Incapacité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

Sur les autres projets Wikimedia :

De manière générale, l'incapacité est la réduction partielle ou totale pour une personne de la capacité d'accomplir une activité ou de jouer le rôle qu'on attend d'elle, en raison de difficultés physiques, sensorielles, intellectuelles, ou psychiques, résultant d'accidents, de déficiences, ou de troubles divers.

En droit[modifier | modifier le code]

  • en droit civil, l'incapacité désigne l'état d'une personne privée par la loi de la jouissance ou de l'exercice de certains droits.
  • en droit pénal, l'incapacité est, comme la déchéance, une mesure de sûreté consécutive à une condamnation pénale ayant pour but d'empêcher qu'une personne puisse remplir ses fonctions civiques, civiles ou de famille.

Incapacité médicale[modifier | modifier le code]

Le terme d'incapacité est également employé pour définir l'état d'une personne qui, par suite de maladie ou d'accident, se trouve dans l'impossibilité provisoire ou permanente de travailler et/ou d'effectuer certains gestes élémentaires.

On peut distinguer :

  • l'incapacité temporaire de travail, parfois appelée « interruption temporaire de travail » ce qui signifie que la personne ne peut plus ou de manière limitée travailler pendant un certain temps. Cette incapacité peut être :
    • une incapacité temporaire partielle (ITP),
    • une incapacité temporaire totale (ITT).
  • l'incapacité permanente de travail, lorsque la personne ne peut plus travailler définitivement ou tout au moins ne peut plus exercer certaines fonctions. Cette incapacité peut être :
    • une incapacité permanente partielle (IPP),
    • une incapacité permanente totale (on parle d'invalidité).
  • l'incapacité subtile, une perte de vigilance conduisant à une ou plusieurs erreurs de jugement.

L'incapacité chronique ne touche qu'une faible proportion des travailleurs lombalgiques. Pourtant, les conséquences d'une telle incapacité s'avèrent dommageables autant pour la société dans son ensemble que pour le travailleur et ses proches (absence prolongée du travail, perte de productivité, douleur incapacitante, perte de qualité de vie, difficultés conjugales et familiales, coûts d'indemnisation élevés, frais médicaux substantiels, etc.). La prévention de l'incapacité chronique demeure donc une préoccupation majeure. Des études[1] permettent toutefois de mieux comprendre la dynamique complexe du développement de l'incapacité chronique liée aux maux de dos. Elles ont récemment mis en lumière que l'exposition à des facteurs de stress, combinée à la croyance que l'activité physique est nuisible pour le mal de dos, contribue à la détresse émotionnelle d'une personne. Dans cette situation, une victime de lombalgie évite toute activité physique, ce qui a pour conséquence de favoriser l'accroissement des incapacités. La recherche révèle qu'une perception négative des pratiques en SST augmente les peurs par rapport à l'emploi; le travailleur craignant un retour au travail, de même que la possibilité de s'y blesser à nouveau.

De plus, les résultats suggèrent que l'incapacité chronique de retourner au travail serait associée à une diminution de la sécrétion des hormones préparant l'organisme à faire face au stress. Bien qu'elle devra être confirmée par d'autres études, cette hypothèse pourrait mener à déterminer quels sont les mécanismes qui expliquent, par exemple, le lien entre la détresse psychologique et l'incapacité chronique ou prolongée.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. « Études et recherches », sur irsst.qc.ca, (consulté le 13 septembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]