Immeuble Bergeret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Immeuble Bergeret
Image dans Infobox.
Vue générale
Présentation
Destination initiale
Style
Construction
Propriétaire
propriété de l'État
Patrimonialité
Localisation
Pays
Gde Région
Région
Département
ville
Adresse
Coordonnées

L'hôtel Bergeret est un hôtel particulier dessiné dans le style École de Nancy par l'architecte Lucien Weissenburger.

Construits entre 1903 et 1905 pour l'imprimeur Albert Bergeret, les murs accueillent aujourd’hui des services de l'Université de Lorraine.

Situation[modifier | modifier le code]

Le bâtiment est situé 24 rue Lionnois à Nancy.

Description[modifier | modifier le code]

Vitrail de Joseph Janin dans le jardin d'hiver de l'hôtel Bergeret.

L'hôtel Bergeret présente une façade animée. Une structure métallique novatrice renforce les planchers. L'union des arts est ici pleinement réalisée, puisque Louis Majorelle, Eugène Vallin, Victor Prouvé, Joseph Janin et Jacques Grüber participent à la finition de l'édifice. Louis Majorelle réalise les grilles du portail, aujourd'hui disparues, la porte d'entrée, la rampe d'escalier et les balcons. Le portail, aujourd'hui détruit, présentait une décoration stylisée, à la symétrie marquée, portant des monnaies du pape. Le reste de la clôture, déplacé à Ménil-Flin, permet de s'en faire une idée. La ferronnerie architecturale, encore en place, présente aussi une structure décorative portant des pièces de tôle découpées[1].

La monnaie du pape constitue le thème décoratif rassembleur. La décoration végétale de la ferronnerie est moins exubérante qu'à la villa Majorelle, plus structurée. Grâce à une restauration assez récente, l'intérieur de l'édifice et les ferronneries sont en excellent état.

L'ébéniste et ferronnier Louis Majorelle fournit l'ensemble des ferronneries et la cheminée du salon. L'ébéniste Eugène Vallin réalise la cheminée du cabinet de travail, le plafond et la cheminée de la salle à manger. Le peintre verrier Jacques Grüber réalise cinq verrières :

  • au rez-de-chaussée pour le petit salon
  • dans le cabinet de travail
  • pour le jardin d'hiver le vitrail en plafond
  • dans le hall
  • au premier étage celui garnissant la baie sur la terrasse

Le peintre verrier Joseph Janin exécute trois ensembles de verrières : au rez-de-chaussée celles du jardin d'hiver, aux premier et deuxième étages, celles des impostes des portes, la verrière en imposte dans la cloison vitrée du jardin d'hiver provient de l'usine. Enfin le peintre Victor Prouvé exécute la grande toile du plafond du hall actuellement déposée[2].

Les ferronneries extérieur sont réalisées par Eugène Soutif [3]

Classement[modifier | modifier le code]

Il a été inscrit aux monuments historiques le pour ses façades et toitures, puis le dans son intégralité, avant d'être classé le [1].

Apparitions[modifier | modifier le code]

En 2012, plusieurs scènes du film L'Étrange Couleur des larmes de ton corps y ont été tournées, ainsi qu'à la villa Majorelle[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Immeuble Bergeret », notice no PA00106234, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. « Maison Bergeret », notice no IA54000059, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. « la maison Bergeret », sur stanislasurbietorbi.com (consulté le 23 octobre 2020).
  4. Xavier Frère, « Majorelle, la villa de l'angoisse », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).

Sur les autres projets Wikimedia :

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources centrées :

  • Frédéric Descouturelles (préf. Michel Boulangé), La maison Bergeret, 1903-1904 : Histoire et visite d'une maison exemplaire de l'École de Nancy, Nancy, Presses universitaires de Nancy, coll. « Immeubles, demeures, édifices », , 95 p. (ISBN 2-86480-553-7).
  • Frédéric Descouturelles, « La Maison Bergeret », Le Pays lorrain, vol. 73, no 1,‎ , p. 51–56 (lire en ligne).
  • Roselyne Bouvier et Francis Roussel, Maison Bergeret, Nancy, Meurthe-et-Moselle, Nancy, Service régional de l'Inventaire général de Lorraine, et Metz, Serpenoise, coll. « Itinéraires du patrimoine » (no 199), 1999, 18 p. (ISBN 2-913411-06-1).
  • Marie-Claire Brunner et Véronique Lercher, Il était une fois la maison Bergeret, Paris, Messene, coll. « Art nouveau / Architecture », , 29 p. (ISBN 2-911043-90-1).
  • Frédéric Descouturelle et Denise Bloch, Zoom sur la Maison Bergeret : Un autre regard sur le génie créatif des artisans de l'École de Nancy, Nancy, Association d'idées, coll. « Zoom », , 107 p. (ISBN 978-2-9522757-7-4).
  • Olivier Romac, La maison Bergeret et les artistes de l'École de Nancy, Dombasle-sur-Meurthe, Brindille, , 47 p. (ISBN 978-2-9564481-2-9).

Autres sources :

  • Francis Roussel, Les arts du fer en Lorraine, Le fer dans l'architecture Art Nouveau, Pont-à-Mousson, Centre culturel des Prémontrés, .
  • Francis Roussel, Nancy : Architecture 1900, Metz, Serpenoise, coll. « Itinéraires du patrimoine » (no 23), (ISBN 2-87692-134-0), p. 16.

Liens internes[modifier | modifier le code]

> Art nouveau à Nancy

Liens externes[modifier | modifier le code]