Impressions d'Afrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Impressions d'Afrique
Image illustrative de l'article Impressions d'Afrique
Couverture de l'édition de 1932
(édition de luxe sur japon)

Auteur Raymond Roussel
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Alphonse Lemerre (1910)
Lieu de parution Paris
Date de parution 1909 dans
Le Gaulois du dimanche
Nombre de pages 457

Impressions d'Afrique est un roman de Raymond Roussel, publié d'abord en feuilleton en 1909 puis en volume en 1910 .

Historique de la publication[modifier | modifier le code]

L'origine du roman est un court texte de Raymond Roussel intitulé Parmi les Noirs[1]. Impression d'Afrique est d'abord publié, à compte d'auteur, en feuilleton dans l'hebdomadaire Le Gaulois du dimanche du numéro 82 des 10-11 juillet 1909 au numéro 101 des 20-21 novembre 1909. Cette publication est accélérée à partir de fin octobre, probablement parce que les lecteurs se désintéressent de ce texte. Le roman est ensuite publié en un volume, toujours à compte d'auteur, aux éditions Lemerre[2]. Cette édition diffère de la version publiée en feuilleton par de nombreuses corrections qui concernent la ponctuation, des suppressions de répétitions et des enrichissements du texte[3].

Résumé[modifier | modifier le code]

Le paquebot Lyncée fait naufrage près des côtes africaines. Les naufragés, dont le narrateur, sont capturés par l'armée de l'empereur Talou VII. En attendant leur libération, ils préparent une série de numéros pour un spectacle intitulé « Le gala des incomparables »[4]. Le lendemain de celui-ci, ils sont libérés[5]. Dans le texte, le récit du gala précède la présentation des personnages, le naufrage, la capture et les explications des numéros qui dans un premier temps apparaissent comme extraordinaires. D'ailleurs, Raymond Roussel indiquait qu'il fallait lire le roman à partir de la page 147, soit la seconde partie avant la première[4].

Analyse[modifier | modifier le code]

L'œuvre est construite selon des contraintes que Raymond Roussel s'est imposées[5].

Réception[modifier | modifier le code]

L'œuvre ne trouva pas son public tout de suite. Au printemps 1912 est présenté au Théâtre Antoine l'adaptation par Roussel lui-même de son livre, à laquelle assistera Guillaume Apollinaire, Francis Picabia, Gabrielle Buffet et Marcel Duchamp[6].

Son importance fut reconnue par les surréalistes, puis, bien plus tard, par Alain Robbe-Grillet et l'Oubapo[5].

Ce livre aurait également inspiré Marcel Duchamp pour la composition de son œuvre Le Grand Verre (1916-1923).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions modernes[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

  • (en) Raymond Roussel, Impressions of Africa, Londres, Dalkey Archive Press, , 280 p. (ISBN 978-1-564-78624-1), traduit par Mark Polizzotti,
  • (en) Raymond Roussel, Impressions of Africa, Richmond, Alma Classics, , 224 p. (ISBN 978-1-847-49270-8), traduit par Rayner Heppenstall et Lindy Foord

Critique et analyse[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ginette Adamson, Le procédé de Raymond Roussel, Rodopi, , 104 p. (ISBN 9789062039753, lire en ligne), p. 27
  2. Myriam Boucharenc, L’universel Reportage, Paris, L'âge d'homme (édition), , 303 p. (ISBN 9782825119570, lire en ligne), p. 124
  3. Myriam Boucharenc, L’universel Reportage, Paris, L'âge d'homme (édition), , 303 p. (ISBN 9782825119570, lire en ligne), p. 128-129
  4. a et b Ginette Adamson, Le procédé de Raymond Roussel, Rodopi, , 104 p. (ISBN 9789062039753, lire en ligne), p. 30
  5. a, b et c Gerald Prince, Guide du roman de langue française : 1901-1950, vol. 1, University Press of America, , 333 p. (ISBN 9780761821960, lire en ligne), p. 59-60
  6. Catalogue « Apollinaire, le regard du poète », exposition au musée de l'Orangerie, Paris, avril-juillet 2016.