Imprimerie Union

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Union.

L’Imprimerie Union, dite aussi « Kooperativnaïa typografia soïouz », est une imprimerie française d’art moderne et contemporain en activité de 1910 à 1995 à Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

Les années russes[modifier | modifier le code]

L’Imprimerie Union est fondée à Paris entre la fin de l’année 1909 et le début de 1910, par les deux émigrés russes Volf Chalit (1878-1956) et Dimitri Snégaroff (1885-1959)[1]. Très peu d’éléments biographiques sont disponibles à leur sujet[2]. Proches, dans ses années d’exil parisien, de Lénine[3], les deux typographes installent au 3, rue Beaunier, la « Kooperativnaïa tipografia soïouz », francisée deux ans plus tard en « Imprimerie Union ». L’entreprise travaille dans les années dix essentiellement pour la communauté russe parisienne et notamment pour les éditeurs de littérature, de linguistique et de politique, dont Jacques Povolozky, Lazare Rodstein et Vladimir Bourtzeff. Elle imprime de nombreux ouvrages dont certains de Plékhanov, Landau-Aldanov, et des revues politiques : Le Drapeau prolétarien, L’Avenir, Naché echo, Le soldat citoyen russe en France, puis plus tard Les Annales contemporaines.

1913 — 1950 : d’Apollinaire à Aimé Maeght[modifier | modifier le code]

Toutefois, dès 1913, l’imprimerie déménage au 46, boulevard Saint-Jacques avec son matériel composé alors de huit machines à imprimer, deux fondeuses, et quatre composeurs[1]. Elle diversifie sa production avec l’impression de la deuxième série de la revue Les Soirées de Paris, revue nouvellement reprise par deux russes, la baronne d’Oettingen connue en France comme écrivain sous le nom de Roch Grey, comme peintre sous le nom d’Édouard Angiboult, comme critique sous celui de Léonard Pieux, et son cousin le peintre Serge Férat de son vrai nom Serge Yastrebzoff également poète sous le nom de Jean Cérusse (ces Russes), ainsi que par Guillaume Apollinaire[4] qui y fait imprimer ses premiers calligrammes. Après l'essor de l'activité, l'entreprise est transformée en société en « nom collectif » le et les ateliers sont transférés au 13, rue Méchain en 1925 où ils seront en activité jusqu'en 1995[1],[5].

La publication qui devient la référence majeure en ce début de siècle de l’art moderne, va désormais drainer durant une grande partie du siècle, les principaux acteurs du circuit artistique parisien vers l’Imprimerie Union. Ainsi, Paul Guillaume y fait imprimer sa revue Les Arts à Paris (1919-1935) ; Florent Fels et Marcel Sauvage, Action (1920-1922); Serge Romoff, actif animateur de manifestations artistiques et poétiques dans le Paris de Montparnasse, et surtout chef d’atelier à l’Imprimerie Union, sa revue Oudar (1922-1924) à laquelle participe Iliazd[6] ; Léonce Rosenberg, le Bulletin de l’Effort moderne (1924-1926); Christian Zervos, les Cahiers d’art (1926-1933); et, à partir du dernier numéro de La Révolution Surréaliste (1929), les Surréalistes fréquentent régulièrement l’imprimerie pour divers tracts et manifestes ainsi que pour la publication du surréalisme au service de la Révolution (1930-1933) et pour Minotaure à partir du n°7 (1935-1939). À la fin des années trente et au début des années quarante, les éditeurs Albert Skira, René Drouin, Aimé Maeght et Pierre Seghers, puis à partir de 1950 San Lazarro[7], se dirigent vers Union qui se spécialise progressivement vers des travaux d’art en matière de typographie[8]. À partir de 1936, André Schiffrin (fils de Jacques Schiffrin) confie à l'Union l'impression des volumes de la Bibliothèque de la Pléiade (la reliure étant assurée par les Ateliers Babouot) qui durera jusqu'en 1956, malgré les problèmes rencontrés par tous les émigrés russes, et souvent juifs, durant la Seconde Guerre mondiale[1]. Sous la pression de l'aryanisation forcée des entreprises par les Allemands, l'imprimerie est l'objet tout d'abord d'une vente fictive, sur les conseils de Jean Paulhan, au lithographe Fernand Mourlot en décembre 1940, Chalit et Snégaroff devenant officiellement techniciens[1].

1950 — 1995 : une typographie d’art[modifier | modifier le code]

En 1950, lorsque Louis Barnier[9], tout jeune professeur de littérature qui vient de se marier à Lucie Strouzer, la petite-fille de Chalit, arrive dans l’imprimerie, l’entreprise produit des livres, des catalogues d’exposition et autres imprimés d’art, réalise quelques travaux publicitaires, et commence tout juste à travailler pour les institutions culturelles et les musées[10]. L’imprimerie s’illustre par la suite plus particulièrement au côté des éditeurs de livres d’art dont Louis Broder, Jeannine Crémieux et ses éditions Au Vent d’Arles, Jean Hugues, Claude Givaudan, Pierre-André Benoît, Le Club français du livre, et travaille aussi comme à ses débuts, pour la plupart des galeristes d’art parisien dont Heinz Berggruen, Huguette Berès, Paul Durand-Ruel, Rodolphe Stadler et Claude Bernard. Les revues d’art qui avaient fait jusqu’alors la renommée de l’Imprimerie Union, sont remplacées sur ses presses par les revues de littérature et de poésie qui animent l’actualité de l’époque. Ainsi à partir du n° 2 de 1967, L’Éphémère, puis à partir de 1973, les quatorze premiers numéro d’Argile, revues toutes les deux éditées chez Maeght. On trouve ensuite un certain nombre de publications pour les éditions Clivages et celles de La Délirante de Fouad El Etr, dont plusieurs numéros de leurs deux revues respectives. Union se charge également entre 1964 et 1973 de l’impression de la revue L’Art brut de Jean Dubuffet. En matière de livres illustrés, l’imprimerie travaille pour le Cercle d’art (1951-1983), les experts F. De Nobele et Pierre Berès, la Réunion des musées nationaux, la Caisse nationale des monuments historiques et des sites, les éditions du Chêne, Paris audiovisuel et Créaphis. D’une manière générale, les deux-tiers de son activité sont liés au domaine artistique et littéraire.Vendue au début de l’année 1989, l'Imprimerie Union continuera cependant de fonctionner avant de cesser définitivement son activité en 1995.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e La « Bibliothèque de la Pléiade » et l'Imprimerie Union, dans la Lettre de la Pléiade no 50 de février/mars 2013, p.4.7
  2. Chalit naît au mois d’octobre 1878 à Moscou et se trouve entre 1902 et 1906 à Vilnius, ville où il se marie. Snégaroff naît quant à lui le 3 janvier 1880 à Vitebsk. Dimitri Snegaroff naît donc sept ans avant Marc Chagall dans la même ville.
  3. Ils seraient tous les deux à Paris vers 1907 même si certains historiens dont Gérard Cogniot (Cogniot, Gérard, Quand Lénine vivait à Paris, Club Messidor, Paris, 1967) pensent qu’ils étaient dans ces années à Genève dans l’entourage de Lénine. Auquel cas, il se pourrait qu’ils soient les deux typographes (toujours en suivant la thèse de Cogniot) à suivre le révolutionnaire à la fin de l’année 1908 lorsque celui-ci poursuit son exil vers la capitale française. Dans son livre Lénine à Paris, Aline, directeur à partir de 1911 de l’Imprimerie-Expédition du Social-Démocrate, ne cite pas les noms de Chalit et Snegaroff, mais ceux de Vladimir et de Riskine comme les deux typographes en question. Si l’on suit cette piste, ils travailleraient dans l’« Imprimerie du parti Social-démocrate russe » du 8, rue Antoine-Chantin que Lénine s’empresse de mettre en place à son arrivée. Il est également possible que les deux Russes aient déjà été à Paris lorsque Lénine rejoint la capitale et qu’ils travaillent en effet dès ce moment dans l’imprimerie du parti
  4. La revue Les Soirées de Paris est créée en février 1912 par André Billy, André Salmon, André Tudesq et René Dalize qui, désireux de soutenir Apollinaire affaibli à la suite de nombreuses affaires dont le vol des statuettes du Louvre, voulurent lui offrir une tribune littéraire. Mais l’entreprise connaît des difficultés financières, et c’est Apollinaire lui-même qui proposa son rachat à André Billy un an et demi après le lancement de la revue, aidé en cela par la fortune de ses deux amis russes.
  5. Les Années russes sur le site de l'Imprimerie Union.
  6. Voir aussi le n° 7 des Carnets de l'Iliazd Club consacré aux rapports de l'Imprimerie Union et du poète-artiste : http://www.lekti-ecriture.com/blogs/alamblog/index.php/post/2010/06/26/Iliazd-et-l-Imprimerie-Union
  7. Après Minotaure Albert Skira fait imprimer chez Union un certain nombre d’ouvrages des Trésors de la peinture française ; René Drouin, la plupart des catalogues de sa galerie publiés entre 1943 et 1949 ; Aimé Maeght entre 1947 et 1959, les 115 premiers numéros de Derrière le miroir ; Pierre Seghers, ses premiers livres d’art, et San Lazarro, les seize premiers numéros de XXe siècle parus entre 1951 et 1961.
  8. Un grand nombre d’artistes et de poètes comme André du Bouchet viendront chez Union afin de faire imprimer ceux de leurs poèmes pour lesquels le choix du caractère et l’agencement sur la page de leurs écrits étaient primordiaux.
  9. Père du monteur de cinéma français Luc Barnier
  10. L’Imprimerie Union réalise ainsi des catalogues, des affiches et des cartes postales pour le musée national d'art moderne, le musée de l’Orangerie, le musée du Louvre, la Galerie nationale du Grand Palais, la BNF.

Liens externes[modifier | modifier le code]