Imhotep (producteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Imhotep (homonymie).
Imhotep
Nom de naissance Pascal Perez
Naissance (59 ans)
Alger, Algérie
Activité principale Compositeur, producteur, beatmaker, mixeur
Genre musical Rap français, hip-hop, trip hop, dub, musiques du monde
Instruments Séquenceur, sampler (Akai MPC 3000, EMUSP 1200), clavier (KORG Trinity, EMU E4K, Nordlead), Pro-Tools, Logic Pro 8
Années actives Depuis 1988
Site officiel imhotepofficial.com

Imhotep, de son vrai nom Pascal Perez, né le à Alger, est un compositeur, producteur, beatmaker et mixeur français. Il est l'architecte musical du groupe de rap marseillais IAM. Il évolue toutefois en parallèle dans différents styles musicaux[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Pascal Perez est issu d'une famille d'origine espagnole. Avant de rejoindre IAM à la fin des années 1980[2], Perez pratique la musique dans différents groupes de blues, rock, reggae et de funk. C'est en s’initiant aux premières boîtes à rythmes et aux premiers samplers, que l'artiste prend conscience de l'immense étendue de la musique électronique. Dès lors, il a largement participé à donner à IAM sa couleur musicale. Imhotep se revendique le premier beatmaker à utiliser des samples de musique méditerranéenne ou orientale.

En parallèle à ses activités dans le hip-hop, Imhotep publie un album instrumental en 1998, intitulé Blue Print, mixé et enregistré au Maroc, à Essaouira[3]. Imhotep est séduit par l'ambiance des rues de la cité et intègre à ses compositions ces rencontres sonores qui donneront le son si particulier de cet album. Celui-ci aura alors une réelle profondeur musicale et rythmique (se rapprochant de la lounge, du reggae et du dub), avec des influences de musique gnawa et nord-africaine. Avec son label Kif-Kif Production, il produit l'album Chroniques de Mars en 1998 et le premier album solo de Faf La Rage, C'est ma cause, en 1999[4].

L'année 2005 marque l'adhésion d'Imhotep au collectif Desert Rebel, une participation sur des projets musicaux en lien avec le guitariste touareg Abdallah ag Oumbadougou. Il produit ensuite les musiques du second opus des Chroniques de Mars en 2006, un album mettant en valeur les différents artistes de la scène rap marseillaise (Black Marché, Carré Rouge, Beretta, Chiens de paille, Troisième œil, Ligne 26, La Sale Équipe, Keny Arkana et bien d'autres encore). En 2008, Imhotep réalise la bande sonore du film, Les Barons de Nabil Ben Yadir ; l'album du film est publié le [5].

En mai 2012 sort le deuxième projet solo de l'architecte, Kheper[6]. Il renoue avec la tradition ancestrale initiée sur Blue Print, un album entièrement instrumental ne correspondant à aucune étiquette connue, et pour lequel Imhotep propose « ethnotronica », musique électronique inspirée des musiques du monde[6]. En 2014, il publie son album Kheper Dub[7].

Engagement militant[modifier | modifier le code]

Imhotep est engagé dans de nombreux mouvements comme Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne , Survie (association) , SOS Méditerranée , Réseau éducation sans frontières, Bibliothèques sans frontières , Greenpeace , Boycott, désinvestissement et sanctions , Décoloniser les arts , Kokopelli (association) , Droit au logement (association) , Terre des hommes (association) , Commerce équitable , Alternatiba (mouvement écologiste) , CADTM.

Pour Imhotep, le colonialisme est une histoire sans fin, qui se poursuit par le néo-colonialisme : Il y a plus de 2000 ans, les romains inventaient l'Impérialisme. Il y a 500 ans, la mondialisation de l’économie débutait avec le Commerce triangulaire . Il y a 60 ans, après les "indépendances" des anciennes colonies, se mettait en place le Néocolonialisme. Selon Imhotep, le combat de l'Anticolonialisme est donc toujours d'actualité , en Palestine comme au Kurdistan , en Tchétchénie comme au Tibet , au Dakota comme en Amazonie . Imhotep se revendique foncièrement anti-raciste, anti-colonialiste, écologiste et anti-capitaliste. C'est à dire partisan d’une économie de marché sociale, solidaire, équitable (et locale quand c’est possible). Son anti-capitalisme dénonce les dérives de l’ultra-libéralisme et la dictature de la finance mondialisée.

En 2019, il co-signe dans Mediapart un appel au boycott[8] de l'Eurovision à Tel Aviv.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1998 : Blue Print
  • 1998 : Chroniques de Mars Vol. 1
  • 1999 : Chroniques d'Alger (promo sampler)
  • 2001 : Breakin' Beat
  • 2006 : Chroniques de Mars Vol. 2
  • 2010 : Les Barons (bande-son)
  • 2012 : Kheper
  • 2013 : Kheper Dub
  • 2014 : Kheper Wax

Albums collaboratifs[modifier | modifier le code]

Participations[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Erik Truffaz - Mantis
  • 2002 : Marseille Reggae All Stars
  • 2006 : Desert Rebel vol. 1
  • 2007 : Desert Rebel vol. 2 - Ishumars Les Rockers Oubliés Du Désert
  • 2008 : Idir - Marche sur Jérusalem avec Akhénaton (La France des couleurs)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Rof, Stéphan Muntaner, Fred Guilledoux et Didier Deroin, IAM : Le livre, Soleil productions : Plein Sud, (ISBN 9782877645492)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rigoulet Laurent, « Pascal Perez, 36 ans, alias Imhotep, ex-instit et rocker, il est devenu l'architecte sonore d'IAM. Il s'implique politiquement. Saga rap. », sur Libération.fr (consulté le 29 mars 2014).
  2. (en) Vincent Latz, « Imhotep Biography », sur AllMusic (consulté le 27 mars 2016).
  3. « Imhotep - Blue print », sur Les Inrocks (consulté le 27 mars 2016).
  4. « Interview: Imhotep (IAM) », sur imusiciandigital.com (consulté le 27 mars 2016).
  5. (en) « Les barons (Bande originale du film de Nabil Ben Yadir) », sur iTunes (consulté le 27 mars 2016).
  6. a et b « Imhotep, de IAM à l'Ethnotronica », sur culturebox.francetvinfo.fr, (consulté le 27 mars 2016).
  7. « Imhotep (IAM) – Kheper Dub », sur culturedub.com (consulté le 27 mars 2016).
  8. https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/100519/nous-artistes-francais-denoncons-leurovision-2019-en-israel