officiers de marine internationaux :

En fait également parti Charles Henry Davis Jr. (fils de Charles Henry Davis (en)), officier des services de renseignements de la marine américaine.

Le rapport conclut que : « Les commissaires déclarent que leurs constatations qui y sont formulées ne sont pas, à leur avis, de nature à jeter le discrédit sur les qualités militaires ou l'humanité de l'amiral Rojdestvensky, ou du personnel de son escadron » et « Les commissaires se félicitent de reconnaître, à l'unanimité, que l'amiral Rozhestvensky a personnellement fait tout ce qu'il pouvait, du début à la fin de l'incident, pour empêcher les chalutiers, reconnus comme tels, d'être attaqués par l'escadron »[5]. Néanmoins, la Russie verse volontairement une compensation de 66 000 ₤ aux pêcheurs.

En 1906, une souscription publique finance l'élévation d'un monument à la mémoire des pêcheurs à Hull. Une statue représente le pêcheur George Henry Smith et sur le socle figure l'inscription suivante :

« Érigée par souscription publique à la mémoire de George Henry Smith (capitaine) et William Richard Legget (second), du chalutier à vapeur CRANE, qui perdirent la vie par l'action de la flotte russe dans la mer du Nord, 22 octobre 1904 , et Walter Whelpton, capitaine du chalutier MINO, mort de ses blessures en mai 1905. »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)L'incident du Dogger Bank de 1904 - La flotte russe attaque les chalutiers d'Hull., Centre du patrimoine maritime de Scarborough (en)
  2. Richard Michael Connaughton, The War of the Rising Sun and Tumbling Bear, New York City, Routledge, , Digitized by Google Books online (ISBN 978-0-415-07143-7, lire en ligne)
  3. (en)Déclaration conjointe russo-britanique
  4. Karen Kitzman Jackson, The Dogger Bank Incident and the Development of International Arbitration, Texas Tech University, (lire en ligne)
  5. (en)Rapport final sur l'incident du Dogger Bank