In Amenas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
In Amenas
Noms
Nom algérien إن أميناس
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Illizi
Daïra In Amenas
Code ONS 3306
Démographie
Population 7 385 hab. (2008[1])
Densité 0,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 28° 02′ 18″ N 9° 33′ 54″ E / 28.038349, 9.565058 ()28° 02′ 18″ Nord 9° 33′ 54″ Est / 28.038349, 9.565058 ()  
Altitude 600 m
Superficie 14 913 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de d'Illizi
Localisation de la commune dans la wilaya de d'Illizi

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
In Amenas

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
In Amenas

In Amenas (en arabe : إن أميناس) est une commune de la wilaya d'Illizi située dans le sud-est de l'Algérie, à la frontière avec la Libye. La commune a été créée à la fin des années 1950 après la découverte des gisements d'hydrocarbures qui ont entrainé le développement d'importantes structures pétrolifères d'huiles et de gaz dès les années 1960.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune d'In Amenas est située au centre-nord de la wilaya d'Illizi, à la frontière avec la Libye. Elle est limitrophe des communes algériennes de Debdeb au nord, de Bordj Omar Driss à l'ouest, Illizi au sud et du district libyen de Nalout à l'est.

Communes limitrophes d’In Amenas
Debdeb
Bordj Omar Driss In Amenas Nalout (Libye)
Illizi

L'ensemble de la commune couvre une superficie de 14 913 km2[2].

In Amenas, le chef-lieu éponyme de la commune, est situé à 265 km au nord-est d'Illizi, à 815 km au sud-est d'Ouargla[3], à 730 km au sud-est d'Hassi Messaoud et à environ 1 500 km au sud-est d'Alger[Note 1].

Les coordonnées géographiques de la commune au point central de son chef-lieu sont 28° 02′ 18″ Nord et 9° 33′ 54″ Est.

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

La commune d'In Amenas est constituée à sa création de huit localités ou implantations assimilées[4] :

  • Centre CIS
  • Zone industrielle
  • Zarzaïtine
  • Edjeleh
  • El Adeb
  • Larache
  • Saut du Mouflon
  • Ohanet

La commune compte deux principales agglomérations : son chef-lieu communal, In Amenas, et l'agglomération secondaire de Honet[5].

Relief, géologie, hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Nuvola apps kweather.png Données climatiques à In Amenas.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 5 8,4 14,1 19,3 23,4 23,1 22,9 20,7 14,9 8,9 3,9 13,9
Température moyenne (°C) 10,1 13 16,8 22,7 27,6 32,1 32 31,5 29,1 23,1 16,5 11,1 22,1
Température maximale moyenne (°C) 17,7 21,1 25,2 31,3 35,9 40,8 41 40 37,6 31,4 24,2 18,4 30,4
Nombre de jours avec gel 9 5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 4 18
Précipitations (mm) 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 2
Nombre de jours avec précipitations 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 2
Source : Chinci, statistiques sur 20 ans[6].
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
17.7
2.4
0
 
 
 
21.1
5
0
 
 
 
25.2
8.4
1
 
 
 
31.3
14.1
0
 
 
 
35.9
19.3
0
 
 
 
40.8
23.4
0
 
 
 
41
23.1
0
 
 
 
40
22.9
0
 
 
 
37.6
20.7
0
 
 
 
31.4
14.9
1
 
 
 
24.2
8.9
0
 
 
 
18.4
3.9
0
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Histoire[modifier | modifier le code]

D'un point de vue toponymique, le nom d'In Amenas d'origine tamachek ne désignait auparavant qu'un point d'eau situé aux confins de l'est du Sahara algérien, dans une zone totalement inhabitée à l'écart des pistes, jusqu'au moment où commença l'ère de la prospection pétrolière.

En 1955, le premier jaillissement du pétrole sur le territoire algérien eut lieu à Edjeleh[3], à environ 40 km du simple puits d'eau qu'était alors In Amenas. La base industrielle pétrolière d'In Amenas (composée en 1961 des ateliers et bureaux pour les personnels chargés d'exploiter environ 70 puits majoritairement à huile -pour des réserves alors estimées à 100 millions de tonnes récupérables d'huiles- d'une centrale électrique, d'installations de pompage du pipeline TRAPSA vers la Tunisie), complétée par une base de vie et un aérodrome, fut créée au début des années 1960 par la Compagnie de recherche et d'exploitation pétrolière au Sahara (CREPS), filiale du Bureau de recherche de pétrole (BRP), de la Régie autonome des pétroles (RAP) et de Royal Dutch Shell, pour remplacer la petite base d'Edjeleh Maison-Rouge implantée près du gisement de pétrole d'Edjeleh[Note 2],[7]. Cette dernière était devenue trop excentrée par rapport aux sites d'extraction et d'exploitation d'hydrocarbures — Zarzaïtine, Alrar et Tiguentourine — mais surtout une rectification de frontière[8] entre l'Algérie et la Libye avait placé une partie de la base, l'aérodrome et sa piste en territoire libyen, même si le gisement d'Edjeleh restait en territoire algérien[9]. Ce point étant cependant contesté par les experts, les nouveaux bornages ne « changeant rien à la souveraineté des gisements » et des infrastructures industrielles[10] ; de toute façon avec la nouvelle « borne G » implantée au milieu de la base de Maison-Rouge[11] la vie et les déplacements des personnels seraient devenus impossibles puisque tributaires des contrôles des autorités locales libyennes.

Depuis 2006, l'exploitation des gaz à condensat autour d'In Amenas est menée par le consortium associant l'entreprise nationale algérienne Sonatrach, British Petroleum et Statoil[12].

Le 16 janvier 2013 au matin, la base de vie du site d'exploitation située sur le site gazier de Tiguentourine (à 45 km à l'ouest d'In Amenas) est attaquée par des terroristes se revendiquant venir du nord du Mali qui prennent en otages une quarantaine d'employés occidentaux de nationalités diverses et font deux morts[13]. Cette action, qui se déroule dans le contexte du conflit malien de 2012-2013 et de l'opération Serval menée par la France depuis le 11 janvier, est plus tard revendiquée par des membres de la brigade Al-Mouthalimin. La brigade se réclame de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, un ancien chef local d'Aqmi et auparavant du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC). Elle aurait quitté le nord du Mali par le Niger dès les premières actions françaises et aurait mené son raid de 1 700 km sans être repérée[14],[15].

Article détaillé : Prise d'otages d'In Amenas.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le recensement général de la population et de l'habitat de 2008, la population de la commune d'In Amenas est évaluée à 7 385 habitants contre 5 286 en 1998[16].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges de la commune d'In Amenas en 2008 en pourcentage[17]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,04 
80 ans et +
0,07 
0,26 
70 à 79 ans
0,19 
0,97 
60 à 69 ans
0,38 
3,49 
50 à 59 ans
1,52 
5,81 
40 à 49 ans
4,13 
8,11 
30 à 39 ans
6,42 
12,67 
20 à 29 ans
8,52 
11,09 
10 à 19 ans
10,33 
13,61 
0 à 9 ans
11,97 
0,27 
nd
0,14 
Pyramide des âges de la wilaya d'Illizi en 2008 en pourcentage[18]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,27 
80 ans et +
0,21 
0,74 
70 à 79 ans
0,43 
1,4 
60 à 69 ans
0,94 
2,42 
50 à 59 ans
1,8 
5,41 
40 à 49 ans
3,77 
8,18 
30 à 39 ans
6,66 
10,96 
20 à 29 ans
9,64 
10,84 
10 à 19 ans
9,79 
13,58 
0 à 9 ans
12,67 
0,17 
nd
0,11 

Administration[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
  en cours      
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

Selon le contrat initial Sonatrach-British Petroleum (BP) datant de 1998, l'accord concerne le développement de quatre gisements de gaz humide — sur les sites de Tiguentourine, Hassi Farida, Hassi Ouan Abechu et Ouan Taredert —, avec traitement et expédition de la production (environ 50 000 barils de condensat et GPL et près de 30 millions de m3 de gaz naturel par jour) vers le centre de collecte d'Ohanet. En 2003, BP vend 50 % de ses parts au Norvégien Statoil, la vente est approuvée l'année suivante par l'État algérien, et le site entre en production en 2006[19].

En 2010, le site d'In Amenas produit 50 000 barils par jour de condensats de gaz naturel ainsi que 9 milliards de m3 de gaz naturel par an[12] soit 12 % de la production nationale de gaz[20]. In Amenas est connecté par un gazoduc de 973 km de long à Hassi R'Mel, autre site gazier algérien situé plus au nord[21] et par un pipeline de 776 km jusqu'au port de Skhira dans le golfe de Gabès en Tunisie pour l'évacuation du pétrole[3], notamment via le gazoduc Transmed de la compagnie italienne Ente nazionale idrocarburi. Le site représente 18 % des exportations gazières de l'Algérie[20].

In Amenas est le point de départ de l'oléoduc In Amenas-Haoud El Hamra (près de Hassi Messaoud) et du gazoduc In Amenas-Hassi Messaoud construit dès 1958[22],[7].

Transports[modifier | modifier le code]

In Amenas est desservie par la route nationale 3. Une série de routes conduisant vers les centres de production et les puits pétroliers et vers les bases de vie[3] se raccordent à cet axe. Le centre-ville est situé à 7 kilomètres à l'ouest de l'aéroport de Zarzaïtine - In Amenas.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sauf précision contraire, les distances données sont des distances orthodromiques, dites aussi à vol d'oiseau.
  2. Le premier pétrole d'Algérie fut découvert à Edjeleh en 1955. À la même époque de nombreuses autres compagnies telles la Société nationale de recherche et d'exploitation de pétrole en Algérie (SNREPAL), le Bureau de recherche de pétrole (BRP), la Compagnie française des pétroles-Algérie (CFP-A) et la Compagnie d'exploration pétrolière (CEP) prospectaient seules ou dans le cadre d'associations dans d'autres zones. La découverte par SNREPAL et CFP-A du gisement de Hassi-Messaoud eut lieu en juillet 1956.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya d'Illizi : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. « Informations générales sur la wilaya d'Illizi », sur www.abhs.dz, Agence de Bassin Hydrographique Sahara (consulté le 20 janvier 2013).
  3. a, b, c et d Marc Côte, Guide d'Algérie : paysages et patrimoine, Média-Plus,‎ 1996, 319 p. (ISBN 9961-922-00-X), p. 305.
  4. « Décret no 84-365 du fixant la composition, la consistance et les limites territoriales des communes », Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire, no 67,‎ 19 décembre 1984, p. 1554 (lire en ligne).
  5. Achour Cheurfi, Dictionnaire des localités algériennes : villes, villages, hameaux, qsars et douars, mechtas et lieux-dits, Alger, Casbah Éditions,‎ 2011, 1213 p. (ISBN 9789961643365), p. 642.
  6. « Temperatures in In Amenas, Algeria », sur www.chinci.com (consulté le 17 janvier 2013).
  7. a et b Du mirage au miracle : pétrole saharien par Pierre Cornet, Nouvelles Éditions Latines, 1960, p.124-125
  8. La frontière officielle était jusque-là matérialisée par une piste chamelière orientée sensiblement nord-sud. La position exacte de la frontière était en fait peu certaine à cause de l'existence sur le terrain de diverses pistes secondaires, variantes de la piste officielle.[réf. nécessaire]
  9. Accord du 26 décembre 1956 entre la République française et le Royaume de Libye, pour la délimitation de Ghadamès à Ghat. Le bornage fut réalisé sur le terrain en 1958 http://www.dur.ac.uk/resources/ibru/conferences/thailand/algeria.pdf.[réf. nécessaire]
  10. L'unité de gisement : Hydrocarbures et autres matières minérales - Logiques juridiques par Jean-Pierre Bouvet, éditions L'Harmattan, 2005, (ISBN 9782296379770), p.60-61.
  11. Sahara, Secteur Oriental, IGN carte générale au 1:200.000
  12. a et b (en) Oxford Business Group, The Report: Algeria 2010, Oxford Business Group,‎ 2010 (ISBN 9781907065125, lire en ligne), p. 52.
  13. Prise d'otage sur un site pétrolier BP en Algérie dans Libération du 16 janvier 2013.
  14. Mokhtar Belmokhtar, le chef jihadiste derrière la prise d'otage ? dans Libération du 16 janvier 2013.
  15. (en) Two killed after militants take western contractors hostage in Algeria raid dans The Guardian du 16 janvier 2013.
  16. (en) - In Amenas (Geohive)
  17. Wilaya d'Illizi — Population résidente par age et par sexe. Consulté le 17 janvier 2013.
  18. Wilaya d'Illizi — Population résidente par age et par sexe. Consulté le 17 janvier 2013.
  19. Une part importante dans les exportations de gaz naturel dans El Watan du 17 janvier 2013.
  20. a et b Le site d'In Amenas représente 18 % des exportations de gaz algérien dans Le Monde du 17 janvier 2013.
  21. (en) Soala Ariweriokuma, The Political Economy of Oil and Gas in Africa: The Case of Nigeria,‎ 2009 (ISBN 9780415464840, lire en ligne), p. 13
  22. Cartes des pipelines dans le monde, « Carte des pipelines en Afrique du nord: Algérie, Égypte, Libye, Soudan, Tunisie, Maroc - Oléoducs, gazoducs et produits dérivés », www.GeoMondiale.fr (consulté le 19 janvier 2013)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :