Balsamine de l'Himalaya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Impatiens glandulifera)
Aller à : navigation, rechercher

Impatiens glandulifera

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Himalaya (homonymie).

La Balsamine de l'Himalaya, Balsamine glanduleuse, Impatiente de l'Himalaya, Impatiente glanduleuse (Impatiens glandulifera) est une plante herbacée annuelle de la famille des Balsaminaceae.

Description[modifier | modifier le code]

La Balsamine de l'Himalaya est une grande plante glabre pouvant atteindre deux mètres de haut, ce qui fait d'elle la plus grande annuelle d'Europe[1]. Ses feuilles nettement dentées sont opposées ou verticillées. Les fleurs sont roses, parfois presque blanches, rouges ou pourpres en grappes lâches, odorantes, à éperon court. Les graines sont contenues dans des capsules allongées qui éclatent à maturité par détente de la tige capsulaire, projetant violemment les graines jusqu'à cinq mètres[2].

Organes reproducteurs
Graine
Les fruits
Habitat et répartition

Données d'après : Julve, Ph., 1998 ff. - Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France. Version : 23 avril 2004.

Répartition[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, la Balsamine de l'Himalaya est native de l'Himalaya. En 1839, elle fut introduite en Europe comme plante ornementale, dans les jardins de Kew[3]. Elle fut signalée comme naturalisée en Angleterre en 1855[4]. Aujourd'hui, elle est présente dans presque tous les pays européens [5],[6], de même qu'en Amérique du Nord[1] et en Nouvelle-Zélande[7]. Elle est généralement considérée comme envahissante dans les régions où elle est naturalisée.


Écologie[modifier | modifier le code]

La Balsamine de L'Himalaya croît en colonies denses sur les sols humides en milieu ouvert ou légèrement ombragé. On la retrouve essentiellement en milieux forestier et riparien[6],[8].

Les fleurs peuvent être pollinisées par les insectes , qui sont attirés par l'importante production de nectar, ou autopollinisées. Chaque individu peut produire jusqu'à 2500 graines[9], qui sont dispersées par l'explosion de leur capsule et par hydrochorie[6].

Espèce envahissante[modifier | modifier le code]

D'abord introduite dans différentes régions du monde pour son apparence agréable, la Balsamine de l'Himalaya s'est rapidement naturalisée et est désormais considérée une espèce envahissante dans plusieurs pays. Au Canada, elle est un problème dans plusieurs provinces dont l'Ontario[10], la Colombie-Britannique[11] et l'Alberta[12]. Elle est aussi désignée envahissante à Cuba[13], aux États-Unis dans l'état de Washington[14], ainsi que dans plusieurs pays européens comme la Belgique[15] .

Le potentiel envahissant de la Balsamine de l'Himalaya serait dû à son importante production de graines et de nectar, sa grande taille et sa plasticité phénotypique[16]. On soupçonne aussi qu'elle inhibe la croissance des autres plantes par allélopathie[17].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Toney, J.C., P.M. Rice & F. Forcella. 1995. Exotic plant records in the Northwest United States 1950-1996 : an ecological assessment. Northwest Science 72(3):198-213.
  2. Fitch, I. C. 1976. Dispersal of Himalayan balsam, Impatiens glandulifera. North Western Natur., 13.
  3. Beerling, D.J. 1993. The impact of temperature on the northern distribution limits of the introduced species Fallopia japonica and Impatiens glandulifera in north-west Europe. Journal of Biogeography 20:45–53.
  4. Beerling, D.J., J.M. & Perrins. 1993. Biological flora of British Isles: Impatiens glandulifera Royle (Impatiens roylei Walp.). J. Ecol. 81:367-82.
  5. Grime, J. P., J.G. Hodgson R. & Hunt. 1988. Comparative plant ecology. A functional approach to common British species. Unwin Hyman, Londres.
  6. a, b et c Pyšek, P., & K. Prach. 1995. Invasion dynamics of Impatiens glandulifera- a century of spreading reconstructed. Biological Conservation 74:41-48.
  7. Weber, 2002.
  8. Hejda, M. 2004. Charakteristika populacía vyskytu Impatiens glandulifera na Krivoklátsku. Zpr. Ces Bot. Spolec. 39:431–452.
  9. Koenies & Glavac 1979.
  10. (en) « Himalayan Balsam », sur Ontario's Invading Species Awareness Program, http://www.invadingspecies.com/invaders/plants-terrestrial/himalayan-balsam/ (consulté le 16 octobre 2016)
  11. (en) « Himalayan Balsam », sur Invasive Species Council of British Columbia, Invasive Species Council of British Columbia (consulté le 16 octobre 2016)
  12. (en) « Fact Sheets », sur Alberta Invasive Species Council, Alberta Invasive Species Council (consulté le 16 octobre 2016)
  13. (es) R. Oviedo Prieto, P. Herrera Oliver, M.G. Caluff et al., « Lista nacional de especies de plantas invasoras y potencialmente invasoras en la República de Cuba - 2011 », Bissea, vol. 6, no NE 1,‎ , p. 22-96 (lire en ligne)
  14. (en) « Introduced, Invasive, and Noxious Plants », sur United States Department of Agriculture, United States Department of Agriculture (consulté le 19 janvier 2017)
  15. (en) « Impatiens glandulifera - Indian Balsam », sur Invasive Species in Belgium (consulté le 19 janvier 2017)
  16. (en) Hana Skálová, Vendula Havlíčková et Petr Pyšek, « Seedling traits, plasticity and local differentiation as strategies of invasive species of Impatiens in central Europe », Annals of Botany, vol. 110,‎ , p. 1429-1438 (lire en ligne)
  17. (en) N. Vrchotová, B. Šerá et J. Krejčová, « Allelopathic activity of extracts from Impatiens species », Plant, Soil and Environment, vol. 57, no 2,‎ , p. 57-60 (lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]