Incident de Shag Harbour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

43° 30′ 00″ N 65° 42′ 00″ O / 43.5, -65.7 L'incident de Shag Harbour est la relation de la chute et l'immersion d'un ovni dans l'eau du port de la ville de Shag Harbour en Nouvelle-Écosse (Canada) le 4 octobre 1967.

Chronologie des événements[modifier | modifier le code]

Le , aux alentours de 23 h, Laurie Wickens et quatre de ses amis roulent à travers la petite ville de Shag Harbour (Nouvelle-Écosse, Canada), sur la route n° 3. Tout d'un coup, un objet de grande taille (une vingtaine de mètres de diamètre d'après les témoins) traverse le ciel devant eux. Les différents témoins décrivent un objet en forme de « bol », de couleur « ambre », portant quatre feux qui clignotent en séquence et suivant une trajectoire descendante d'environ 45°. Rapidement, l'objet finit sa course dans les eaux du port, produisant un « flash » lumineux, ainsi qu'une importante déflagration sonore, avant de couler.

Patrouillant sur la route n°3 au même moment, l'agent de police Ron Pond est témoin des mêmes faits. Pensant qu'il s'agit d'un avion, Laurie Wickens contacte immédiatement le détachement de police montée royale de Barrington et explique les faits à l'officier Werbicki. Ce dernier décide de se rendre sur place accompagné de l'agent Ron O'Brien et contacte l'agent Ron Pond pour qu'il fasse de même. Une fois sur le site, les trois policiers aperçoivent, à 800 mètres de la berge, un objet flottant à fleur d'eau et émettant une lumière jaune. Un bateau des gardes-côtes du port de Clark et plusieurs bateaux de pêche sont immédiatement dépêchés sur les lieux mais lorsqu'ils arrivent, l'objet a déjà sombré, ne laissant qu'une nappe de mousse jaune, d'environ 35 mètres sur 900 et produisant une odeur proche de celle du soufre. Les recherches se prolongent jusqu'à 3 heures du matin pour reprendre dès l'aube, le lendemain, mais sans résultats.

Le 8 octobre, sept plongeurs de l'HMCS Granby inspectent la zone toute la journée mais ne trouvent aucune trace ou débris. Les recherches sont abandonnées le .

Depuis lors, cette affaire fait partie du folklore local et est devenue une source de revenus touristiques (la poste locale ayant même édité un timbre représentant l'écrasement d'un ovni).

En 1995, Chris Style, l'un des témoins de l'incident, convainc un groupe de chercheurs de sonder une partie de la baie de Shag Harbour. En utilisant des sonars et des magnétomètres, l'équipe espère pouvoir découvrir l'objet qui s'était écrasé dans la baie. Leurs recherches sont infructueuses[1].

Position des autorités[modifier | modifier le code]

  • Aucun débris ou morceau d'épave n'a été retrouvé dans la zone. À ce jour, cette affaire est toujours classée comme « inexpliquée ».
  • Le Centre de coordination des sauvetages de Halifax et la station radar du NORAD à Baccaro attestent qu'aucun appareil civil ou militaire n'a été porté manquant ce soir-là.

Thèse des ufologues[modifier | modifier le code]

  • La quantité de témoins, ainsi que leur crédibilité (officiers de police, gardes-côtes), permettent d'éliminer formellement la thèse du canular ou de la fabulation.

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christian R. Page, L'écrasement à Shag Harbour, in Dossiers mystère, tome 2, pp. 261-270, 2007, Louise Courteau Inc.(ISBN 978-2-89239-311-8).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) The Chronicle-Herald de Halifax, 7 octobre 1967
  • (en) Levine, N. E., Case 34 - North Atlantic - Fall 1967, in Case Studies During the Term of the Project, Scientific Study of Unidentified Flying Objects, 1969
  • (en) Harris, Becky, Looking For Little Green Men In Shag Harbour, Macleans Magazine, Canada, 30 décembre 2002
  • (en) Ledger, Doland, The UFO Crash at Shag Harbour, in "Unopened Files", UFO Magazine, automne 1997, réédité dans IUR, CUFOS, janvier 1998

Liens externes[modifier | modifier le code]