Inès Boubakri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Inès Boubakri
Inès Boubakri à la coupe du monde de fleuret féminin 2014.
Inès Boubakri à la coupe du monde de fleuret féminin 2014.
Carrière sportive
Sport pratiqué Escrime
Période d'activité Depuis 2000
Arme Épée
Fleuret
Main Gauche
Club  Association sportive de Bourg-la-Reine
Biographie
Nationalité Tunisienne
Naissance (33 ans)
Lieu de naissance Tunis, Tunisie
Taille 1,67 m (5 6)
Poids 56 kg (123 lb)
Palmarès
Jeux olympiques 0 0 1
Championnats du monde 0 0 2
Championnats d'Afrique (Ind.) 13 5 5
Championnats de Tunisie 7 0 0

Inès Boubakri (arabe : إيناس بوبكري), née le 28 décembre 1988 à Tunis, est une escrimeuse tunisienne pratiquant l'épée et le fleuret individuel.

Avec une médaille de bronze remportée aux Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro, Inès Boubakri marque l'escrime africaine en devenant la première escrimeuse du continent médaillée aux jeux et la première médaillée olympique pour l'escrime tunisienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle commence à pratiquer l'escrime dès l'âge de cinq ans, suivant sa mère, l'escrimeuse Henda Zaouali[1]. Faute de moyens, elle quitte son pays pour la France et s'engage dans le club de Bourg-la-Reine à l'âge de 19 ans, sous la direction de l'entraîneur Yann Detienne[1].

Boubakri remporte son premier titre international au fleuret aux championnats d'Afrique 2003 à Dakar[2].

Elle est l'une des rares escrimeuses à pratiquer deux armes différentes au plus haut niveau, ce qui lui permet dès 2008 de décrocher les titres de championne d'Afrique de fleuret individuel et d'épée par équipes lors des championnats d'Afrique à Casablanca. Elle représente la Tunisie aux Jeux olympiques de 2008 à Pékin, où elle dispute l'épreuve du fleuret féminin individuel. Elle perd cependant son premier duel préliminaire contre l'escrimeuse canadienne d'origine chinoise et ancienne médaillée olympique Luan Jujie, sur un score de 9-13[3].

Aux Jeux olympiques de 2012 à Londres, Boubakri se qualifie pour la seconde fois à l'épreuve du fleuret féminin individuel. Cette fois, elle remporte ses duels préliminaires contre l'Américaine Nicole Ross et la Française Astrid Guyart[4]. Boubakri atteint les quarts de finale, où elle est éliminée par l'Italienne et trois fois championne olympique Valentina Vezzali, sur un score de 7-8[5],[6].

Montant le plus souvent sur la plus haute marche du podium des championnats d'Afrique, à l'épée ou au fleuret, en individuel ou par équipes entre 2009 et 2014, Boubakri décroche une première médaille mondiale, en bronze, lors des championnats du monde de Kazan ne s'inclinant qu'en demi-finale face à l'Italienne Martina Batini[7].

Aux Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro, elle remporte ses duels préliminaires contre l'Égyptienne Noura Mohamed et la Japonaise Shiho Nishioka puis les quarts de finale contre la Canadienne Eleanor Harvey ; elle remporte la petite finale contre la Russe Aida Shanayeva après avoir été écartée de la finale par l'Italienne Elisa Di Francisca[8],[9]. Elle décroche ainsi une médaille de bronze, obtenant ainsi la première médaille olympique pour l'escrime tunisienne et pour une escrimeuse africaine[1],[7].

Toujours titrée ou médaillée au fleuret et à l'épée aux championnats d'Afrique entre 2015 et 2017, elle décroche un 12e titre individuel au fleuret et une médaille de bronze à l'épée aux championnats 2018 à Tunis, en complétant son palmarès d'un nouveau titre au fleuret et d'une médaille d'argent à l'épée en équipe[10].

Le 9 juillet 2021, elle est nommée porte-drapeau de la délégation tunisienne aux Jeux olympiques de 2020 à Tokyo par le Comité national olympique tunisien, avec le joueur de volley-ball Mehdi Ben Cheikh[11].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Inès Boubakri est la fille de Henda Zaouali, une escrimeuse qui a notamment participé aux Jeux olympiques de 1996[1]. Elle a épousé le fleurettiste français Erwann Le Péchoux[1] en 2014[9].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Épée féminine[modifier | modifier le code]

Fleuret féminin[modifier | modifier le code]

Inès Boubakri (avec son mari assis à ses côtés) au stade olympique Nilton-Santos (2016) pour voir la course du 3 000 m steeple féminin.

Sabre féminin[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Stéphanie Trouillard, « JO-2016 : l'escrimeuse tunisienne Inès Boubakri en bronze, une première pour une Africaine », sur france24.com, (consulté le ).
  2. « Rapport moral 2003 » [PDF], sur fie.org (consulté le ).
  3. (en) « Women's Individual Foil – Round of 64 » [archive du ], sur 2008.nbcolympics.com (consulté le ).
  4. (en) « Lochte captures first U.S. gold; China nets four », sur edition.cnn.com, (consulté le ).
  5. (en) « Women's Individual Foil – Quarterfinals », sur london2012.com (consulté le ).
  6. (en) « Triple Olympic champion Valentina Vezzali survived a close quarterfinal match », sur fie.org (consulté le ).
  7. a et b « Ines Boubakri (meilleure sportive 2016) : “c'est un titre très significatif” », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le ).
  8. « Rio 2016- Escrime: Ines Boubakri remporte la médaille de Bronze en fleuret », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le ).
  9. a et b « Qui est Ines Boubakri, première Tunisienne à décrocher une médaille à Rio ? », sur femmesdetunisie.com (consulté le ).
  10. Maher Chaabane, « Championnats d'Afrique d'escrime : belle moisson de médailles pour la Tunisie », sur webdo.tn, (consulté le ).
  11. « Tunisie : deux porte-drapeaux aux Jeux Olympiques », sur kawarji.com, (consulté le ).
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Inès Boubakri » (voir la liste des auteurs).

Liens externes[modifier | modifier le code]